Vendredi 1 novembre

Elections municipales

Les voix roms à Sofia s’avèrent les plus convoitées

Saisi par l’équipe de Maya Manolova sur des soupçons d’achats de voix dans les quartiers roms à Sofia lors du premier tour du scrutin, le procureur général Sotir Tsatsarov a souligné que les procès-verbaux soumis des résultats du premier tour ne suffisent pas pour affirmer qu’il y a eu violation des droits politiques des citoyens. Selon M. Tsatsarov, le signalement de Mme Manolova, qui se présente à Sofia en ballotage contre la maire sortante Fandakova (GERB), ne contient pas un seul élément de preuve. (tous media)

Ce matin, dans une longue interview accordée à la bTV, le premier ministre et président du GERB Boïko Borissov a affirmé disposer d’informations selon lesquelles le PSB, qui soutient officiellement la candidature de Mme Manolova, se prépare à filmer lors du vote, des Roms, organisés en groupes, et à diffuser les clips sur les réseaux sociaux afin de prétendre qu’il s’agit d’un vote contrôlé au profit de Mme Fandakova. « Vous pouvez demander : Mme Manolova s’est rendue hier soir chez les Tziganes à Volouyak [quartier de Sofia] pour faire ses petites machinations. On achète déjà les voix des Roms qui vont sortir et déclarer que le GERB les a payés pour voter Fandakova ». (dnevnik.bg)

17% des électeurs sofiotes restent indécis pour le second tour des municipales

Selon les conclusions d’un sondage, réalisé par Alpha Research, sur les intentions de vote pour le second tour des élections municipales à Sofia, 38.4% des électeurs déclarent qu’ils se présenteront aux urnes, et 17% restent indécis (et 44.6% n’ont pas l’intention de voter). Parmi ceux qui iront voter, 55.3% sont pour la maire sortante du GERB, Yordanka Fandakova, et 44.7% pour sa rivale, Maïa Manolova. D’après Alpha Research, la plupart des électeurs qui, au premier tour, avaient voté pour les deux candidats restés en troisième et en quatrième position, soutiendraient Mme Fandakova. (tous médias)

Le phénomène des élections, Boris Bonev

Boris Bonev, candidat libre de l’organisation citoyenne « Sauve Sofia » a attiré l’attention des observateurs lors des dernières élections municipales. Le jeune activiste a obtenu un soutien qui a dépassé toutes les attentes. Malgré les estimations des sociologues, qui ne prévoyaient pas un résultat au-dessus de 0.8 %, M. Bonev, avec ses propositions de réformes, a convaincu 11 % des électeurs de la capitale. Ce grand nombre de voix a des incidences sur la composition du conseil municipal. D’un côté le GuERB et l’ORIM peuvent former une majorité, et d’un autre, le vote Bonev évite la fragmentation supplémentaire du Conseil : la loi bulgare interdisant aux candidats indépendants de se présenter avec une liste électorale, M. Bonev est le seul candidat de son organisation à être élu conseiller municipal. Une alliance éventuelle avec la Bulgarie démocratique (BM) lui aurait permis d’obtenir entre 7 et 8 mandats de plus au conseil : cette coalition aurait fait de lui une force incontournable. Mais c’est justement son refus de s’allier à un parti politique, qui lui a permis de gagner la confiance des jeunes pro-européens. M. Bonev et son équipe estime que leur campagne est un succès.

Politique

Les manifestations contre la nomination d’Ivan Guechev se poursuivent

L’association citoyenne « Initiative Justice pour tous » a déposé à la présidence de la République une pétition signée hier soir par les nombreux participants à la manifestation contre l’élection d’Ivan Guechev au poste de procureur général. On demande au chef de l’Etat de ne pas signer le décret de nomination de M. Guechev, et de saisir la Cour constitutionnelle d’une demande d’interprétation de la procédure régissant la possibilité de deuxième proposition d’un candidat par le Conseil supérieur de la magistrature, en cas de non signature d’un décret (art. 129, alinéa 2 de la Constitution). Par ailleurs, à la veille du second tour des élections, la candidate indépendante à la mairie de Sofia Maya Manolova a appelé elle aussi le président de la République à ne pas signer le décret de nomination et le premier ministre à « introduire au parlement les projets promis de réforme de la justice ». (tous media)

Dernière modification : 05/11/2019

Haut de page