Paris 1900 - Le Petit Palais à Sofia

A l’initiative de l’ambassade de France en Bulgarie et du ministère bulgare de la culture, le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, et la Galerie nationale des arts étrangers de Sofia présentent Paris 1900, la plus grande exposition d’art étranger jamais organisée en Bulgarie, avec le partenariat de la banque Crédit agricole.

141 oeuvres des collections du Petit Palais sont exposées, en résonnance avec des oeuvres des collections françaises de la Galerie nationale des arts étrangers ainsi que les tableaux des maîtres de la peinture bulgare qui ornaient le pavillon bulgare de l’Exposition universelle de 1900 à Paris, ’’l’Exposition du siècle’’.

Cette exposition patrimoniale organisée par l’Institut français de Bulgarie, s’inscrit dans le programme des expositions ’’Ambassades du Petit Palais’’. Répartie dans sept salles de la Galerie nationale des arts étrangers, elle est ouverte au public du 26 octobre 2012 au 13 janvier 2013, date à laquelle la Galerie sera fermée en raison des travaux du futur grand musée initié par le ministre bulgare de la Culture.

Philippe Autié, ambassadeur de France, Ouliana Malééva, directrice du patrimoine culturel au ministère bulgare de la culture, Déiana Danaïlova, directrice de la coopération internationale du ministère bulgare de la culture, et Dominique Morel, conservateur en chef au Petit Palais, ont présenté ce projet artistique exceptionnel aux médias dans le cadre d’une conférence de presse le 24 octobre à la Galerie nationale des arts étrangers (place Alexandre-Nevski).

Un projet ambitieux

Au coeur de la programmation 2012-2013 de l’ambassade de France, Paris 1900 constitue l’un des événements culturels les plus prestigieux proposés par la France en Bulgarie, après la présentation à la Galerie nationale des Beaux-arts de Sofia de la collection complète des sculptures d’Edgar Degas en 2010-2011, et celle des ’’Archives de la Planète’’ du Musée Albert-Kahn en 2011-2012. Ce sont 141 oeuvres issues des collections du Petit Palais qui ont été sélectionnées conjointement par ses conservateurs et ceux et de la Galerie nationale des arts étrangers.

L’exposition met en scène les oeuvres républicaines d’Alfred Roll (1) et d’Henri Levy (2), tout comme les peintures d’Ernest Renoux (3) immortalisant le Paris de la Belle Epoque. Pierre-Auguste Renoir, Charles Giron et Antonio La Gandara montrent l’image de ’’Parisiennes’’ (4, 5, 6), les sculptures d’Antoine Bourdelle (7) et d’Auguste Rodin (8) dévoilent les ’’Femmes fin de siècle’’.

’’Paris-Spectacles’’ est mis en valeur par Fernand Pelez (9), Léon Comerre et son célèbre ’’Pierrot’’ (10) ou le splendide tableau de Sarah Bernhardt, immortalisée par Georges Clairin (11). Les Arts au quotidien sont illustrés par ’’l’Ivresse’’ d’Alexandre Charpentier (12), le service à vin de Jean Baffier (13), la célèbre chaise à bras d’Hector Guimard (14) ou la poignée de canne de François-Rupert Carabin (15).

Jean Carriès, Pierre-Adrien Dalpayrat et Ernest Chaplet invitent aux ’’Arts du feu’’ (16, 17, 18), tandis que Victor Prouvé, Emile Derré et André Gill sont les témoins des ’’Ages de la vie’’ (19, 20, 21). René Lalique et Maurice Denis illustrent le ’’Renouveau de l’art sacré’’ (22, 23).

Le groupe artistique des Nabis est représenté par Édouard Vuillard, Félix Vallotton, rejoints par Pierre Bonnard, fortement influencé par les idées de Paul Gauguin et très intéressé par la vogue du japonisme. Les Nabis se retrouvent dans l’exaltation de la couleur, la simplification de la forme et la sublimation du quotidien (24, 25, 26, 27).

Enfin, de rares et précieux documents sur l’Exposition internationale de 1900 ainsi que les collections qui y furent présentées par la Bulgarie complètent cette exposition (28, 29, 30), que le Petit Palais a choisi de marier avec les oeuvres des collections françaises de la Galerie nationale des arts étrangers de Sofia.

Commissariat de l’exposition

Le commissariat général de l’exposition, est assuré par Gilles Chazal, directeur du Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, avec la collaboration de Dominique Morel, Isabelle Collet, Cécilie Champy et Charles Villeneuve de Janti, conservateurs au Petit Palais, et l’appui des conservateurs de la Galerie nationale des arts étrangers, Radosveta Zhileva, Dora Kamenova, Yoanna Kantcheva.

La scénographie, conçue par les conservateurs du Petit Palais, a été confiée à la Galerie nationale des arts étrangers à Gueorgui Toshev, conservateur du patrimoine.

Autour de l’exposition

Un programme complémentaire a été conçu par l’Institut français de Bulgarie :
un cycle de conférences, animé par les conservateurs du Petit Palais, sera organisé pendant toute la durée de l’exposition ;
des animations ayant pour vocation d’initier les enfants et les adolescents seront organisées par la Fondation EasyArt (Stanka Jeleva et Adrian Vela) ;

Les plans du ’’pavillon bulgare’’ mettent en valeur la présence de la Bulgarie à l’Exposition universelle de 1900, et plusieurs photographies d’époque reconstituent un visuel de ce bâtiment en extérieur, devant la Galerie nationale des arts étrangers.

Le film des frères Lumière, ’’Paris 1900’’, tourné au milieu des visiteurs de l’Exposition internationale, traduit et sous-titré en langue bulgare, sera diffusé dans le musée pendant toute la période de l’exposition.

Un événement culturel sous le signe du prestige européen

Le Président de la République de Bulgarie, Rossen Plevneliev, le ministre bulgare de la culture, Vejdi Rashidov, et le ministre français des affaires européennes, Bernard Cazeneuve, ont inaugué l’exposition le 25 octobre, en présence de nombreux ministres de la culture d’Europe du sud-est, de la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et de l’ambassadeur de France, Philippe Autié. Le directeur du Petit Palais, Gilles Chazal, son successeur désigné, Christophe Leribault, les conservateurs impliqués dans l’exposition étaient également présents, ainsi que Gérard Marchand, président du conseil de surveillance du Crédit agricole.

Budget

Le budget de l’exposition s’établit à 130.000 euros. Il a été financé par l’Institut français de Bulgarie, le Crédit agricole au titre du mécénat culturel et le ministère bulgare de la culture.

Dans la perspective de cette exposition, l’ambassadeur Autié est intervenu devant la radio Darik le 20 octobre, samedi.

"La Belle époque de Paris vient à Sofia", intitule le quotidien Monitor à ce même sujet.

24 Tchassa annonce pour sa part que "Paris du 19ème siècle vient à Sofia"

Dernière modification : 26/10/2012

Haut de page