Mardi 6 novembre

Politique

Gallup International : 80% des Bulgares considèrent que le vice-premier ministre Valery Simeonov doit démissionner

Selon un sondage téléphonique de Gallup International – Bulgarie, 81% des Bulgares considèrent que le vice-premier ministre, Valery Simeonov, doit donner sa démission du fait de ses propos désobligeants à l’égard des mères d’enfants handicapés. Les détails du sondage démontrent que ce vice-premier ministre est soutenu par 60% des adeptes des Patriotes unis, et par 40% de ceux du Guerb. Selon 64% des sondés, c’est le premier ministre Borissov qui doit assumer la responsabilité des conséquences des propos de Valery Simeonov. Mais seuls 34% considèrent que le gouvernement doit démissionner. Les sociologues de Gallup International précisent que ce sondage, mené par téléphone du 27 octobre au 2 novembre sur un échantillon de 700 personnes, avait commencé avant les arrestations à l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger. (tous media)

Les manifestations des mères d’enfants handicapés se poursuivent

Les mères d’enfants handicapés, dont les manifestations se poursuivent, précisent que leur objectif se limite à la démission du vice-premier ministre Valery Simeonov et à l’adoption des deux lois sur le handicap. Elles soulignent que si leur revendication concernait la chute du gouvernement, des dizaines de milliers se seraient joints à elles. Cependant, le directeur de Gallup International Parvan Simeonov considère que les manifestations ont un aspect politique échappant à la plupart des Bulgares et par conséquent visent la chute du gouvernement.

Révocation du directeur de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger

Le gouvernement a décidé de révoquer Petko Haralampiev de son poste de directeur de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger.

La communauté Rom touchée par de grandes inégalités socio-économiques

Dans une interview pour Douma, la conseillère municipale de Plovdiv, Dessislava Yordanova, met en exergue les problèmes socio-économiques qui touchent les Roms en Bulgarie en citant des chiffres sur l’éducation, les taux d’abandon scolaire et la pauvreté au sein de la communauté. Seulement 0,3% des Roms auraient suivi des études supérieures contre 20,7% en moyenne au niveau national. Le taux d’analphabétisme serait particulièrement élevé parmi les jeunes Roms, atteignant 60%, tandis que 70% d’eux ne sauraient pas parler en bulgare. 50% des Roms abandonneraient l’école au niveau de l’enseignement secondaire inférieur, alors que 30% des filles le feraient pour des raisons de grossesse ou de mariage prématurés. Bien que le taux de chômage s’élève officiellement à 90%, ce pourcentage est en réalité moins important puisqu’une bonne partie des Roms travailleraient au noir, y compris en France, en Allemagne et en Belgique. La conseillère préconise que l’Etat reconnaisse d’abord l’existence de ces problèmes pour prendre ensuite un éventail de mesures, allant de l’éducation sexuelle à des peines effectives pour relations avec mineurs.

Défense

Rénovation des avions Su-25 : une décision en annule une autre

Plusieurs media ont révélé hier que le ministre de la défense Krassimir Karakatchanov avait annulé sa propre décision relative à la sélection de l’entreprise biélorusse OAO-558 pour la réparation de 14 avions Su-25, en service dans l’armée de l’air. Un détail aurait en effet échappé aux experts lors de l’instruction de ce dossier : la validité de l’offre biélorusse portait uniquement pour des remises à neuf complètes et non pour des réparations partielles. Ce matin, le ministère de la défense a démenti ces publications en précisant qu’avec sa nouvelle décision le ministre n’annulait pas la procédure d’attribution du marché public, dont le seul participant est l’entreprise biélorusse, mais demandait à celle-ci de préciser son offre. La semaine dernière, le PSB avait vivement protesté contre ce marché dont le prix prévisionnel risque d’être plusieurs fois dépassé, en affirmant que l’usine bulgare Avionams détient une licence de rénovation des avions russes Su-25. (tous media)

Criminalité

Atelier de fausse monnaie démantelé à Euxinograd

Au lieu-dit d’Euxinograd, près de Varna, la police a démantelé une imprimerie de faux billets, installée dans un garage. Les coupures de dollars trouvées sur place (1,3 millions de dollars) étaient fabriquées sur une presse Heildelberg. L’encre utilisée par les faussaires imitait l’effet d’une encre magnétique, ce qui rendait les faux billets difficilement détectables. C’est le deuxième atelier de fausse monnaie découvert cet automne par les autorités, après celui de Slantchev Briag, à l’hôtel Cantilena, où la police avait saisi plus de 11 millions d’euros et 1,9 million de dollars. Il n’y a pas de lien entre les deux groupes criminels, estiment les enquêteurs. (tous media)

Finances

La Banque nationale désigne 10 banques comme entités systémiques

La Banque nationale bulgare a désigné lundi 10 banques opérant dans le pays en tant que « banques d’importance systémique ». Il s’agit de sept banques étrangères et de trois banques bulgares, dont la Société Générale Expressbank, UniCredit Bulbank, l’United Bulgarian Bank, Fibank, Banka DSK, Raiffeisenbank, Eurobank Bulgaria (Postbank), la Central Cooperative Bank, la Banque bulgare pour le développement et Piraeus Bank. La liste des banques a été approuvée par la Commission européenne, le Conseil européen du risque systémique, l’Autorité bancaire européenne et les institutions compétentes des Etats membres. La BNB a également révisé à la hausse les niveaux des « tampons de capitaux anticycliques » pour UniCredit, UBB, DSK et Fibank, qui doivent mettre de côté 0,75% de leurs actifs risqués à partir du 1e janvier 2019 et 1% à compter du 1e janvier 2020. Ces pourcentages seront à la hauteur respectivement de 0,50% et de 0,75% pour la Société Générale, Raiffeisenbank, Postbank et la CCB et de 0,25% et de 0,50% pour Piraeus Bank et la BBD. (24 Heures, Douma)

Europe

La Commission LIBE appelle à l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à Schengen

La commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen a appelé à l’adhésion le plus rapidement possible de la Bulgarie et de la Roumanie à Schengen par voie de terre, mer et air. Cette commission rappelle au Conseil de l’UE que la situation actuelle se fait au détriment, non seulement des deux Etats membres, mais de toute l’Union, et qu’un lien entre leur adhésion à cette zone de libre circulation et les manquements dans le domaine de l’asile et de la migration ne doit pas être établi. Il est prévu que cet appel figure dans un rapport qui sera soumis au Parlement européen en décembre prochain. (tous media en ligne)

International

La ministre des AE Ekaterina Zaharieva en déplacement outre-Atlantique

La vice-première ministre et ministre des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva, en visite aux Etats-Unis jusqu’au 7 novembre, a rencontré le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo. Les deux interlocuteurs ont passé en revue les relations entre les deux pays, en réaffirmant leur caractère stratégique. Ils ont abordé en outre le thème de la levée des visas américains pour les Bulgares. [Ndr : La Bulgarie, de même que la Pologne, la Roumanie, la Croatie et Chypre, ne répond pas, selon la partie américaine, aux critères d’inclusion au programme de déplacements sans visas, notamment moins de 10% de visas refusés par an]. La ministre Zaharieva a soulevé également la question de la signature d’une convention de protection sociale avec les Etats-Unis qui serait précieuse pour les 400 000 Bulgares habitant outre-Atlantique. Parmi les autres thèmes évoqués lors de l’entretien figuraient le partenariat stratégique dans le domaine de la défense et les projets de modernisation des forces armées bulgares, la diversification des approvisionnements énergétiques, la situation au Proche-Orient. Selon des media bulgares, cette visite de Mme Zaharieva à Washington a aussi pour objectif de préparer le déplacement officiel du premier ministre Borissov outre-Atlantique, envisagé début 2019. (mfa.bg, bnr.bg)

La prise de position difficile sur la question de l’autocéphalie ukrainienne

La première réunion de la commission spéciale du Saint-Synode de l’Eglise orthodoxe bulgare, créée en vue d’examiner la question de la reconnaissance d’une Eglise orthodoxe ukrainienne, n’a pas eu lieu. Seuls quelques métropolites se sont rendus au monastère de Troyan qui devait accueillir la réunion, a indiqué la télévision nationale BNT sans citer des noms. La commission est censée éplucher des documents historiques vieux de 350 ans afin de rédiger un avis, qui servira de base à la prise d’une position par le Saint-Synode. La composition de la commission n’a pas été publiquement annoncée, mais on peut déjà supposer que ses travaux ne seront pas de courte durée, prévoit Dnevnik. (bnt.bg, bnr.bg, dnevnik.bg)

Dernière modification : 06/11/2018

Haut de page