Mardi 3 novembre

Coronavirus

Bilan

• Contaminées : 56 496 (+ 2 427 en 24h)
• Guérisons : 21 037 (+ 507 en 24h)
• Décès : 1 349 (+ 51 en 24h)

PNG

Politique

Le Trio toxique suspend les manifestations quotidiennes contre le gouvernement

Le Trio toxique, composé de trois personnes qui sont parmi les principaux organisateurs des manifestations, a annoncé, dimanche dernier, la suspension de ses protestations quotidiennes, qui ont lieu depuis 116 jours consécutifs. Les raisons : le risque sanitaire, mais aussi une volonté de changer de mode opératoire. Le trio continuera à poursuivre ses objectifs (démissions du gouvernement et du procureur général et organisation d’élections législatives anticipées) par d’autres méthodes. Leur prochaine action est prévue jeudi prochain, 5 novembre, devant le Conseil des ministres, avec un appel aux manifestants à lancer « les vieilles chaussures usées de leurs amis qui ont fui la Bulgarie ». Malgré le changement de stratégie, des manifestants ont encore protesté, hier soir, dans le centre-ville de Sofia. (24 Heures, Dnevnik, BNR)

La grogne des policiers

Le ministère de l’Intérieur entamera une série de négociations avec les syndicats des agents de la police en vue de désamorcer les tensions créées à la suite de leurs revendications salariales. Mécontents de l’augmentation proposée de 10% du fait des mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19, soit 154 millions de leva, les policiers réclament des rémunérations équitables pour leur travail. En outre, l’indexation de 30% des salaires dans la fonction publique n’a pas été répercutée dans la police. Une manifestation de protestation nationale est prévue pour le 8 novembre, à Sofia. Si un accord n’est pas trouvé, les protestations continueront tant au niveau national que régional. (tous media)

Balkans

Ekaterina Zaharieva : « Il y a une percée, mais la Bulgarie ne peut pas encore approuver le cadre de négociations »

À l’issue d’une visite « discrète » à Berlin, selon l’expression de Dnevnik, et cinq heures d’entretiens avec les ministres macédoniens des Affaires étrangères Bujar Osmani et de des Affaires européennes Nikola Dimitrov, en présence de représentants de la présidence allemande de l’UE, la ministre bulgare des Affaires étrangères a commenté que malgré une certaine percée, « la Bulgarie ne peut pas encore approuver le cadre de négociations » qui devrait mener vers l’ouverture du processus d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE. Dnevnik relève que cette « percée » concerne la volonté de la Macédoine du Nord de déclarer que son nom ne peut pas constituer de prétentions territoriales vis-à-vis de la région géographique de Macédoine du Nord, située en Bulgarie, ainsi que le rapprochement des positions sur l’appellation de la langue macédonienne, non reconnue par la Bulgarie. « Personne ne conteste la réalité, mais la réalité doit tenir compte des contestations de la vérité historique qu’on voit, y compris dans les prétentions de minorité », a déclaré Mme Zaharieva. Selon elle, une voie de sortie possible d’ici le 10 novembre, date du sommet européen du processus de Berlin, serait la signature d’une annexe au Traite d’amitié et de bon voisinage. « La partie macédonienne doit faire un effort pour trouver un compromis et profiter de la position bienveillante de la présidence allemande à l’ouverture de négociations en décembre, car il se peut que cette situation ne se répète pas à l’avenir », a indiqué la ministre bulgare. (Dnevnik, Svobodna Evropa)

Europe

La Commission européenne demande à la Bulgarie de mettre fin à des dispositions commerciales discriminatoires

La Commission européenne (CE) a demandé à la Bulgarie de mettre fin à l’obligation pour les commerces de détail de placer dans des espaces de vente distincts les produits alimentaires nationaux et d’acheter 90% du lait et des produits laitiers à des producteurs locaux. La CE estime que ces dispositions sont contraires à la libre circulation des marchandises, car elles privilégient les produits nationaux au détriment des produits similaires importés d’autres pays de l’Union européenne. Selon la CE, ces obligations portent également atteinte à la liberté d’établissement, en limitant la liberté des commerçants de décider de leur assortiment et de l’agencement de leur surface de vente. La Bulgarie dispose de deux mois pour répondre à cet avis de la CE, qui fait suite à une lettre de mise en demeure envoyée en mai. Dans le cas contraire, la CE pourrait déposer un recours contre la Bulgarie auprès de la Cour de justice de l’UE. (Svobodna Evropa)

Les événements à venir de l’Institut français de Bulgarie

Du 3 novembre au 6 janvier : Exposition SILVERMINE – Livres photos de Thomas Sauvin
Tout le mois : Novembre numérique
Le 14 novembre : Nuit européenne des musées – Sofia 2020
Le 20 novembre : Forum virtuel des études et des métiers 2020

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 03/11/2020

Haut de page