Mercredi 11 décembre

Politique

Sotir Tsatsarov élu à la tête de la Commission de lutte contre la corruption

Avec les voix de 165 députés de toutes les couleurs politiques, Sotir Tsatsarov, procureur général sortant, a été élu à la tête de la Commission de lutte contre la corruption. Les groupes parlementaires du GERB, des Patriotes unis et du MDL ont soutenu en bloc M. Tsatsarov. Le vote a fait sortir au grand jour de profondes divisions au sein du PSB. Malgré l’annonce faite à plusieurs reprises par la présidente du groupe parlementaire Kornelia Ninova et par son adjoint Kroum Zarkov, de la tribune du parlement, selon laquelle le PSB ne soutiendra aucune des deux candidatures, 27 socialistes ont voté en faveur de M. Tsatsarov, 30 « contre », 3 se sont abstenus, 8 n’ont pas pris part au scrutin bien qu’ils aient été sur place et 11 ont été absents. 10 des 12 députés du parti « Volonté » ont également soutenu ce candidat, malgré la candidature présentée par Volonté de son propre député Simeon Naïdenov. Le débat, qui a duré deux heures, au lieu de porter sur les deux candidatures, a été émaillé de critiques contre le président de la République et son annonce du lancement d’un débat sur le Parquet au regard de la Constitution, ainsi que contre le président de la Cour suprême de cassation Lozan Panov.

Le nouveau président de la Commission de lutte contre la corruption achèvera les quatre années restantes du mandat de six ans de son prédécesseur Plamen Gueorguiev, qui avait quitté son poste, éclaboussé par le scandale immobilier AppartementGate. M. Tsatsarov a d’ores et déjà annoncé ses plans de réorganisation de la commission et d’amendement de la loi régissant son fonctionnement. (dnevnik.bg, mediapool.bg)

Suite de l’affaire d’empoisonnement d’E.Guébrev

Le parquet bulgare a confirmé les soupçons d’implication d’agents des services de renseignement russes dans l’affaire d’empoisonnement du producteur d’armes, Emilien Guébrev. Le parquet fait le rapprochement entre la tentative d’assassinat contre M. Guébrev et celle du double agent Sergei Skripal, à Salisbury, car dans les deux cas un officier présumé du GRU, se trouvait dans le pays au moment de l’attaque. Le bureau fédéral d’enquête (FBI) va contribuer à l’investigation en préparant une expertise des caméras de surveillances dans la recherche de preuves. Le parquet a envoyé deux décisions européennes d’enquête pour se doter des identités de tous les suspects et pour comparer les expertises bulgares et finlandaises du poison à l’agent innervant « Novitchok », utilisé lors de l’attaque en Angleterre. Enfin, le parquet a réfuté la théorie selon laquelle E.Guébrev a été attaqué suite à l’achat de l’usine « Dunarit », mais il fait le lien entre son empoisonnement et l’exportation d’armes en Ukraine. Dernièrement, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a affirmé être capable de faire l’expertise de la substance nocive, à condition que le Ministère de la défense transmette une note verbale confirmant cette volonté. Le parquet ne précise pas quelle est la raison pour laquelle une telle note n’a pas été envoyée.

Visite des experts américains sur l’énergie nucléaire en Bulgarie

Comme convenu lors de la rencontre entre le Premier ministre et le Président américain, des experts dans le domaine de l’énergie nucléaire ont visité la centrale thermique « Béléné » et les jours prochains ils se rendront dans les centrales de « Kozlodouï » et de « Maritsa-Iztok ». Le premier ministre a souligné que la production d’énergie nucléaire en Bulgarie permet la diversification, et que les centrales de « Béléné » et de « Kozlodouï » sont des éléments fondateurs de l’équilibre énergétique du pays. Il a ajouté que la coopération bilatérale contribuera au renforcement de la sécurité énergétique et à la diversification des sources et des tracés, y compris à travers l’importation de gaz liquéfié.

Médias

3 journalistes remportent le prix « Personnalité de l’année » du Comité d’Helsinki de Bulgarie

Trois journalistes – Sylvia Vélikova, Guenka Chikérova et Paulina Paounova – ont reçu le prix « Personnalité de l’année », décerné par le Comité d’Helsinki de Bulgarie à des personnes ou à des organisations ayant contribué à la défense des droits de l’homme et des animaux et à la protection de l’environnement. Selon le Comité d’Helsinki, les trois journalistes « sont parmi les défenseurs emblématiques de l’honneur du métier des journalistes en Bulgarie, faisant valoir leur droit de révéler et de divulguer la vérité ».

Pour rappel, en septembre dernier, il y a eu une tentative de priver d’antenne Mme Vélikova à la radio nationale, où elle couvre les sujets liés à la justice. Pour sa part, Mme Chikérova est devenue journaliste indépendante après avoir été démise de ses fonctions à la Nova TV, à la suite de l’achat de celle-ci par l’homme d’affaires Kiril Domoustchiev. Elle est auteure d’un reportage sur des cas supposés de fraude à l’Agence pour la sécurité alimentaire. Quant à elle, Mme Paounova, journaliste à Svobodna Evropa, a publié un reportage sur l’appartement de luxe de l’ancien vice-président du GERB, Tsvétan Tsvétanov, ce qui a été à l’origine du scandale « AppartementGate ». (tous médias)

Justice

13 peines de prison et une condamnation avec sursis dans l’affaire des imams radicalisés

Le tribunal de district de Pazardjik a prononcé 13 peines de prison et une peine avec sursis dans l’affaire des 14 personnes accusées d’avoir prêché la haine et l’intolérance religieuse, ainsi que d’avoir diffusé les idées de l’État islamique. L’imam Ahmed Moussa, considéré par le ministère public comme l’organisateur et le leader du groupe, a été condamné à huit ans et demi en prison et 9 500 leva d’amende. Il s’agit de la troisième condamnation d’Ahmed Moussa depuis 2004 liée à l’islam radical (il purge actuellement une peine de quatre ans). Les 12 autres participants de ce groupe ont reçu des peines allant de deux à trois ans et demi en prison et des amendes de 6 à 7 000 leva. La seule femme de ce procès a été condamnée à deux ans et demi avec sursis, avec une période de probation de quatre ans. Tous les accusés ont commis des crimes entre 2013 et 2014, avant d’être arrêtés en novembre 2014 lors d’une opération de l’Agence d’État pour la sécurité nationale. (tous médias)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 11/12/2019

Haut de page