Mercredi 15 mars

Politique

Ivan Garelov, conseiller pour la communication et les relations avec les médias du premier ministre, a été révoqué hier pour avoir enfreint le principe de neutralité : dans le bloc matinal de la chaîne Nova, il avait pris la défense d’Elena Yontcheva, tête de liste du PSB à Haskovo, en butte aux attaques de Boïko Borissov. (tous médias)

Les Patriotes unis appellent Ognian Guerdjikov et Roumen Radev à prendre des mesures pour « mettre fin à l’inadmissible ingérence de la Turquie dans la politique intérieure de la Bulgarie » : ils demandent qu’il n’y ait pas de bureaux de vote en dehors des missions diplomatiques dans les pays qui ne sont pas membre de l’UE et menacent de bloquer les poste-frontières pour empêcher des résidents en Turquie de venir voter en Bulgarie. (Sega, Standart)

Le gouvernement intérimaire s’engage à faciliter le passage à la frontière bulgaro-turque des cars et des automobiles d’expatriés bulgares venant de Turquie exercer leur droit de vote en Bulgarie le 26 mars prochain, a déclaré Stefan Yanev, vice-premier ministre et ministre de la défense, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres, tout en précisant que les appels des partis politiques à fermer les bureaux de votes en Turquie et à interdire l’entrée des cars transportant les expatriés en Bulgarie constituent une violation du Code électoral. (24 tchassa)

Les sociologues évitent de se prononcer sur la répartition des voix des expatriés bulgares entre le MDL et DOST, souligne Lioudmil Ivanov dans une analyse intitulée « Aller aux élections avec Erdoğan autour du cou » ; selon lui, le MDL, ne bénéficiant plus du soutien du gouvernement turc, risque de perdre une partie des 30 à 90 000 voix des 300 000 expatriés en Turquie dont il bénéficiait aux élections législatives depuis 2001. (Sega)

« Il n’y aura pas de débat entre M. Borissov et Mme Ninova parce que tous deux y risqueraient gros. Un tel débat pourrait faire peser la balance dans l’un ou l’autre sens, alors que maintenant il y a la parité », estime la psychologue politique Antoinetta Hristova dans une interview pour Sega.

Les listes du parti Volonté de Vesselin Marechki regorgent de candidats liés par des liens professionnels et parentaux. Sega cite l’exemple flagrant de Guergana Stefanova, représentante commerciale de M. Marechki pour la région de Bourgas, tête de liste à Bourgas et à Sliven, et dont la mère, le père, le mari, la sœur et le beau-fils figurent également comme têtes de liste ou en 2e position dans d’autres régions. (Sega)

La désignation du commissaire bulgare ne figure pas à l’agenda du gouvernement intérimaire, a affirmé Denitsa Zlateva. (douma.bg, 24 tchassa)

Lutte contre la contrebande de carburants : la Direction générale de lutte contre la criminalité organisée et l’Agence des douanes ont effectué une opération spéciale dans une raffinerie de pétrole à Roussé, visant selon 24 Tchassa Polissan, l’un des trois fournisseurs de l’homme d’affaires et politicien Vesselin Marechki. (Capital Daily, 24 Tchassa)

Justice

Maria Pavlova, ministre de la justice intérimaire, a révoqué Guergana Gueorguieva, directrice générale de l’application des peines, et Mariana Assenova, directrice ad interim de la nationalité bulgare. (tous médias)

A la demande du procureur général, la Commission électorale centrale (CEC) a levé l’immunité du docteur Valentin Pavlov, tête de liste du Bloc réformateur, à cause d’une action en justice intentée à son encontre pour avoir causé la mort par inadvertance d’un enfant de 14 ans à la suite d’une opération dentaire sous anesthésie générale. (tous médias)

Au lieu de se concentrer sur ses missions de fond, le parquet s’est emparé des missions de contrôle relevant de la compétence de tout un éventail d’autorités de contrôle (36 au total selon l’ancien procureur général Boris Veltchev) à cause de leur inaction.(Sega)

Economie

Tout le conseil d’administration de Sofia Tech Park a été remplacé à la suite du vote de l’Assemblée générale de la société, a annoncé Teodor Sedlarski, ministre de l’économie. (tous médias)

Le prix du gaz naturel devrait chuter d’au moins 40 à 50%, ont indiqué les partis Oui Bulgarie et Nouvelle République tout de suite après l’information de la Commission européenne selon laquelle Gazprom s’est engagée à supprimer les obstacles sur le marché du gaz. « Il est très important que la Bulgarie insiste sur la mise en place d’un prix unique du gaz pour tous les pays en Europe, identique à celui [pratiqué par Gazprom] dans les pays occidentaux. Pour la Bulgarie, cela signifierait une baisse de 50% et des millions d’euros économisés tous les ans », a déclaré Traïtcho Traïkov, ancien ministre de l’économie. (Capital Daily)

Institut national des statistiques : selon les données provisoires, le taux d’inflation enregistré en février dernier a été 1,7% sur les douze derniers mois. (tous journaux)

Europe

La Turquie annonce suspendre ses liens politiques avec les Pays-Bas et envisage de saisir les Nations unies, l’OSCE et le Conseil de l’Europe sur le refus de ce pays à autoriser sur son territoire la propagande pour le référendum turc. (tous journaux)

Dans la querelle entre Ankara et Amsterdam, la Grèce prend le parti de la Turquie : « Sans vouloir intervenir dans les problèmes politiques intérieurs d’autres pays, il faut dire qu’il existe un principe en Europe selon lequel l’organisation de telles manifestations [de propagande électorale] n’est pas interdite. Il n’y a pas de raison d’imposer de telles interdictions à la Turquie », déclare Gergios Katrougalos, vice-ministre grec des affaires étrangères (tous médias)

« Macédoine : une boîte de Pandore s’ouvre près de chez nous » : analyse détaillée du politologue Ognian Mintchev. (24 Tchassa)

« La Commission européenne ne s’intéresse plus à la lutte contre la corruption au sein de l’UE » : commentaire de Filip Gounev, ancien membre du groupe d’experts en matière de corruption et point focal, en sa qualité d’ancien vice-ministre de l’intérieur, pour le rapport anti-corruption de la Commission. (24 Tchassa)

Une entreprise peut interdire le port de symboles religieux visibles, dont le foulard islamique, sur le lieu de travail, si elle s’appuie sur des raisons objectives et nécessaires comme le principe de neutralité. C’est ce qu’a estimé la Cour de justice de l’Union européenne en réponse à deux cas en France et en Belgique. (BGNES)

Dernière modification : 15/03/2017

Haut de page