Mercredi 19 septembre

Politique

Fin de « la guerre institutionnelle »

Le président de la République, Roumen Radev, a signé le décret de démission de Mladen Marinov du poste de secrétaire général du ministère de l’intérieur. Dans un communiqué de presse, la présidence de la République informe que « les documents, exigés dans le cadre de la procédure de concertation prévue par l’article 32, al.2 du Règlement intérieur du Conseil des ministres, ont été déposés à la Présidence de la République ». (bnr.bg)

Roumen Radev, interrogé hier par des journalistes au sujet de la signature de ce décret de démission, avait assuré qu’il était ouvert à des solutions constructives à condition que « la procédure de concertation écrite prévue par la loi soit respectée ». Quelques heures plus tard, le ministère de l’intérieur a communiqué l’envoi d’une lettre par le ministre de l’intérieur sortant au président de la République. (tous media)

Toute personne en conflit d’intérêt dispose d’un mois pour le résoudre

« Mladen Marinov peut être nommé ministre sans avoir été libéré de ses fonctions de secrétaire général du ministère de l’Intérieur » : telle est la position du juge constitutionnel Konstantin Pentchev, qui indique que la question des conflits d’intérêt nés du cumul de fonctions incompatibles, est régie par la loi relative à la prévention de la corruption et la confiscation de biens acquis illégalement. Selon cette loi, toute personne qui se trouve dans un conflit d’intérêt dispose d’un délai d’un mois pour choisir un poste et renoncer aux autres. Quant à la procédure de concertation non respectée selon le président de la République, « elle n’est réglementée que dans le règlement d’organisation du Conseil des ministres », relève M. Pentchev. « La loi – et encore moins la Constitution – n’exige pas une telle procédure de concertation. Celle-ci n’est qu’un signe de respect entre les différents pouvoirs, de comportement bien intentionné entre les institutions. Il est normal que les institutions se parlent », conclut-il. (24 Tchassa)

Saisie de la Cour constitutionnelle par le président de la République et le PSB

Le président de la République a demandé à la Cour constitutionnelle de prononcer la non-constitutionnalité et la non-conformité aux traités internationaux de certaines dispositions de la loi d’amendement au Code de procédure administrative. Les vice-présidents du PSB Kroum Zarkov et Gueorgui Svilenski ont également introduit une requête de la part du PSB auprès de cette haute autorité au sujet de ces amendements qui « portent atteinte à l’Etat de droit ». (tous media)

Etude sociologique de Trend

Selon une étude sociologique réalisée du 4 au 11 septembre par le centre d’études Trend à la demande du quotidien 24 Heures, les conflits politiques ont eu un impact négatif sur la cote de popularité de tous les acteurs politiques. La cote de popularité du gouvernement passe de 33% en août à 28% en septembre), et celle du Parlement de 22 à 20%. Celle du président de la République a diminué de 62 à 59%. Cependant, 50% des sondés considèrent que des élections législatives anticipées ne sont pas nécessaires. Seuls 20 % sont d’avis contraire. S’il y avait néanmoins des élections législatives anticipées, 22,9% voteraient pour le GuERB, 19, 7% pour le PSB, 6,4% pour le MDL, 5,7% pour les Patriotes unis, 1,5% pour le parti Volonté, 2,2% pour le parti Bulgarie démocratique et 1,3% pour le Bloc réformateur. 34% ne voteraient pas. Selon 55% des sondés, les trois démissions ministérielles ne changeraient pas la donne dans le pays. (24 Heures)

Contrebande de cigarettes

Selon 24 Heures, un service britannique spécialisé dans la lutte contre les infractions fiscales a signalé aux services compétents bulgares, en début d’année, l’existence d’un groupe de fabrication et de distribution illégales de cigarettes, dirigé par l’homme d’affaires Anton Arabadjiev. Ce media rappelle que M. Arabadjiev avait été condamné, en 2012, à 3 ans d’emprisonnement avec sursis, à la suite du démantèlement d’une fabrique illégale de cigarettes dont la capacité de production permettait de fabriquer, selon les déclarations de Tsvetan Tsvetanov, ministre de l’intérieur à l’époque, 1/3 des cigarettes nécessaires pour le marché bulgare. Selon les sources de 24 Heures, bénéficiant d’une protection politique aux niveaux national et régional, Anton Arabadjiev, informé qu’il faisait l’objet d’une enquête, aurait préféré dénoncer ses concurrents (les propriétaires des 5 fabriques démantelées en juillet et en août) dont une partie des détenus avaient à l’époque travaillé pour son compte.

Des fonds européens ont été indirectement octroyés à Miniou Staïkov

Selon le ministère public, 7 millions de leva ont été octroyés en 2 ans au titre du programme européen de soutien aux Jeunes agriculteurs à des hommes de paille liés à Miniou Staïkov, accusé la semaine dernière d’avoir commis des infractions fiscales et d’être impliqués dans des schémas de blanchiment d’argent. Le parquet déclare posséder des déclarations signées par les jeunes bénéficiaires de ces fonds, tous de moins de 28 ans et enfants d’employés de Miniou Staïkov, selon lesquelles le bénéficiaire réel des droits acquis par eux au titre de ce programme était Miniou Staïkov. Ces révélations ont été communiquées à l’OLAF.

Justice

Un juriste italien à la rescousse de la justice bulgare

Dans une lettre envoyée aux media bulgares, le professeur italien de droit Giuseppe Consolo, avocat du Bulgare Sergueï Antonov dans l’affaire de l’attentat contre le pape Jean-Paul II pendant les années 1980, propose son aide sur le dossier du palais de Vrana, opposant l’ancien roi Siméon II à l’Etat bulgare. Récemment, le tribunal avait réattribué la propriété de cet immeuble à l’Etat. M. Consolo demande qu’on lui permette de prendre connaissance des éléments de ce dossier et se dit confiant qu’il saurait trouver une solution équitable et satisfaisante pour les deux parties. (tous media)

Balkans

Présence universitaire bulgare en ARYM

L’Université de Veliko Tarnovo ouvrira une antenne dans la ville de Sveti Nikole, en ARYM. Elle deviendra ainsi la première université étrangère à être présente sur le territoire macédonien. Cent étudiants pourront y suivre des masters en sciences informatiques, développement régional et langue anglaise. (24 Tchassa)

Dernière modification : 19/09/2018

Haut de page