Mardi 3 avril

Politique

Dans une interview accordée à la chaîne Nova, Krassimir Karakatchanov, vice-premier ministre et ministre de la défense, a salué la décision du gouvernement de ne pas se précipiter à expulser des diplomates russes en la qualifiant d’ « équilibrée » et de « permettant d’avoir des canaux ouverts de communication avec la Russie, comme l’a souligné le premier ministre Borissov ». Selon M. Karakatchanov, la Bulgarie peut changer sa position « s’il y a des preuves indiscutables de la culpabilité de la Russie et personne alors ne pourra nous reprocher d’expulser des diplomates russes ». Il a précisé qu’aucune pression - de la part de Moscou et de Bruxelles ou de la part des Patriotes unis - n’a été exercée sur le gouvernement, « n’ayant d’ailleurs pas aspiré à une autre position », lors de la définition de la décision bulgare qui a été prise sur la base des rapports des services de sécurité et des faits dont nous disposions. (tous media)

Concernant l’éventuel entretien téléphonique entre les présidents serbe et russe, lors duquel Vladimir Poutine aurait promis à Aleksandar Vučić de lui apporter un soutien militaire en cas de tentative d’attaque contre la population serbe au Kosovo dont 24 tchassa rendait compte hier, le vice-premier ministre Karakatchanov a souligné n’avoir pas de confirmation de la tenue d’un tel entretien et a précisé qu’en cas de violation de l’espace aérien, la Bulgarie réagirait « comme le veut la loi bulgare. Le fait que notre position au sein de l’Europe est équilibrée et que nous aspirons au dialogue entre l’Europe et la Russie et somme prêts à jouer le rôle d’intermédiaire ne veut pas dire que nous permettrons à qui que ce soit de violer notre souveraineté ». (tous media)

Dans une interview accordée à la chaîne publique BNT, Volen Siderov, co-président des Patriotes unis, a salué à son tour la décision du gouvernement de ne pas expulser de diplomates russes et s’est dit flatté par la pensée que « notre participation à la coalition [au pouvoir] a pu avoir ce rôle bénéfique qui a permis d’aller dans la bonne direction ». Selon M. Siderov, « il est logique et même attendu par les leaders européens que la Bulgarie, en sa qualité de président du Conseil de l’UE, organise une rencontre UE-Russie en vue de normaliser les relations avec Russie ». (tous media)

« La Bulgarie entretient le dialogue entre Bruxelles et Moscou », titre Troud et publie une interview d’Andreï Novakov, parlementaire européen du GuERB, qui considère qu’il serait très fort de dire que l’affaire Skripal a divisé les Etats membres de l’UE mais plutôt qu’elle a donné lieu à une tension et à une crise diplomatique sans précédent depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. « La situation est tellement compliquée que nous ne pouvons pas nous permettre de réagir de manière irréfléchie. C’est pourquoi je suis content que la Bulgarie ait pris son temps et ait fait de manière qu’on puisse parler avec la partie prenante car dès que les diplomates arrêtent de parler, c’est les armes qui commencent à tonner. Tout le monde à Bruxelles se rend compte que la Bulgarie n’exprime pas sa position d’Etat membre mais de président du Conseil de l’UE. Cela ne veut pas dire que la Bulgarie ne soutient pas la Grande Bretagne mais qu’il est important d’entretenir le dialogue avec Moscou pendant cette période difficile », a-t-il expliqué. (tous media)

Dans Sega Ivaïlo Ditchev, antropologue, établit dans Sega un lien entre la politique extérieure à l’époque de Todor Jivkov et la politique extérieure actuelle qui est régie toujours par le principe de « se rabaisser ». Selon M. Ditchev, l’affaire Skripal en témoigne : « nous devons être solidaire avec l’Occident dont nous dépendons mais nous dépendons également des capitaux russes et sommes sous la pressions de partis prorusses ». (Sega)

Standart d’hier publie deux analyses sur l’affaire Skripal, notamment celles de Dimitar Ganev, politologue du Centre d’études Trend, et d’Antoaneta Hristova, psychologue politique, qui saluent le gouvernement pour sa position « équilibrée ». (Standart)

Sécurité

Le ministère de l’Intérieur vérifie un nouveau signalement de passagers aériens laissés entrer dans le pays par la police à l’aéroport de Sofia sans les contrôles d’identité requis. Après le scandale de la semaine dernière, à la suite duquel ont été écartés treize agents et leurs supérieurs de la police aux frontières, une nouvelle information parue sur les réseaux sociaux affirme que les passagers du vol de Bulgaria Air du 27 mars, en provenance d’Amsterdam, étaient entrés sans que leurs papiers soient contrôlés. (dnevnik.bg)

Justice

Metodi Lalov, ancien président (2012) du Tribunal d’instance de Sofia qui avait démissionné fin 2016 en signe de protestation contre la politique du Conseil supérieur de la magistrature – jugée par lui contraire aux principes d’indépendance des juges, a introduit un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. M. Lalov y estime que son droit à un procès équitable avait été violé après le refus de la juridiction bulgare d’examiner sa plainte contre la procédure d’élection de membres du CSM (2017) de laquelle il s’était trouvé écarté. (Sega, lex.bg)

KTB

Plamen Gueorguiev, président de la Commission de répression de la corruption et de confiscation des biens acquis de façon illégale, a estimé que le renvoi préjudiciel « scandaleux » introduit par le TGI de Sofia auprès de la Cour de l’Union européenne en vue d’une interprétation de la loi, deux ans après que la Commission de confiscation des biens acquis de façon illégale avait introduit des recours de confiscation de biens d’une valeur de 2,2 milliards de leva contre Tsvetan Vassilev, directeur exécutif, propriétaire majoritaire de la banque KTB et président de son conseil de surveillance, fugitif en Serbie, et 26 autres personnes, entraînera la suspension de la procédure nationale jusqu’à ce que la Cour ait statué et bloquera ainsi la confiscation de ces biens. Il accuse également le TGI d’avoir reproduit dans ses motifs la thèse de la requête introduite par Tsvetan Vassilev. (tous media)

Media

A la suite d’une demande des ministres des Finances, de l’Economie et de la Culture, la Commission pour la protection de la concurrence a entamé une analyse sectorielle du marché médiatique bulgare. Au mois de mars, le gouvernement avait annoncé la préparation d’un projet de loi ayant pour but la transparence de la propriété et du financement des media et de leur distribution. Certains media avaient alors commenté que les idées du gouvernement reflétaient les points principaux de l’initiative du député MDL Delyan Peevski, estimé comme la figure contrôlant une part substantielle de la presse et de la distribution, qui avait déposé en février dernier un projet d’amendement à la loi sur le dépôt obligatoire des produits imprimés. Aujourd’hui, Sega commente que la Commission pour la protection de la concurrence a déjà effectué plusieurs analyses sectorielles du marché médiatique sans « trouver ni de la concentration médiatique, ni de monopole des sociétés de distribution ». (Sega, 24 tchassa , Dnevnik)

Economie

Un sondage récent réalisé par la Chambre bulgare de commerce et d’industrie montre que 42% des entreprises en Bulgarie n’ont pas confiance dans la probité des marchés publics. Elles se plaignent des procédures bureaucratiques compliquées (55%), de l’absence d’information accessible (21%), de la taille des commandes qui privilégie les grandes entreprises (21%), de l’exigence de garanties bancaires jugées impossible par les PME, etc. Selon 61% des entreprises interrogées, la panacée pour plus de transparence et de compétitivité dans les marchés publics serait leur tenue par voie électronique suivant des critères clairs. (Sega, Douma)

Trois des quatre plus grandes organisations patronales préparent de nouvelles manifestations de protestation contre le chaos régnant dans le secteur énergétique et les prix de l’électricité. Hier, lors d’une rencontre avec la médiatrice de la République Maya Manolova, les employeurs ont de nouveau insisté pour la résiliation immédiate des « contrats criminels » signés au début des années 2000 avec les « centrales thermiques américaines », Maritsa Iztok 1 et 3, qui assurent des bénéfices indus à leurs exploitants AES Galabovo et Contour Global, au détriment du contribuable bulgare. (tous media)

En 2017, les exportations bulgares vers la Turquie ont dépassé 2 milliards d’euros, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Durant la période 1996-2017, des entreprises turques ont investi en Bulgarie plus d’un milliard d’euros, a annoncé le ministre de l’économie Emil Karanikolov lors d’un forum économique bulgaro-turc à Istanbul auquel participent plus de deux cents entreprises des deux pays. Le forum a lieu pour la première fois après une pause de dix ans, ce qui est considéré par 24 Tchassa comme un signe d’activation des initiatives visant à approfondir les échanges entre les deux pays. (24 Tchassa, Sega, Troud)

A sa une, Sega attire l’attention sur un secteur « privilégié », celui des jeux de hasard. En dix ans, les recettes y ont doublé pour atteindre plus de 3 milliards de leva en 2017. Mais comme les allègements fiscaux y abondent, l’Etat n’a prélevé que 177 millions de leva (2016) à titre d’impôts. (Sega)

Santé

719 000 personnes : tel est le nombre des Bulgares non couverts par l’assurance-maladie. Dans sa réponse écrite à la question d’un député PSB, le ministre des finances Vladislav Goranov indique que parmi eux, 233 000 sont des chômeurs, 79 000 des indépendants qui n’ont pas remboursé les cotisations dues, 10 000 des réfugiés. Toutefois, le groupe le plus nombreux, 393 000 personnes, reste celui des personnes pour lesquelles les statistiques officielles n’indiquent pas la raison pour laquelle elles n’ont pas accès au système obligatoire d’assurance-maladie et aux soins gratuits. Par ailleurs, sur une population de 8 387 000 d’habitants, 1 475 000 sont assurés à l’étranger et 6 193 000 en Bulgarie. (tous media)

Culture

La basilique épiscopale et les mosaïques romaines de Plovdiv ont été inscrites dans la Liste indicative de l’UNESCO des sites du patrimoine mondial, a annoncé le ministère de la culture. La mise en valeur du site a été réalisée avec le soutien de la mairie de Plovdiv et de la fondation America for Bulgaria. (dnevnik.bg)

Balkans

La presse bulgare reprend des publications des journaux serbes, selon lesquelles quatre pays seraient prêts à boycotter le sommet sur les Balkans, prévu pour le mois de mai à Sofia. La première ministre serbe aurait qualifié hier de « non-sens politique » le fait que le Kosovo était invité par la présidence bulgare du Conseil de l’UE, qui organise le sommet. Ana Brnabic aurait également mis en question sa présence à la réunion du 17 mai. Le Kosovo devrait être représenté au sommet par son président, Hashim Thaçi. Selon la presse serbe, trois Etats membres de l’UE seraient prêts à soutenir la position de la Serbie : il s’agirait de la Roumanie, de l’Espagne et de Chypre. Ces trois Etats envisageraient d’envoyer des représentants pour le dîner officiel du 16 mai et ensuite être représentés par d’autres pays de l’UE lors du sommet. (Sega, 24 tchassa)

Le ministre des Affaires étrangères du Monténégro est en visite en Bulgarie. L’accent de l’entretien de Srdjan Darmanović avec son homologue bulgare sera mis sur les relations bilatérales et la perspective d’adhésion à l’UE du Monténégro. M. Darmanović sera également reçu par le Président Roumen Radev. (Troud)

La présidente du PSB Kornelia Ninova a entamé une visite au Monténégro et en Albanie en vue de la préparation de la rencontre des présidents des partis socialistes et sociaux-démocrates de l’UE avec les dirigeants de la gauche dans les Balkans occidentaux, prévu le 16 mai prochain à Sofia. Après sa récente visite à Skopje et le mémorandum de coopération signé avec le parti au pouvoir de Zoran Zaev, Mme Ninova signera un autre mémorandum avec le Parti démocratique de l’ancien premier ministre monténégrin Milo Đukanović. (Troud)

Dernière modification : 03/04/2018

Haut de page