Mardi 5 décembre

France-Bulgarie

Tous les médias rendent compte de la visite de Roumen Radev à Paris. Sega, Troud et 24 tchassa publient des photos de l’entretien du président bulgare avec Emmanuel Macron sur leurs unes. 24 tchassa met l’accent sur l’appel de M. Radev à une hausse des investissements français en Bulgarie. Troud de son côté souligne les propos du président bulgare qu’une adhésion de Sofia à l’espace Schengen serait un facteur de sécurité pour l’UE. Sans une politique de défense commune, l’Europe ne pourrait pas être un acteur de la scène internationale, jouissant de toutes ses capacités, a ajouté M. Radev. Lors du point de presse à l’issue de l’entretien entre les deux présidents, M. Macron a exprimé de son côté sa volonté d’approfondir les relations bilatérales, écrit Dnevnik. Le président français a insisté sur trois sujets, ajoute le site : la défense, la coopération économique et l’éducation. Il a qualifié la Bulgarie de « partenaire important » en vue du calendrier de l’UE et a exprimé son soutien pour la prochaine présidence bulgare du Conseil de l’Union, conclut l’article de Dnevnik. (tous médias)

L’entretien de Brigitte Macron et de Dessislava Radeva est prévu pour aujourd’hui. Les deux dames voyageront sur la Seine en bateau. (Standart, 24 tchassa)

Politique

L’Institut « Ivan Hadjiiski » publie son analyse politique mensuelle du mois de novembre. Selon ses auteurs, notamment Petar-Emil Mitev, Andreï Raïtchev, Kantcho Stoïtchev, Boris Poivanov, Parvan Simeonov et Plamen Vladimirov, les Etats-Unis sont une puissance mondiale à deux vitesses ; la tension entre l’Occident (OTAN, Etats-Unis et UE) et la Turquie a atteint un point critique ; une nouvelle perspective, conditionnée par deux centres d’influences, à savoir Astana/Sotchi (consensus entre la Russie, la Turquie et l’Iran sans la participation des Etats-Unis) et Genève (sans la participation de l’Iran et de la Turquie) s’ouvre devant le Proche-Orient ; les processus du changement au sein de l’UE sont temporairement « bloqués » à cause de la crise politique en Allemagne ; la donne dans les Balkans a changé à la suite de l’adhésion du Monténégro à l’OTAN et de la stabilisation de Zoran Zaev en Macédoine après les élections locales. Sur le plan de la politique intérieure, le comportement du MDL est contradictoire dans la mesure où sa direction renforce le feu de salve à l’égard du gouvernement tout en laissant l’impression que la politique économique de ce même gouvernement l’arrange. Le comportement agressif du GuERB à l’égard de la gauche s’explique plus par l’aspiration à neutraliser la droite que par la volonté d’écraser le PSB. Pour sa part, le PSB risque d’être considéré pour la deuxième fois après la campagne électorale comme un parti anti-européen. Enfin, Valery Simeonov est le talon d’Achille de ce gouvernement, dont la chute ne pourra être provoquée que par lui-même. (Standart)

En quinze ans, la Bulgarie a investi plus de 2Mds de leva dans la mise en œuvre d’une administration électronique. Aujourd’hui, les institutions disposent de leurs propres serveurs et logiciels, mais leurs réseaux se sont avérés incompatibles entre eux et les administrations ne peuvent pas échanger d’informations. A titre de comparaison, la mise en place d’un e-gouvernement en Estonie avait coûté 25M€, soit 20 fois moins. (tous médias)

Un briefing conjoint de trois ministères (Justice, Développement régional et Agriculture) a jeté hier une relative clarté sur le thème des biens immobiliers restitués de l’ancien roi Siméon et sur la possibilité d’un arrangement à l’amiable ou via l’adoption d’une loi ad hoc. Selon l’information présentée par la ministre de la Justice, Tsetska Tsatcheva, la proposition d’arrangement émanait de Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha qui, fin octobre, avait envoyé une lettre en ce sens au président de l’Assemblée nationale Dimiter Glavtchev et au premier ministre Borissov. Un groupe de travail interministériel avait été formé, auquel ont été associés les avocats de l’ancien roi. La conclusion de ses travaux est que le pouvoir exécutif ne peut pas prendre la place de la justice, devant laquelle il y a deux procédures pendantes, ni celle du parlement qui est le seul à pouvoir adopter une loi. Aucun projet de loi sur les biens restitués de l’ancien roi n’est actuellement en préparation au gouvernement, a assuré Mme Tsatcheva. (tous médias)

Une délégation officielle de l’Eglise orthodoxe bulgare est en visite à Moscou à l’invitation du patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies. Elle prendra part aux célébrations du 100e anniversaire du rétablissement du patriarcat de Moscou. La visite intervient une semaine après la décision du Saint-Synode bulgare d’entamer des négociations avec les autres Eglises orthodoxes au sujet de la demande de reconnaissance de l’Eglise macédonienne. (24 Tchassa)

Économie

Interview de Latchezar Borissov, vice-ministre de l’économie : « Dans le secteur des technologies informatiques, nous sommes au niveau mondial. D’après une étude de CISCO, la Bulgarie se range 3e en Europe et 10e dans le monde de par le nombre des spécialistes TI certifiés ». (Standart)

Social

Selon Plamen Dimitrov, président de la Confédération des syndicats indépendants de Bulgarie (KNSB), le salaire de près d’un quart des salariés en Bulgarie est inférieur au salaire moyen et 403 000 touchent le salaire minimal de 460 leva. Les syndicats continuent à insister pour que le salaire initial d’un salarié titulaire d’études supérieures ne soit pas inférieur à 700 leva et que le salaire minimal soit égal à 50% du salaire moyen. (24 tchassa)

Contrebande

Sous l’intitulé « La Contrebande ne sait pas qu’elle s’est fait écraser », Aleksander Aleksandrov défend la thèse que les opérations continues des forces de l’ordre en vue de démanteler les réseaux de contrebande, en dernier lieu de carburants et de tabac, démentent les propos du premier ministre Borissov selon lesquels les réseaux de contrebande seraient démantelés et le gouvernement ainsi aurait pu « affecter des milliards à l’augmentation des salaires des gens ». (Sega)

Europe

Boïko Borissov se rendra en visite à Vienne le 1e janvier prochain. Le futur chancelier Sebastian Kurz aurait tenu à ce que le premier ministre bulgare soit le premier homme d’Etat à se rendre à Vienne en 2018, souligne 24 tchassa. L’Autriche faisant partie de l’actuel trio européen, les deux hommes politiques discuteront des priorités et réformes de l’UE. (24 tchassa)

Valdis Dombrovskis : l’économie de la Bulgarie est stable et il ne devrait pas y avoir de difficultés pour son adhésion à l’antichambre de la zone euro. Le vice-président de la Commission européenne et commissaire à la Stabilité financière, aux Services financiers et à l’Union du marché des capitaux, a tout de même souligné pour la BNT que la décision finale appartiendrait aux Etats-membres et à la Banque centrale européenne. (BNT, Capital Daily, Standart)

France

« S’orienter dans le chaos de l’époque » : interview avec le cinéaste français Emmanuel Courcol dont le film Cessez-le-feu a inauguré récemment le festival du cinéma français. (Douma)

Dernière modification : 05/12/2017

Haut de page