Mardi 26 juin

Politique

Le parlement débat aujourd’hui sur la motion de censure introduite le 20 juin dernier par 80 députés du PSB contre la politique défaillante du gouvernement dans le domaine de la sécurité intérieure. C’est la deuxième motion de censure initiée par les socialistes contre ce troisième cabinet du premier ministre Borissov. Pour aboutir, elle doit être soutenue par une majorité d’au moins 121 députés. Le PSB n’a pas mené d’entretiens avec d’autres groupes parlementaires en vue de s’assurer des soutiens, mais le MDL a déclaré son intention de soutenir la motion y voyant une nouvelle possibilité de protester contre la participation de nationalistes (les Patriotes unis) à la coalition gouvernementale. Le vote aura lieu vendredi prochain. (tous media)

Le PSB a exclu de sa coalition parlementaire l’Union agrarienne Alexandre Stamboliiski à la suite de la décision de celle-ci de se présenter seule aux prochaines élections municipales 2019. Le groupe parlementaire des socialistes devait compter à partir d’aujourd’hui deux députés de moins, les agrariens Spas Pantchev et Dimiter Gueorguiev, mais après un entretien avec la présidente Kornelia Ninova, ce dernier a préféré faire acte d’allégeance envers le PSB et geler sa participation dans le parti agrarien. M. Pantchev, quant à lui, siègera comme non-inscrit. Dans une interview dans 24 Tchassa, il considère comme tout à fait légitime la démarche de la direction du PSB et rappelle que cette question a été réglementée dans l’accord de coalition signé par les deux partis. L’Union agrarienne Alexandre Stamboliiski compte quelque 17 000 adhérents et après un partenariat fidèle avec les socialistes pendant les treize dernières années, reste ouverte à d’autres alliances politiques. (tous media)

Le sociologue Gueorgui Fotev, directeur du Centre d’étude des valeurs européennes auprès de la Nouvelle Université bulgare, à propos des résultats d’une vaste étude européenne sur les valeurs : « J’étais surpris par les résultats [bulgares] concernant nos voisins. J’ai beaucoup écrit sur la balkanisation qui signifie méfiance, haine, suspicion, hostilité à l’égard du voisin. Et voilà que maintenant, nous constatons que près de 80% de l’opinion en Bulgarie montre une attitude positive vis-à-vis des pays voisins et veut que ceux-ci adhèrent à l’OTAN et à l’UE. C’est incroyable ! De très profonds changements ont eu lieu au sein de notre société ». (Sega)

Boriana Dimitrova, dont l’institut de sondage Alpha Research a également participé à l’étude européenne des valeurs, commente d’autres aspects des résultats devant Mediapool : « La méfiance totale envers les institutions, la politique, les capacités au changement détruisent les liens sociaux, atomisent la société. Dans de telles sociétés, il est plus difficile de faire des affaires, de défendre des causes, de lutter pour des réformes parce qu’on arrive très facilement à convaincre les gens que ‘tous sont des escrocs, des bons à rien’. […] C’est une des raisons pour lesquelles les politiciens antipopulistes ont un très faible potentiel en Bulgarie. Ceci explique également pourquoi le Bulgare n’est pas un révolté : c’est parce ce qu’il n’a presque pas confiance dans la force et le sens de l’acte collectif. Il préfère se sauver individuellement. Alors que toute révolte ou protestation supposent une certaine forme de communauté, de confiance entre les personnes. Il ne faut pas oublier non plus ‘l’apport’ du communisme et des collectifs créés sur ordre, les peurs que chacun vous épie pour vous dénoncer… ». (mediapool.bg)

Les prix du chauffage et de l’eau chaude pour les ménages augmenteront de 7% à partir du 1er juillet et ceux de l’électricité d’au moins 2%, a informé hier le président de la Commission pour la régulation de l’électricité et de l’eau, Ivan Ivanov. La raison en est la hausse de 11% du prix du gaz naturel. (tous media)

Transports

La mobilisation des entreprises de transport de passagers et de marchandises contre le projet de loi portant création d’une chambre nationale des transporteurs, fixée hier, n’a pas eu lieu. Reçus par le premier ministre Borissov, les organisateurs de la manifestation ont expliqué que l’intention de l’Etat de déléguer à cette nouvelle organisation une partie de ses fonctions de contrôle, dont la délivrance de licences de transport, perturberait le fonctionnement d’un secteur très fragmenté, regroupant quelque 17 000 entreprises. A l’issue de cette rencontre, M. Borissov a demandé au parti parlementaire du GERB de retirer du parlement le projet de loi. Ce qui a déclenché l’ire des grandes entreprises : lors d’une conférence de presse ad hoc, elles ont menacé de bloquer le pays pour protester contre « une partie négligeable de transporteurs qui ne veulent pas travailler selon des règles claires et manipulent l’opinion ». (tous media)

Europe

A l’initiative de la France, neuf pays ont créé un groupe européen d’intervention capable de mener rapidement une opération militaire, une évacuation dans un pays en guerre ou d’apporter une assistance en cas de catastrophe à proximité des frontières européennes, sans recourir nécessairement à l’assistance de l’OTAN ou des Etats-Unis. La lettre d’intention de la nouvelle Initiative européenne d’intervention a été signée à Luxembourg par la France, l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, le Portugal, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. On attend l’adhésion prochaine de l’Italie dont le nouveau gouvernement a demandé un temps bref de réflexion. (tous media)

Turquie

Dans un message au président de Turquie Recep Tayyip Erdoğan, le président de la République Roumen Radev lui adresse ses félicitations à l’occasion de sa réélection à la tête de l’Etat. « Je suis confiant que le dialogue constructif et intense continuera de s’épanouir au profit de la paix, de la stabilité et de la sécurité en Europe du Sud-Est et pour résoudre les défis communs dans la région », écrit le chef de l’Etat en exprimant sa conviction que les relations entre la Bulgarie et la Turquie resteront à l’avenir également un exemple d’amitié, de bon voisinage et de coopération fructueuse. (dnevnik.bg, 24 Tchassa)

Sur la BNR, le président de la commission parlementaire des affaires européennes Kristian Viguenine a partagé ses impressions de sa participation à la mission d’observateurs de l’OSCE lors de l’élection présidentielle en Turquie : « Je peux dire dès maintenant que le scrutin ne correspondait pas à l’idée que je me fais d’élections démocratiques équitables et de normes électorales permettant à chaque parti et à chaque candidat de mener sa campagne sur un pied d’égalité », a souligné M. Viguenine avant d’énumérer plusieurs cas d’intervention des autorités qui, estime-t-il, ont influencé les résultats électoraux. « Désormais, tout ce qui se passera en Turquie, sera la responsabilité d’une seule personne, le président Erdoğan. Très probablement, il ne changera pas de politique vis-à-vis de la Bulgarie. Le gouvernement bulgare actuel entretient une communication adéquate avec lui sur les questions qui intéressent la Bulgarie. Mais il faut renforcer les contacts politiques des autres institutions, parce que j’ai peur que les relations Bulgarie-Turquie relèvent de plus en plus des relations personnelles entre MM. Erdoğan et Borissov », a-t-il conclu. (bnr.bg)

« Chaque victoire d’Erdoğan éloigne la Turquie de l’UE » : interview avec le politologue Martin Tabakov qui estime que les relations avec la Turquie devraient rester pragmatiques. « Le développement du corridor gazier sud et l’accord sur les réfugiés conclu avec la Turquie devraient être les deux axes de ce pragmatisme ». (Standart)

Culture

Des objets appartenant aux collections du Musée du Louvre et des musées bulgares seront exposés à Sozopol à partir du 27 juin. L’exposition « Apollonia Pontica, sur les pas des archéologues » est organisée par le ministère de la culture et la mairie de Sozopol à l’occasion du 15e anniversaire des fouilles archéologiques bulgaro-françaises dans la région. (Standart)

Dernière modification : 26/06/2018

Haut de page