Mercredi 9 janvier

Politique

Réunion extraordinaire du Conseil national tripartite

L’importante augmentation du prix de l’électricité sur le marché libre de l’énergie à la fin de 2018 et au début de 2019 a impliqué la convocation d’une séance extraordinaire du Conseil national tripartite à laquelle ont participé des représentants du gouvernement (le vice-premier ministre Tomislav Dontchev et les ministres des finances, de l’énergie, de l’économie et de la politique sociale), les organisations patronales (l’Association du capital industriel, la Confédération des employeurs et des industriels de Bulgarie, la Chambre d’économie bulgare) et syndicales (la Confédération du travail Podkrepa et la Confédération des syndicats indépendants de Bulgarie) et les présidents des commissions parlementaires de l’économie et de l’énergie. Les syndicats et les employeurs ont réclamé la réaction de l’Etat dans la mesure où cette brusque hausse du prix de l’électricité provoquera une augmentation des prix des marchandises et une inflation. Ils ont également demandé que les pouvoirs de la Commission de régulation dans le domaine de l’eau et de l’électricité (KEVR) soient élargis afin qu’elle puisse intervenir et prévenir des spéculations sur la bourse de l’électricité. Cependant, les représentants du régulateur se sont opposés à cette proposition. Dans la mesure où aucune décision n’a été prise à l’issue de trois heures de débats, les syndicats ont demandé de s’entretenir avec le premier ministre. (tous media)

Lors de cette réunion extraordinaire, la ministre de l’énergie, Temenoujka Petkova, a déclaré avoir envoyé mardi à la Commission européenne un plan intégré, inspiré par l’Energie stratégique de la Bulgarie d’ici à 2030, et mettant l’accent sur la préservation des centrales thermiques à base de charbon. Ce plan prévoit également l’augmentation de la part des sources renouvelables d’énergie dans la consommation brute finale devant atteindre 25%. (tous media)

Pour sa part le ministre de l’énergie Emil Karanikolov a déclaré envisager de proposer le report de 6 mois de l’entrée en vigueur de la loi sur les carburants prévue pour le 28 janvier. (tous media)

Le bureau exécutif du PSB a validé la plateforme du parti pour les élections européennes

Lors d’une réunion élargie du Bureau exécutif du PSB, ce parti a validé sa plateforme pour les élections européennes. Ce document, qui s’oppose au Pacte mondial des migrations et ne mentionne pas la Convention d’Istanbul, sera voté au Conseil national du PSB samedi avant d’être définitivement approuvé au Congrès du parti du 26 janvier. C’est notamment après ce congrès que la liste des candidats aux européennes sera élaborée sur la base des nominations au niveau des structures locales du parti, a expliqué aux journalistes la présidente du PSB Kornelia Ninova. (tous media)

Le vice-premier ministre s’en prend aux Roms

« Les Tsiganes en Bulgarie sont devenus particulièrement éhontés et la tolérance de la société bulgare s’est épuisée », a déclaré hier le vice-premier ministre et ministre de la Défense, Krassimir Karakatchanov, dans le village de Voïvodinovo (région de Plovdiv). Ses propos viennent après qu’un membre (commando) des forces spéciales bulgares y a été tabassé, dimanche dernier, par deux frères Roms en raison d’une dispute. Lundi soir, quelques 300 habitants du village ont manifesté contre cet acte et ont tenté de s’attaquer au quartier rom, mais ont été empêchés par les forces de l’ordre.

Lors de sa visite dans le village, M. Karakatchanov a demandé le démantèlement des maisons roms construites de manière illégale. Il a également annoncé qu’il allait présenter au Conseil des ministres le programme des « Patriotes unis » pour l’intégration des Roms qui prévoit notamment d’associer les aides sociales au travail et à l’éducation, ainsi que le durcissement des peines pour les récidives. (tous media)

Justice

L’assignation à domicile de la maire de l’arrondissement de Mladost et de son adjointe a été confirmée par la Cour d’appel spécialisée

La Cour d’appel spécialisée a confirmé l’allègement de la mesure de contrôle judiciaire à l’égard de la maire de l’arrondissement de Mladost et de son adjointe, Desssilava Ivantcheva et Biliana Petrova, décidée par la première instance avant Noël. Ainsi, après huit mois de détention Mesdames Ivantcheva et Petrova attendront à domicile le début du procès dont la première audience a de nouveau été reportée mardi. (tous media)

Défense

Le lit de Procuste et la procédure de nouveaux avions pour l’armée bulgare (suite)

Le projet de résolution relatif aux nouveaux avions est contraire à la loi et les socialistes ne vont pas le soutenir au parlement, a annoncé la présidente du groupe parlementaire du PSB, Kornelia Ninova. « Les gouvernants ont souvent porté des coups durs contre l’Etat de droit et le parlementarisme, mais cette fois-ci, c’est le fond et la fin », a-t-elle souligné en visant l’intention de la majorité de modifier des paramètres du projet de modernisation de l’armée, adopté par le parlement en juin dernier. Les socialistes appellent également à ce que toutes les offres reçues, concernant les nouveaux avions de combat, soient rendues publiques.

Meidapool estime que la position du PSB sera suivie par les groupes parlementaires d’Ataka et de Volonté (Vesselin Marechki) qui s’opposeront à leur tour à l’amendement du projet. Un autre parti politique connu pour ses positions prorusses, ABC (extraparlementaire), a protesté contre une commande qui ne repose sur aucune expertise. Subodorant la formation d’une « coalition prorusse », le vice-premier ministre et ministre de la défense Krassimir Karakatchanov a réagi que ce n’est pas le moment de se diviser « en russophiles et russophobes » et qu’il faut tourner le dos à la « petite politicaillerie », l’important étant de faire un bon choix qui servirait les intérêts du pays pendant les 30 ou 40 années à venir. Focus cite aussi ses propos selon lesquels il serait déplacé qu’on l’accuse d’« américanophilie » après les 81 millions de leva que son ministère verserait aux Russes pour la réparation des MiG-29.

Le président de la commission parlementaire de la défense, Konstantin Popov (GERB), ancien pilote de guerre, a commenté qu’en choisissant F-16, la Bulgarie pourra se vanter d’avoir l’avion le plus moderne et aux meilleures capacités de combat en Europe orientale. « Nous devons saluer la contribution du gouvernement et du premier ministre Borissov pour le courage de faire avancer les choses, de prendre position, de lutter pour la modernisation de l’armée et pour son avenir », a-t-il relevé.

L’administration du président Donald Trump a apporté, elle aussi, son obole à la polémique sur le choix d’un nouveau type d’avion de combat. Dans un communiqué diffusé hier par l’ambassade des Etats-Unis à Sofia, la Maison Blanche salue les plans de modernisation de l’armée bulgare et attend son choix d’un avion de combat multifonctionnel. Les Etats-Unis réitèrent leur engagement à travailler, ensemble avec le gouvernement bulgare, sur la finalisation des paramètres de la vente potentielle de F-16 Bloc 70. (tous media)

Europe

La Bulgarie se prépare en vue de la manifestation de protestation des routiers bulgares demain, à Bruxelles

A la veille de la manifestation de protestation organisée demain, à Bruxelles, par des associations bulgares du secteur du transport routier contre les conditions jugées désastreuses du projet Mobilité 1, les autorités bulgares ont fait bloc en soutien des revendications bulgares. Dans une interview télévisée (BNT), le ministre des transports Rossen Jeliazkov a indiqué que la Bulgarie possède la flotte de camions la plus moderne en Europe, quelque 60 000 à 65 000 véhicules dont la plupart dotés de certificats Euro 5 et 6. Les qualités concurrentielles de cette flotte ont mobilisé des Etats membres occidentaux à proposer des amendements que la Bulgarie juge protectionnistes et discriminatoires. Selon le ministre, il existe actuellement un clivage sur cette question au sein de l’Union, qui passe entre les Etats centraux et les périphériques. Cela permet à la Bulgarie de bénéficier du soutien d’autres pays périphériques comme la Finlande, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, le Portugal, etc.

Toujours hier, après un entretien du ministre des transports Jeliazkov avec le premier ministre Borissov, le gouvernement a publié un communiqué de presse indiquant que les restrictions proposées (retour au pays d’immatriculation des véhicules toutes les quatre semaines et repos de nuit pour les conducteurs) bloqueront le secteur bulgare des transports. Le gouvernement bulgare se solidarise entièrement avec ses routiers contre le paquet Mobilité 1 qui est qualifié de restrictif et susceptible de freiner l’économie nationale et le PIB.

Le président de la République Roumen Radev, recevant des représentants des associations de transport routier, a exprimé à son tour son plein soutien aux protestataires par ces mots : « Votre lutte est juste, parce que les amendements proposés violent gravement les principes de l’UE de libre circulation des marchandises, des services et des personnes ». Partageant cette position, la présidente du PSB a accusé le gouvernement d’avoir laissé dormir un projet « antieuropéen » comme le projet Mobilité 1. Le PSB enverra à Bruxelles un de ses députés, Gueorgui Svilenski, qui manifestera côte à côte avec les routiers et les eurodéputés bulgares, et appelle le Parti des socialistes européens et son président Sergueï Stanichev à soutenir les protestations. (tous media)

La Bulgarie dans la zone euro en 2022 au plus tôt

La Bulgarie pourrait entrer dans la zone euro en 2022 au plus tôt. C’est ce qu’a dit le vice-président de la Commission européenne pour l’euro et le dialogue social, Valdis Dombrovskis, cité par la radio nationale BNR, lors d’une conférence à Riga, en Lettonie. Selon lui, « si tout se passe bien avec l’examen des actifs du système bancaire en Bulgarie, le pays pourrait rejoindre le MCE II au milieu de cette année. Il faudra ensuite attendre au moins trois ans pour l’adoption de l’euro », dont deux ans pour remplir les critères de convergence et une troisième année pour évaluer les résultats. La vice-ministre des finances, Marinéla Petrova, qui a également assisté à la conférence, a noté que la période de deux ans pour remplir les « critères de Maastricht » est susceptible d’être plus longue. (Dnevnik, Mediapool)

Dernière modification : 09/01/2019

Haut de page