Mardi 30 octobre

Politique

Budget 2019 : l’enveloppe pour les magistrats revue à la hausse

La grogne des magistrats contre le budget prévu pour la justice en 2019 a été « récompensée ». A l’issue d’entretiens entre le Conseil supérieur de la magistrature et le ministre des finances, il a été décidé que les dépenses de fonctionnement de la justice soient portées de leur valeur initiale de 666 millions de leva à 704 millions de leva. Cela permettrait au CSM d’augmenter les rémunérations au-dessus des 10% prévus pour la fonction publique en général. En outre, une rencontre entre le procureur général et le ministre des finances a permis aux magistrats de continuer à profiter en 2019 encore des frais vestimentaires qu’on leur avait coupé dans le projet de budget initial. Enfin, les dépenses d’investissement de la justice seront elles aussi augmentées de 11 millions de leva, dont 6,5 millions pour l’administration électronique. (tous media)

Nationalité bulgare

L’arrestation de plusieurs agents de l’Agence des Bulgares à l’étranger - principal maillon de la procédure d’attribution de la nationalité bulgare – fait la une de plusieurs quotidiens bulgares. Ainsi ces derniers titrent : « Le Parquet s’est enfin préoccupé du commerce de passeports bulgares : des Ukrainiens et des Moldaves ont pu obtenir de faux documents de nationalité bulgare contre 5000 euros » (Sega), « Une enquête sur la nationalité bulgare est ouverte : le chef et des agents de l’Agence d’Etat [compétente] sont arrêtés » (Douma), « 5000 euros et je suis Bulgare : une bande d’agents délivrait de faux papiers à des étrangers » (Troud), « 5 000 euros de dessous de table pour obtenir un passeport bulgare » (Standart), « Le chef d’une agence impliqué dans un schéma de fabrication de faux Bulgares a été arrêté » (24 tchassa).

Quelques heures après ces arrestations, la coalition des Patriotes unis a déclaré que « le président de l’Agence d’Etat des Bulgares à l’étranger n’est membre d’aucun des partis de la coalition des Patriotes unis. Il est leader du mouvement civique BG patriote ». La coalition a précisé soutenir « l’attribution de la nationalité bulgare à tout Bulgare ethnique, indépendamment de son lieu de résidence », mais considérer que « tout agent ayant enfreint la loi doit en assumer les conséquences ». (tous media)

Interrogé au sujet de ces dernières arrestations, le premier ministre Boïko Borissov a souligné que « la lutte contre la corruption est menée sans compromis à tous les échelons du pouvoir ». (tous media)

Attaques contre des oligarques

Samedi, le premier ministre Borissov avait relevé au sujet de l’arrestation de la famille Banev : « Qu’en pensez-vous, est-ce que des personnes aussi puissantes que ceux qui ont déjà été arrêtées ou sont recherchées pour être arrêtées veulent que le GuERB et les Patriotes unis gouvernent ou demandent leur démission ? Le PSB et le MDL ont, pendant ces 20 ans, fait de manière à ce qu’ils vivent bien et c’est sous leur gouvernance que ces marchés de privatisations ont été conclus. […] Leur résistance est forte car ils veulent sauver leurs millions, alors que nous avons décidé de recueillir tout l’argent des voleurs de la TVA, de contrebandiers afin de l’affecter à la culture, au sport, à la santé et aux salaires des fonctionnaires ». (tous media)

Dans une interview accordée à la bTV, Tihomir Bezlov du Centre d’études de la démocratie a considéré que ces attaques à des oligarques constituent une sorte de révision de la transition bien que « nous tous, soyons sceptiques quant à la possibilité qu’elle [une vraie révision] ait lieu dans la mesure où il y a des dizaines de procès qui n’aboutissent pas à des condamnations ». Selon M. Bezlov la privatisation de masse, dont la famille Banev est un exemple classique, représente la plus importante répartition d’actifs et en pratique la fraude la plus classique. A la différence des mafieux qui ont acquis de la propriété par la force, les oligarques l’ont fait par l’intermédiaire des hommes politiques. Tout parti au pouvoir a ses groupes d’oligarques qui bénéficient de privilèges par l’achat d’une centrale thermique ou d’un « trou » (allusion à un terrain fait cadeau par l’Etat à un oligarque). (btv.bg)

Lutte contre la corruption

Hristo Anguelitchin, ancien vice-ministre des affaires étrangères (2014 - 2017), a été condamné par le tribunal spécialisé de lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme à 4 ans de privation de liberté pour avoir violé la loi sur les marchés publics et avoir ainsi porté un préjudice de 500 000 leva au ministère qu’il avait dirigé. En revanche, le tribunal a acquitté Daniel Mitov, ancien ministre des affaires étrangères pendant la même période, dans la mesure où il n’a pas été prouvé qu’il fût au courant des problèmes concernant ce marché public. (tous media)

Europe

Lancement de dialogues citoyens sur l’Europe

A partir de mi-janvier 2019, le GERB va initier la tenue de « dialogues citoyens » sur des sujets d’actualité concernant l’UE et les élections européennes. Une initiative qui permettra de modifier le stéréotype qui consiste à s’opposer à tout et à tous sans proposer des alternatives, a expliqué le vice-président du parti, Tsvetan Tsvetanov. Les dialogues citoyens permettront à l’opinion publique de mieux connaître, secteur par secteur, les chances de compétitivité et d’emploi qu’offre l’Europe unie, a-t-il souligné. (24 Heures)

Projets fictifs financés avec des fonds européens

A la suite d’un reportage diffusé par la chaîne câblée Kanal 3, faisant état de cas de fraude de fonds européens au Centre pour la promotion des ressources humaines, le ministère de l’éducation et de la science, autorité de tutelle, a annoncé que la direction du centre serait renouvelée d’ici quelques jours. Le CPRH a été créé il y a dix ans en vue de sélectionner et financer des projets orientés vers le développement des ressources humaines dans le secteur de l’éducation. Chaque année, le CRPH redistribue des fonds à hauteur de 40 millions d’euros. A en juger par le reportage de Kanal 3, le centre a financé des projets fictifs soumis par des associations à activité fictive. Selon la pratique établie, la directrice du centre Tatiana Kalkanova touchait une commission sur les projets financés et les bénéficiaires des fonds européens étaient des ONGs créées par des hauts politiciens, affirment les auteurs du reportage. (24 Heures, Troud)

Espérance de vie en berne

L’espérance en vie des Bulgares est parmi les plus faibles en Europe, indique une récente étude d’Eurostat. En 2016, elle était de 74,9 ans contre 81 ans en moyenne pour l’UE. Trois grands territoires bulgares ont enregistré des « records » absolus : le Nord-Ouest (73,3 ans d’espérance de vie), le Sud-Ouest (74,4 ans) et le Nord-Centre (74,4 ans). Par rapport à ses voisins balkaniques, la Bulgarie se classe loin derrière la Grèce (81,5 ans d’espérance de vie), l’Albanie (78,5 ans), la Turquie (78,1 ans), la Serbie (75,7 ans) et la Roumanie (75,3 ans). D’après les statistiques nationales, le taux le plus élevé de population vieillissante a été relevé dans les régions de Vidin (29% de plus de 65 ans), Gabrovo (28%) et Lovetch (26%). A l’autre bout se trouvent les régions de Sofia-ville (17%) et Varna (18%). (tous media)

Dernière modification : 11/12/2018

Haut de page