Mercredi 26 juin

Politique

La mairie de Sofia passe l’éponge

La mairie de Sofia a annulé l’ordonnance rendue par l’arrondissement de Slatina, concernant le toit-terrasse du chef de la Commission de lutte contre la corruption, Plamen Gueorguiev. En plein cœur du scandale Appartmentgate il y a quelque mois, il s’était avéré que M. Gueorguiev avait aménagé en terrasse, avec abris et barbecue, le toit de la copropriété où il occupe le dernier étage, privant ainsi d’accès au toit les autres copropriétaires. Le contrôle, effectué par des inspecteurs de l’arrondissement de Slatina, avait constaté que cet aménagement ne correspondait pas aux prescriptions de la loi et qu’il avait été exécuté sans l’autorisation des autorités compétentes. L’ordonnance, délivrée par les inspecteurs, enjoignait à M. Gueorguiev de supprimer les constructions illégales constatées. Mais, dans une récente décision portant annulation de ladite ordonnance, le directeur du service du contrôle de la construction à la mairie de Sofia, Vladi Kalinov, a estimé que ces constructions ne peuvent pas être supprimées puisque l’infraction n’a pas été constatée… au moment de la mise en exploitation du bâtiment. (tous media)

Scandale des manuels d’histoire

Le processus d’approbation des nouveaux manuels d’histoire pour la classe de 10eme (équivalent en France : classe de seconde), a été stoppé, suite à de multiples critiques (historiens, professeurs et journalistes) pour la manière dont ces manuels présentent l’époque communiste en Bulgarie. Le ministère de l’Éducation a transmis des recommandations de rectification aux maisons d’éditions. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Éducation, Krassimir Valtchev, en citant « des textes ouvertement provocateurs », « la minimalisation de certains faits » et « un accent insuffisant sur les caractéristiques basiques de la période ». Svobodna Evropa publie des extraits des manuels qui ont provoqué l’indignation : « Todor Jivkov se distingue par un style de gouvernement modéré, sans répressions sévères », ou encore « En 1962, les camps de travail forcé ont été fermés », sans mentionner que celui de Béléné rouvre en 1985. (tous media)

Financement des partis politiques

A l’issue d’une réunion du Conseil de la coalition au pouvoir, Valery Simeonov, président du Front national pour le salut de la Bulgarie, a déclaré que « le projet de diminution de la subvention des partis politiques doit être soumis à une consultation plus large, entre toutes les forces politiques et pas seulement au Parlement ». Il a expliqué que le groupe des Patriotes unis initiera, dès cette semaine, des consultations avec les autres formations politiques, afin de parvenir à un « équilibre réfléchi », de sorte que la loi sur le budget de l’Etat et la loi sur le financement des partis politiques soient examinées parallèlement. Il a précisé que « le nouveau montant de la subvention doit être adopté avant les vacances d’été du parlement ». Pour sa part, le Premier ministre a présenté ses excuses à « ses collègues des Patriotes unis » pour avoir déposé le projet visant la diminution de la subvention, sans se concerter avec eux. (tous media)

Immédiatement après la promulgation des derniers amendements de la Loi sur le financement des partis politiques, prévoyant le remboursement par les partis politiques des surplus de subventions perçus du fait d’un vide juridique, le ministère des finances a publié le montant de leurs dettes. Au total, 38 partis ayant perçu des subventions depuis 2001 auront à rembourser la différence entre 13,23 et 11 leva par suffrage obtenu aux élections législatives. A ce jour, seul le GuERB a remboursé, hier, un surplus de 5,6 millions de leva. Le PSB doit reverser 4,3 millions de leva, le MDL – 1,6 M de leva, les trois partis de la coalition des Patriotes unis – environ 500 000 leva chacun, le parti Volonté 655 000 leva et le Parti Renaissance qui n’est pas représentée au parlement – 170 000 leva, etc., jusqu’à la dette la moins importante de 779 leva, qui revient au Parti des femmes bulgares. (tous media)

Défense

Augmentation des dépenses de défense de la Bulgarie

En 2019, la Bulgarie a prévu des dépenses de défense à hauteur de 1,61% de son PIB, soit 927 millions de dollars, d’après un rapport de l’OTAN publié hier. Ceci représente une augmentation de 0,3 points de pourcentage par rapport à 2014, lorsque la Bulgarie avait dépensé 638 millions de dollars (1,31% de son PIB). Sega rappelle que selon la Stratégie de sécurité nationale, le pays devrait atteindre les 2% du PIB destinés à des dépenses de défense, et préconisés par l’OTAN, en 2024. Le quotidien estime que la Bulgarie essaye de faire augmenter ses dépenses de manière artificielle, en y incluant les salaires des magistrats et des procureurs militaires, ainsi que les retraites du personnel militaire. (Sega, BNR)

Économie

Sofiiska voda poursuit la mise en œuvre de son plan d’amélioration des services de l’eau

Le concessionnaire de l’eau à Sofia, Sofiiska voda, appartenant au groupe français Veolia, envisage d’investir 46,3 millions de leva durant l’année en cours en vue d’améliorer l’approvisionnement en eau, l’état du réseau de distribution et le traitement des eaux usées. Cet investissement s’inscrit dans son plan 2017-2021 qui prévoit l’investissement de 209 millions de leva dans l’eau et l’assainissement de la capitale. Il est prévu également que d’ici 2021, les déperditions en eau du réseau soient réduites à 38,72%. Sega indique par ailleurs que, durant les deux dernières années, le tarif de l’eau à Sofia a augmenté de 23,45%. (tous media)

International

Les parlementaires bulgares ne participent pas au vote sur le retour de la Russie à l’APCE

Les membres bulgares de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) n’ont pas pris part au vote, lundi soir, de la résolution visant à entériner le retour de la Russie au sein de l’APCE après les sanctions adoptées contre elle en 2014, à la suite de l’annexion de la Crimée et de la guerre dans le Donbass. En cela, les parlementaires bulgares ont imité leurs collègues des autres pays de l’Europe centrale et orientale, écrit Sega qui observe que la présidente de la délégation bulgare, Djema Grozdanova (GERB), avait toutefois contesté mardi matin, avec des députés d’autres pays, les pouvoirs de la délégation nationale russe. La question de savoir si la Russie participerait, ou non, à l’élection d’un nouveau secrétaire général du Conseil de l’Europe, a été reportée à aujourd’hui. (Sega, Troud)

Visite d’une délégation parlementaire en Russie

Une délégation parlementaire présidée par la Présidente de l’Assemblée nationale, Tsveta Karayantcheva, est en visite officielle en Russie. Elle a été reçue par le Premier ministre Dimitri Medvedev, les présidents de la Douma et du Conseil de la Fédération, Viatcheslav Volodin et Valentina Matvienko, et par le ministre des affaires étrangères Serguei Lavrov. Les projets énergétiques, notamment le passage du gazoduc Turkish Stream par la Bulgarie et la participation du groupe Rosatom au projet de construction d’une centrale nucléaire à Béléné, ont été au cœur des entretiens. Lors de son discours devant le Conseil de la Fédération, la présidente de l’Assemblée nationale a déclaré que la Bulgarie est ouverte à tout projet qui respecte la législation européenne, qui contribue à la sécurité des livraisons et à l’accomplissement des objectifs de l’union européenne de l’énergie et qui soit économiquement fondé. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 26/06/2019

Haut de page