Mercredi 15 avril

L’ENTRETIEN

HUB GAZIER ET SCHENGEN : BORISSOV A DEFENDU LES AXES DE SA POLITIQUE A PARIS

M. Boïko Borissov s’est rendu à Paris dans le cadre de l’inauguration officielle au Louvre de l’exposition « l’Epopée des rois thraces ». L’adhésion de la Bulgarie à l’espace Schengen, les projets énergétiques, les sanctions contre la Russie ont figuré parmi les accents, mis par le premier ministre lors de son entretien avec le président de la République François Hollande et son homologue français Manuel Valls. Du côté français, la lutte contre le terrorisme a été mise en avant.
En rappelant que « le projet South Stream a été arrêté par la Commission européenne », le premier ministre bulgare a souligné l’importance des projets énergétiques pour la Bulgarie. « La France deviendrait la source d’énergie » pour le projet de construction d’un hub gazier près de la ville de Varna a annoncé M. Borissov après l’entretien. De son côté M. Hollande a exprimé la volonté de la part d’entreprises françaises, telles que la EDF, de participer à la diversification énergétique de la Bulgarie.
A l’égard des sanctions contre la Russie, le premier ministre bulgare a souligné que, partenaire stable qui respecte les règles européennes, la Bulgarie est neanmoins en train de pâtir des mesures et contre-mesures de l’UE et de Moscou. D’après le quotidien 24 Tchassa, lors de l’entretien, le président Hollande a exprimé sa volonté de « rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine et de protéger les intérêts bulgares ». Selon M. Hollande, la position de Sofia envers le conflit en Ukraine consistant à respecter le traité de Minsk est la meilleure possible.
La lutte conjointe contre le terrorisme a était mise en avant par M. Hollande. Il a souligné le besoin d’efforts pour limiter le transit de terroristes vers des zones de conflit.
Quant à la volonté de Sofia d’adhérer à l’espace Schengen, M. Hollande a dit que Paris soutiendrait la Bulgarie au cas où tous les critères seront respectés. Le ministre de l’interieur Bernard Cazeneuve a souligné lors de sa rencontre avec son homologue bulgare Roumiana Batchvarova que la France suit de près les progrès de Sofia dans ce domaine.
L’inauguration de l’exposition « L’Epopée des rois thraces. Découvertes archéologiques en Bulgarie » qui ouvrira demain 16 avril au grand public a également été l’occasion pour Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, de rencontrer son homologue bulgare, Vejdi Rachidov, selon qui l’exposition est déjà un franc succès puisqu’elle fait l’objet de demandes de la part de la Russie, du Royaume-Uni, de la Roumanie, de la Croatie et du Maroc.
Des négociations sont en cours pour le prêt d’objets d’art par le Louvre à Sofia. Du point de vue de la coopération culturelle bilatérale, Mme Pellerin et M. Rachidov ont signé une déclaration commune sur la protection des droits d’auteurs et le patrimoine culturel. La coopération se poursuivra également dans le domaine du cinéma, avec le centenaire fêté cette année du cinéma bulgare, et entre le Palais des Congrès de Paris et le Palais national de la culture (NDK) de Sofia. (tous journaux)

LE CONTROLE

DEBATS AU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE MAINTIEN DU MCV
A la veille de la visite d’une mission d’experts de la Commission européenne au titre du mécanisme de coopération et de vérification (MCV), une audition publique au sujet du respect des critères du MCV s’est tenue au sein de la commission de contrôle budgétaire du Parlement européen à l’initiative de Monica Macovei, ancienne ministre de la justice roumaine, actuellement parlementaire européenne (PPE).
Catherine Dey, secrétaire général de la Commission européenne, a qualifié de « lents » les progrès réalisés par la Bulgarie ces deux dernières années. En revanche, elle a salué l’engagement du gouvernement et du parlement bulgare à réformer le système judiciaire et à satisfaire ainsi à l’objectif du MCV qui consiste à améliorer le fonctionnement de la justice et à réduire au minimum la corruption. Ce changement acquis, la Commission déclarera que le mécanisme a accompli sa mission. « Nous suivons les débats relatifs à l’utilité de réviser la Constitution et approuvons une telle révision dans la mesure où celle-ci ne n’empêche pas la mise en œuvre des réformes essentielles. La défense du principe de l’indépendance du système judiciaire et la volonté de lutte contre la criminalité organisée et la corruption constitueront des signes révélateurs pour nous », a-t-elle précisé.
Madame Dey a réaffirmé qu’il est inadmissible d’établir un lien entre les progrès de la Bulgarie et de la Roumanie au titre du MCV et leur demande d’adhésion à l’espace Schengen.
Verguinia Rousseva, vice-ministre de la justice, a présenté lors de cette audition la stratégie de réforme judiciaire et les amendements législatifs que sa mise en œuvre implique. Zinaïda Zlatanova, ancienne ministre de la justice, également présente à cette discussion, a relevé que ladite stratégie ne fait pas l’objet d’un consensus au sein de la majorité au pouvoir. « La preuve en est que deux partis de la coalition au pouvoir ont déposé des projets détaillés d’amendements à la loi sur le pouvoir judiciaire qui s’écartent largement du projet que le gouvernement envisage de déposer. » Selon Pressa, ce projet sera présenté d’ici la fin de la semaine.
Emil Radev (GERB), Gueorgui Pirinski et Iliana Yotova du PSB, parlementaires européens ayant assisté à cette audition, ont considéré que la Bulgarie ne mérite pas d’être soumise au MCV compte tenu du fait que le pays compte parmi les dix meilleurs membres de l’UE dont le pourcentage d’erreur [les corrections financières en cas d’irrégularités] dans la gestion des fonds européens est le plus faible (1,5%) – un argument déjà avancé la semaine dernière par M.Borissov.
Madame Macovei, initiatrice de cette discussion, a réagi vivement à ces considérations en précisant que le MCV est destiné à « ceux qui veulent lutter contre la corruption ». Elle s’est opposée à ce que des propos comme « personne ne lit les rapports de la Commission au titre du MCV » (tenus par Iliana Yotova) soient avancés par des politiciens, « car c’est mauvais pour les citoyens ». Elle a affirmé l’efficacité éprouvée du mécanisme. Mme Rousseva a adhéré à l’utilité du maintien du MCV.
Dans ce contexte, la presse informe de la mise en garde à vue de la juge Roumiana Tchenalova, suspendue par le Conseil supérieur de la magistrature le temps (six mois) que dureront les trois procédures disciplinaires diligentées à son encontre (voir notre revue du 23 janvier).
Mise en cause pour abus de pouvoir et infractions relatives à des documents (commises dans le cadre d’affaires dont elle a été chargée), Mme Tchenalova ne s’est pas présentée (sans raison valable) lors de sa citation à comparaître afin que l’acte d’accusation lui soit remis. Les autorités compétentes, chargées d’assurer sa présence de manière coercitive n’ont pas pu la trouver à son adresse et un avis de recherche a été publié le 14 avril. Tard dans la soirée, elle a été arrêtée et mise en garde à vue pour 72 heures. Le Parquet insisterait pour que lui soit infligée la mesure la plus grave de contrôle judiciaire : la détention provisoire. (tous journaux)

L’ANALYSE

PREMIERES INFORMATIONS SUR LA STRATEGIE DES PARTIS POUR LES ELECTIONS MUNICIPALES

Avec l’approche des élections municipales qui auront lieu en octobre prochain (la date n’est pas encore fixée), les analyses sur les différentes stratégies possibles des acteurs principaux commencent à se multiplier. Quatre partis parlementaires (le Bloc réformateur, le Front patriotique, ABC et le Centre démocratique bulgare) se présenteront pour la première fois aux élections municipales.
Le GERB et le MDL, qui ont déjà démontré à maintes fois au parlement leur tendance à former une coalition flexible, dépendante de leurs propres intérêts, vont « se battre pour l’hégémonie totale », selon Anna Krasteva. La politologue considère que tous les autres partis politiques vont essayer de survivre et ne s’attend pas à un « phénomène politique bulgare ». L’élite politique est bien loin du renouvellement et les élections municipales en seront la preuve.
« Le PSB a beaucoup perdu de son identité et fait face à un énorme problème : le manque total d’idées et de messages. Le problème du déficit d’’identité s’applique avec autant de force pour ABC et le Bloc réformateur », poursuit Mme Krasteva.
Ce manque d’idées au sein du parti socialiste est repris dans une analyse du quotidien Troud selon laquelle « la centenaire » (comme le PSB est souvent nommé en Bulgarie) est très probablement en route vers la retraite. Ce manque d’énergie devrait aussi se refléter dans une rhétorique gauche-droite moins conflictuelle lors de la campagne électorale. L’accent de ces élections est vu surtout dans les potentielles dissensions au sein des partis et coalitions.
Le Bloc réformateur aura sans doute du mal à réaliser une des attentes principales de ses électeurs : se définir et se présenter en tant qu’acteur politique solide et uni et ne pas perdre son propre visage. Dans une interview, Bojidar Loukarski, ministre de l’économie issu du Bloc, annonce que la stratégie de son parti ne consiste pas dans « le principe olympique de participation à tout prix » et que dans les villes ou le Bloc ne pourra pas présenter une candidature forte et éligible, il soutiendrait probablement celle du GERB, notamment à Sofia ou la maire sortante de GERB Yordanka Fandakova est donnée favorite.
Le Front patriotique entrera vraisemblablement en compétition avec Ataka dans une surenchère verbale contre les minorités – stratégie à laquelle le MDL répondra de bon gré. Le MDL, qui a une grande expérience électorale serait, d’après l’analyse de Troud, le plus ouvert aux compromis à l’égard du PSB. Quant à ABC, une stratégie de coalition et en même temps d’extrême confrontation avec les socialistes est fort possible. Elle sera décidée sur place, selon que les deux partis pourront s’unir derrière une candidature commune ou qu’ils choisiront de jouer séparément dans certaines villes. Dans ce cas ils démontreront le fait que, parfois, « le tir amical pourrait s’avérer le plus destructeur ». (Troud, Pressa, Bulgaria on air)

Word - 197.2 ko
(Word - 197.2 ko)

Dernière modification : 15/04/2015

Haut de page