Mercredi 28 avril

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 401 109 (+ 1 850 en 24h)
• Nombre de guérisons : 332 418 (+ 3 375 en 24h)
• Nombre de décès : 16 182 (+ 81 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 7 480 (dont 714 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de vaccins administrés : 750 899 (+ 16 749 en 24h)

Politique

Le Président Radev a remis le mandat au parti « Il y a un tel peuple »

Aujourd’hui le Président de la République, Roumen Radev a remis le mandat de formation de gouvernement au deuxième groupe parlementaire le plus nombreux, le parti « Il y a un tel peuple » (ITP). Comme promis, la candidate première-ministre, Antoaneta Stefanova l’a rendu sur le champ au motif « qu’un gouvernement stable ne peut se fonder sur des accords dénués de principes ». Le chef de l’État s’est montré compréhensif : « la Bulgarie a besoin d’un gouvernement régulier et efficace et c’est la raison pour laquelle un regard particulier d’espoir est porté lors de la remise de chaque mandat. Néanmoins je comprends vos motivations car un gouvernement stable ne peut pas être fondé sur des accords dénués de principes (…) La résilience en matière de politique économique et sociale dans les conditions d’une crise est une question importante. À cet égard, certaines décisions du Parlement bulgare sont d’une importance particulière. Elles doivent être prises indépendamment de la procédure de constitution d’un gouvernement. Nous devons chercher un équilibre entre la procédure constitutionnelle, l’activité législative de l’Assemblée nationale et les défis importants face à l’État ».

Plus tard devant les journalistes le vice-président du parti, Toshko Yordanov a affirmé qu’avant même la tenue des élections, le parti avait catégoriquement écarté la possibilité de s’allier aux « partis du statu quo » : « Il était donc très prévisible que ce Parlement ne tienne pas plus qu’un mois. Durant ce mois, il ne faut s’occuper que des dossiers les plus urgents. On devra notamment s’assurer d’une législation électorale plus ou moins normale pour les prochaines élections anticipées ». (bTV)

Manifestation de l’ORIM

En sortant de la Présidence, les représentants de l’ITP sont tombées dans une manifestation organisée par l’ORIM contre la levée des restrictions relatives au nombre de bureaux de vote dans les pays hors-UE (pour l’instant 35), ayant surtout à l’esprit les votes venant de la Turquie (très majoritairement favorable au MDL). On se souvient que lors des dernières élections du 4 avril, l’ORIM n’a pas franchi la barre des 4 % pour entrer au Parlement. (bTV)

Inconstitutionnalité du financement des partis par des entreprises

Saisie, en juillet 2019, par le Président de la République qui y avait en vain opposé son veto, la Cour constitutionnelle a, à l’unanimité, déclaré contraires à la Constitution plusieurs dispositions de la Loi sur les partis politiques et du Code électoral, relatives au financement des campagnes électorales de ces derniers par des entreprises.

La Cour estime que ces dispositions permettent à des entreprises à participation publique de financer des partis, ce qui est « constitutionnellement inadmissible ».

Les magistrats ont également remis en question l’absence de plafond pour les dons effectués par les entreprises, jugeant que cette possibilité « menace le pluralisme politique » et « sape l’égalité des droits politiques des citoyens ».

La commission des Lois approuve les amendements au Code électoral

La commission des Lois a approuvé hier en seconde lecture le projet d’amendement du Code électoral, introduit par « Il y a un tel peuple », lequel prévoit :

i) La réduction de la Commission électorale centrale (CEC) de 20 à 15 membres, nommés par décret présidentiel sur proposition des partis/coalitions représentés au parlement national (excluant donc les partis représentés à Strasbourg)

ii) La généralisation à tous les bureaux de vote de plus de 300 électeurs, en Bulgarie et à l’étranger, du vote par machines. L’usage du bulletin de vote papier sera réservé aux circonstances exceptionnelles ;

iii) La création d’une circonscription a des Bulgares de l’étranger ;

iv) La suppression de la limitation à 35 des bureaux de vote par pays hors UE ;

v) L’ouverture de bureaux de vote à l’étranger sur demande de 40 électeurs (au lieu de 60) ;

vi) L’introduction de la vidéosurveillance du dépouillement dans les bureaux de vote ;

vii) L’expérimentation du vote en ligne dès la prochaine élection présidentielle mais rejet du vote par correspondance.

L’examen en seconde lecture du projet a été bloqué par l’abstention des députés du GERB, du PSB et du MDL, opposé à l’ordre du jour proposé pour la semaine. Celui-ci incluait en outre l’étude d’une réduction des subventions aux partis de 8 à 1 lev et de la création d’une commission d’enquête sur l’affaire Rossenets (du nom de la résidence d’été du président du MDL Ahmed Dogan). (tous media)


Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 28/04/2021

Haut de page