Mercredi 4 septembre

Élections municipales

Maya Manolova présente son comité d’initiative

« Sofia n’a pas de maire, mais un directeur exécutif qui a pour attribution de mettre en œuvre les décisions d’un cercle solide de copains », a déclaré la candidate à la mairie de Sofia Maya Manolova, en présentant aujourd’hui l’équipe d’initiative qui portera sa candidature. Présidé par Nikola Vaptsarov (ancien maire adjoint de l’arrondissement de Mladost), le comité regroupe 65 personnes, dont des anciens députés (Mintcho Hristov, Martin Zahariev), comédiens, chanteurs pop et lyriques, avocats, protestataires connus des campagne organisées par la médiatrice à la défense de nombreuses causes, etc. Hier, Mme Manolova a démissionné de ses fonctions de médiatrice de la République en mettant en avant, parmi les motifs évoqués, les difficultés créés par le gouvernement pour saboter son action.

Le PSB décidera, le 15 septembre prochain, s’il soutiendra ou non la candidature de son ancienne députée et membre éminente, Maya Manolova. Hier, le Conseil national du parti a approuvé 162 propositions de candidatures de maires émanant des organisations locales et a rejeté une : celle du maire actuel de Simitli (région de Blagoevgrad) dont le fils est député du GERB. (tous media)

Politique

Déclaration du ministère des Affaires étrangères à propos d’une exposition russe

Le ministère des Affaires étrangères a réagi vivement suite à l’annonce d’une exposition organisée par l’ambassade de Russie à Sofia sous l’intitulé « 75 ans de la libération de l’Europe de l’Est du nazisme. Bulgarie », dont l’ouverture est prévue pour le 9 septembre, date marquant l’entrée de l’Armée rouge en 1944 en Bulgarie et l’accession au pouvoir du parti communiste. Dans sa déclaration, le ministère bulgare indique que sans nier la contribution de l’URSS à la défaite du nazisme en Europe, « on ne doit pas fermer les yeux sur le fait que les baïonnettes de l’Armée rouge ont apporté aux nations de l’Europe centrale et de l’Est un demi-siècle de répressions, ont étouffé la conscience citoyenne, ont déformé le développement économique et ont coupé ces peuples de la dynamique des processus dans les pays développés en Europe ». Le ministère recommande à l’Ambassade de Russie de ne pas prendre position « en faveur d’une thèse historique douteuse, celle de la ‘libération’, privilégiée par certains milieux politiques en Bulgarie, puisque cela signifierait une ingérence dans le débat politique interne de notre pays ». L’appréciation de cette période historique devrait être laissée aux historiens qui seuls peuvent évaluer va son impact sur le développement de la Bulgarie au 20e siècle, conclut enfin le ministère. (tous media)

Europe

Visite du premier ministre en Allemagne

Le premier ministre, Boïko Borissov, s’est rendu en Allemagne pour assister, en tant qu’« invité d’honneur », à une réunion du groupe parlementaire de l’Union chrétienne-sociale (CSU) au Bundestag, à l’invitation du président de ce groupe, Alexander Dobrindt. « À l’heure actuelle, je ne suis pas sûr qu’il soit avantageux pour la Bulgarie d’adhérer à l’espace Schengen, en raison de la pression migratoire le long des frontières grecques, et du fait que dans beaucoup de pays d’Europe centrale et orientale, les barrières de Schengen ont de nouveau été érigées », a commenté M. Borissov. Svobodna Evropa rappelle que le premier ministre avait jusqu’à présent affirmé que le pays était prêt à adhérer à l’espace Schengen et qu’il devrait en devenir membre.

M. Borissov était accompagné par le ministre des Finances, Vladislav Goranov, qui a évoqué les préparatifs de la Bulgarie pour intégrer le Mécanisme de taux de change européen II, et notamment les résultats des « stress tests » de plusieurs banques. (24 Heures, Sega, Dnevnik, Svobodna Evropa)

10 millions d’euros de fraude aux fonds européens pour l’agriculture en 2018

Selon le rapport de l’Office européen de lutte contre la fraude (OLAF) pour l’année 2018, présenté hier à Bruxelles, des entreprises bulgares ont détourné 10 millions d’euros de subventions européennes agricoles. Il s’agit de sociétés, ayant atteint le plafond des aides, qui ont créé de nouvelles entreprises faussement indépendantes, ou qui ont utilisé des entreprises déjà existantes, mais sans activités, pour siphonner des montants additionnels. En 2018, l’OLAF a mené quatre enquêtes en Bulgarie, dont deux ont été clôturées avec des recommandations. Entre 2012 et 2018, les autorités judiciaires bulgares ont classé 12 affaires sans suite, ont procédé à une inculpation dans un dossier, tandis qu’elles ne se sont pas encore prononcées dans neuf autres cas. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 04/09/2019

Haut de page