Mercredi 7 novembre

Politique

Les budgets de l’assurance-maladie et de la sécurité sociale approuvées en première lecture

Après plusieurs appels ces derniers jours au resserrement des rangs, le GERB et les Patriotes unis, aidés par les députés de Volonté de Vesselin Marechki, ont pu assurer un quorum de 122 voix pour l’examen du projet de loi de finances 2019. Les groupes parlementaires du PSB et du MDL, après avoir boycotté l’enregistrement pour le quorum, ont pris part au débat. Le budget de l’assurance-maladie, adopté en première lecture avec 108 voix (GERB, Patriotes unis) contre 62 (PSB, MDL) et 10 abstentions (Volonté), prévoit, entre autres, dans les dispositions transitoires et finales, la création d’une « méga agence » de surveillance médicale. Toutefois, cédant à certaines critiques de l’opposition, la majorité a accepté de réviser certaines de leurs propositions initiales (par exemple, les hôpitaux passeraient par la procédure d’agrément prévue non pas en une seule fois, mais progressivement faute de capacité administrative). Les dépenses de l’assurance-maladie seraient augmentées de 490 millions et dépasseraient pour la première fois en 2019, 5 milliards de leva. La cotisation d’assurance-maladie resterait au niveau de 8%. (tous media).

Par 112 voix contre 73 et 7 abstentions, les députés ont approuvé en première lecture le budget de la sécurité sociale. Une augmentation de 5,7% des pensions de retraite et de 910 à 1 200 leva du plafonnement des pensions y est prévue à partir du 1er juillet 2019. La proposition de porter de 2 600 à 3 000 leva le plafond de référence pour les prélèvements sociaux a été vivement critiqué par le MDL. Le budget 2019 de la sécurité sociale s’élèverait à 11,8 milliards de leva, soit une augmentation de 690 millions de leva par rapport à 2018. Les socialistes y ont vu un « gaspillage électoral » qui ne ferait qu’approfondir les tendances négatives au sein du système. (tous media)

Le PSB demande un audit de l’état des routes

Des députés du PSB ont déposé hier à l’Agence de l’infrastructure routière une demande d’audit technique indépendant de l’état des autoroutes et des routes dans le pays. L’expertise technique doit être effectuée par un laboratoire indépendant européen afin d’apporter la réponse à la question de savoir si les projets d’infrastructure routière génèrent de la corruption payée par des vies humaines. Les socialistes attendent l’autorisation de la part de l’Agence bulgare pour le prélèvement d’échantillons des revêtements et comptent collecter ensuite les fonds nécessaires pour l’expertise. (Douma)

Comment devenir Bulgare ?

Dans une interview accordée de manière exclusive à la bTV, une personne anonyme a révélé différents schémas qui permettent d’obtenir la nationalité bulgare : créer une société et embaucher 10 employés, se faire délivrer un certificat de représentation commerciale en Bulgarie ou un certificat d’origine bulgare. C’est en effet la délivrance de ce dernier certificat qui serait la voie le plus souvent préférée par les candidats à la nationalité bulgare. Ces candidats peuvent s’adresser à une centaine de personnes susceptibles de leur fournir une adresse fictive en Bulgarie (50-100 euros) et ensuite le certificat apportant la preuve de leurs « origines bulgares ». Les prix varient en fonction de l’Etat de provenance du candidat et de ses noms – « musulmans » ou « chrétiens » - ou de la vitesse de délivrance du document (il faut ajouter entre 300 et 500 euros pour une commande express). Ainsi, un ressortissant de Macédoine l’obtiendrait contre 1 000 euros, alors qu’un Kosovar paierait entre 3 000 et 5 000 euros. (btv.bg)

L’ancienne directrice de la Nationalité bulgare au ministère de la justice sera entendue par le Parquet

L’ancienne directrice de la Nationalité bulgare au ministère de la justice Katia Mateva, révoquée après avoir saisi plusieurs autorités compétentes des dysfonctionnements de l’Agence d’Etat pour les Bulgares à l’étranger, sera convoquée et entendue par le ministère public, a annoncé le procureur général adjoint Ivan Guechev. Mme Mateva a déclaré disposer d’éléments de preuve selon lesquels le parti ORIM « subvient à ses besoins grâce à la vente de la nationalité bulgare » et d’un document attestant qu’elle n’a jamais été convoquée par le Parquet. La ministre de la justice Tsetska Tsatcheva a souligné que la révocation de Katia Mateva « n’a rien à voir avec les signalements qu’elle avait adressés ». (tous media)

Abus de Fonds européens

Le maire de la ville de Chabla Marian Jetchev a été déféré au tribunal par le parquet régional de Dobritch, pour avoir fourni de faux documents afin de justifier des dépenses fictives, afin d’obtenir des fonds d’un montant de 525 488 leva HT dans le cadre du Programme de développement rural. (tous media)

Une nouvelle Agence nationale pour la sécurité routière ?

Le projet de règlement intérieur de la future Agence d’État pour la sécurité routière a été publié pour consultations publiques. Sega rapporte que la nouvelle entité sera placée sous la responsabilité du Conseil des ministres et son rôle sera défini par une loi. Le règlement de l’agence prévoit qu’elle aura 39 employés au total, chargés de faire des analyses, de proposer des mesures pour l’amélioration de la sécurité routière et de coordonner leur exécution. Le journal met en cause l’utilité de la nouvelle institution qui s’ajoutera à une longue liste d’organes responsables de différents aspects de la sécurité sur les routes. Entre temps, la Commission de surveillance financière a publié un projet d’ordonnance sur les tarifs de base de l’assurance responsabilité civile automobile inspiré du modèle bonus-malus. Le document prévoit l’instauration d’une échelle des tarifs applicables aux conducteurs en les répartissant en 20 catégories en fonction de leur conduite sur les routes. Les bons conducteurs pourraient ainsi payer jusqu’à 25% de moins que le tarif de base, alors que ceux qui ne respectent pas les dispositions de la loi pourraient être obligés à payer jusqu’à 400% de plus. (Sega, 24 Heures)

Europe

Le Premier ministre se rend en Finlande pour la désignation du « spitzenkandidat » du PPE

Le Premier ministre, Boïko Borissov, arrive aujourd’hui en Finlande à la tête d’une délégation du GERB pour participer au Congrès du Parti populaire européen qui désignera le spitzenkandidat (tête de liste) du PPE pour les élections européennes de 2019. M. Borissov sera accompagné par les trois vice-présidents du GERB – le leader du groupe parlementaire du GERB, Tsvétan Tsvétanov (qui est arrivé hier à Helsinki), la maire de Sofia, Yordanka Fandakova, et le maire de Bourgas, Dimitar Nikolov, ainsi que par la commissaire européenne pour l’économie et la société numériques, Mariya Gabriel, des eurodéputés et des maires du parti. Demain, après une rencontre avec son homologue finlandais, Juha Sipilä, le Premier ministre prendra la parole devant le congrès du PPE. (24 Heures)

Dernière modification : 07/11/2018

Haut de page