Protéger l’eau à la source

L’Institut français accueillait le 18 et 19 juin un séminaire spécialisé intitulé « Les plans de gestion des bassins hydrographiques, outils de lutte contre le changement climatique », organisé en coopération avec le ministère de l’Environnement et de l’eau. Près de 40 experts, français et bulgares, étaient réunis.

En cette année dédiée à la lutte contre le changement climatique, ce nouvel évènement fait suite à la conférence-débat sur l’efficacité énergétique des bâtiments qui s’est tenue le 2 juin dans la salle Slaveykov. Ministères, collectivités locales et des agences de bassin travaillent en effet à la protection et la gestion des ressources en eau pour l’atteinte du bon état et potentiel écologique.

JPEG - 216.1 ko
M. Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France en Bulgarie et M. Pavel Gudzherov, vice-ministre en charge de l’eau et de l’adaptation au changement climatique
Institut français

M. Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France en Bulgarie et M. Pavel Gudzherov, vice-ministre en charge de l’eau et de l’adaptation au changement climatique ont ouvert ce séminaire, insistant sur l’importance de coopérer à l’échelle internationale. Car si les situations locales et les solutions à mettre en œuvre sont spécifiques, français et bulgares partagent les mêmes interrogations et la France bénéficie d’une expertise et de bonnes pratiques dans le domaine de la gestion de l’eau.

Mme Aurélie Carroget, du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, M. Bruno Alapetite, de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, M. François Baudry, de l’agence de l’eau Rhin-Meuse et M. Arnaud Courtecuisse, de l’agence de l’eau Artois-Picardie, étaient spécialement présents à Sofia pour ce séminaire technique afin de partager leur expérience.

JPEG - 219.1 ko
M. Arnaud Courtecuisse, Agence de l’eau Artois-Picardie et M. François Baudry, Agence de l’eau Rhin-Meuse
Institut français

La Bulgarie bénéficie de nombreuses sources encore peu exploitées : une richesse, mais aussi un défi face au réchauffement climatique et aux risques de pollution. Si 37% des cours d’eau sont de très bonne qualité, 10% sont aussi à risque ou d’ores et déjà impactés selon les dernières études officielles. Les inondations font également parti des risques qu’il est nécessaire de mieux prévenir comme l’a rappelé l’actualité de ce début d’année 2015.

Une palette de problématiques donc : pollution, sécheresse et d’inondation, qui requièrent d’importants travaux de prospection et d’analyse, de planification, d’ingénierie, de suivi de projet ou encore de compréhension des écosystèmes (le rôle des zones humides dans la prévention des inondations par exemple).

La législation européenne, en particulier la directive-cadre sur l’eau de 2000 et la directive cadre relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation, a de plus fixé des objectifs ambitieux et contraignants ainsi qu’un cadre strict d’élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques.

Le prochain événement  : séminaire spécialisé « La gestion durable des déchets municipaux : bonnes pratiques françaises et bulgares »

Dernière modification : 10/09/2015

Haut de page