Mercredi 12 février

Politique

Le CSM demande des preuves avant d’examiner le cas du magistrat Mitalov, sanctionné pour des faits de corruption par les Etats-Unis

Le collège des juges du CSM, réuni hier pour examiner la demande du ministre de la Justice Danaïl Kirilov de révoquer le juge Andon Mitalov pour atteinte au prestige de l’autorité judiciaire, a décidé à l’unanimité (12 membres ; un seul s’est abstenu) de demander au ministre de lui communiquer des preuves, sous un délai de sept jours. Le ministre devra indiquer notamment les faits – date, lieu, numéro de l’affaire judiciaire et type d’infraction commise par le juge Mitalov au titre du Code de procédure pénale. Il devra, en outre, indiquer d’où et depuis quelle date il dispose de ces informations. Ce n’est qu’après que les juges se prononceront.

A l’issue de la réunion, le président de la Cour suprême de cassation, Lozan Panov, a déclaré à la presse qu’il est extrêmement important que le CSM dispose de preuves des actes de corruption pour lesquels les Etats-Unis ont sanctionné le juge Mitalov. Selon M. Panov, la proposition avancée par le ministre Kirilov, « le meilleur juriste du gouvernement », est pleine de lacunes et manque de précision.

« Je pense que les éléments de preuve concernant le juge Mitalov, sont accessibles au public et qu’il n’est pas nécessaire de les prouver », a réagi le ministre Kirilov. « Si les collègues ne les connaissent pas, je vais les leur prouver ». (tous media)

Deux médias indépendants attaqués par Valéri Siméonov

Lors d’une interview à la BNT, le vice-président de l’Assemblée nationale, Valéri Siméonov, a cité les noms de deux journalistes de la télévision bTV comme étant impliqués dans des actes de corruption : le directeur des actualités, Vénélin Petkov, et le présentateur de l’émission « Tazi sutrin » (trad. ce matin), Anton Hekimian. Les propos du député FNSB, membre de la coalition « Patriotes unis », s’appuient sur les récentes affirmations de l’homme d’affaires, Tsvetomir Naidenov, ancien collaborateur de Vassil Bozhkov (qui fait à présent l’objet d’une poursuite judiciaire portant sur plusieurs chefs d’inculpation). M. Naidenov aurait partagé avec BTV et le journal en ligne « Dnevnik » des informations importantes sur l’activité criminelle de son ancien collaborateur, Bozhkov. V.Simeonov reproche à ces deux médias le fait de ne pas avoir exploité ces informations.

L’équipe de la bTV a expliqué que « le rôle du journalisme est celui de révéler la vérité après l’avoir vérifiée ». M. Naidenov insistait sur la divulgation à l’antenne des recours qu’il avait déjà soumis au Parquet, deux semaines avant son passage à la télévision, a ajouté l’équipe de la bTV. La Direction de la chaine a pris la défense des deux journalistes, et a déclaré son intention de les soutenir devant les tribunaux. Le journal « Dnevnik » s’est justifié en rappelant que « la fonction principale du journalisme consiste à récolter, vérifier et diffuser de l’information importante pour la société et les médias ne peuvent pas être employés à régler des différends entre entreprises ».

L’association des journalistes s’est prononcée en faveur du droit des journalistes à l’indépendance éditoriale, tandis que la chaîne nationale BNT a condamné le fait d’avoir été utilisée par Siméonov comme plateforme pour faire des allégations contre les deux journalistes de la bTV. (tous médias)

Energie

Mafia dans l’énergie ?

La plus grande association patronale, la Confédération des employeurs et des industriels en Bulgarie, présidée par Kiril Domoustchiev, a demandé la démission de plusieurs dirigeants du secteur de l’énergie. Devant Nova TV, faisant un parallèle avec la gestion du secteur des jeux de hasard, M. Domoustchiev a parlé de mafia, et a exprimé l’espoir qu’un jour « le Parquet trouvera le temps de se pencher sur l’énergie pour y fouiller un peu ». A l’appui de ses propos, M. Domoustchiev a avancé le nom de l’homme d’affaires Hristo Kovatchki, en parlant d’un monopole sur les prix de l’électricité pour les entreprises, « la plus chère en Europe ».

En écho, Hristo Kovatchki a donné son point de vue sur la chaîne de bTV. Selon lui, les industriels bulgares utilisent l’énergie la moins coûteuse de la région. Et cela, grâce aux efforts du gouvernement et de la Commission pour la régulation de l’énergie et de l’eau, qui assurent de l’électricité bon marché pour les particuliers et les entreprises. Le comportement des organisations patronales vis-à-vis des acteurs de l’énergie met en danger la sécurité nationale, a souligné M. Kovatchki.

Investissements

Sofia, ville modèle

La ville de Sofia a été classée troisième en Europe, après Londres et Dublin, dans le classement « fDi Intelligence » de Financial Times, catégorie « Ville européenne d’avenir 2020-2021 ». Ce classement, qui prend en compte les stratégies des villes pour attirer des investissements étrangers directs et encourager le climat d’investissement, est organisé tous les deux ans. Cette année y ont pris part 505 villes et régions à travers toute l’Europe. (dnevnik.bg)

Dernière modification : 12/02/2020

Haut de page