Vendredi 10 septembre

Politique

L’actualisation du budget de la sécurité sociale définitivement adoptée après plusieurs heures de débats en salle plénière

Après trois jours de scandales, les députés ont définitivement adopté, avec 130 voix « pour » (le GERB n’a pas participé au vote), les modifications au budget de la sécurité sociale concernant les retraites. Ainsi, jusqu’au 25 décembre 2021, une allocation de 120 leva sera ajoutée à l’ensemble des pensions ; au-delà de cette date, les pensions seront augmentées de 12,5%. Concernant la pension de retraite minimum (300 leva actuellement), cela signifie qu’elle sera portée à 420 leva jusqu’au 25 décembre et ramenée à 370 leva après cette date. La pension maximum, actuellement plafonnée à 1 440 leva, restera inchangée jusqu’au 25 décembre, avant d’être portée à 1 500 leva après cette date.

Hier, les députés ont entamé l’examen des modifications proposées du budget de la Caisse nationale d’assurance-maladie. Ce matin, la commission du budget et des finances a de nouveau examiné, en l’absence du GERB, les nombreuses propositions avancées par les députés entre les deux lectures. « Il n’y a pas de moyens financiers pour couvrir tout ce qui a été proposé », a rappelé le président de la commission Lioubomir Karimanski (ITP). « Cela ne veut dire qu’une chose, il faudra augmenter les cotisations qui sont les seules à alimenter le budget de l’assurance-maladie », a-t-il prévenu.

Hier soir, le président Roumen Radev et quelques ministres du gouvernement intérimaire ont examiné l’actualisation du budget. Ils s’accordent sur le point suivant : les financements supplémentaires doivent aller aux retraités, aux médecins, aux entreprises et aux personnes atteintes par la crise sanitaire. Le président a demandé aux ministres intérimaires de présenter des rapports sur le bilan de leurs réalisations durant leur mandat. Le thème de la composition du prochain gouvernement intérimaire n’a pas été abordé lors de la réunion, selon la radio nationale, BNR.

Ce matin, lors de l’audition d’un nouveau membre de la Commission électorale centrale, le président Radev a annoncé que la dissolution de la 46e Assemblée nationale n’est qu’« une question de jours ». (tous media)

Une partie de l’autoroute Hémus aurait été construite illégalement

Une portion d’environ 50 km de l’autoroute Hémus, censée relier Sofia à Varna, est en cours de construction, sans que les terrains concernés aient été aliénés, et en l’absence de projets d’investissement validés et de permis de construire. En outre, le prix du kilomètre de route, estimé à 17 millions de leva (8,7 millions d’euros), serait trop élevé. Cette annonce a été faite par les ministres intérimaires de l’Économie, Kiril Petkov, et du Développement régional et des Travaux, Violéta Komitova, à l’occasion d’une conférence de presse conjointe. Selon la ministre, l’entreprise publique « Autoroutes » aurait distribué des avances de paiement à des sous-traitants privés, y compris pour des lots dont le tracé routier n’a pas encore été retenu. La ministre a mis en garde contre d’éventuels problèmes liés à la qualité de la construction, ainsi qu’à l’impossibilité de responsabiliser les entreprises privées. Pour sa part, le ministre Petkov a signalé que les travaux de rénovation de 10 barrages ont été effectués sans permis de construction.

En réponse, l’ancien ministre adjoint des Développement régional, Nikolaï Nankov, a réfuté ces affirmations, et a accusé la ministre Komitova d’incompétence et de vouloir compromettre le GERB.

Ce matin, des travailleurs dans le domaine de la construction routière ont manifesté devant le parlement et le conseil des ministres à Sofia pour réclamer le paiement de leurs salaires, affirmant qu’ils n’ont pas reçu de rémunérations pour les deux voire quatre derniers mois. Ils insistent également pour que le budget de maintien des routes ne soit pas diminué. La ministre Komitova a affirmé que le problème vient du fait que l’ancien gouvernement a signé des contrats sans en assurer le financement. (tous médias)

Justice

La Cour constitutionnelle se prononcera sur les questions relatives à la nationalité du ministre de l’économie et de la demande de révocation du procureur général

La Cour constitutionnelle a accepté de se prononcer sur des affaires liées à deux questions politiques d’actualité : i) le ministre intérimaire de l’économie, Kiril Petkov possédait-il une double nationalité bulgaro-canadienne au moment de sa nomination dans le gouvernement intérimaire ? et ii) le ministre de la justice a-t-il le droit de demander la destitution anticipée du procureur général ?

La question de la nationalité de M. Petkov a été soulevée initialement par le GERB qui a attaqué, devant la Cour constitutionnelle, le décret présidentiel portant sur sa nomination, au motif que selon la Loi, les ministres bulgares ne peuvent avoir que la nationalité bulgare. Au mois d’août, M. Petkov a rendu public le document en date du 21 avril 2021par lequel il demande l’autorisation de perdre la nationalité canadienne, c’est-à-dire avant sa nomination au poste de ministre intérimaire de l’économie. Au même moment, il a annoncé que les autorités canadiennes l’avaient informé que la libération des liens d’allégeance lui a été accordée. Selon le journal juridique spécialisé Lex.bg la grande question qui se pose à la Cour constitutionnelle n’est pas de nature juridique mais bien factuelle –savoir à partir de quelle date les autorités canadiennes ont respecté sa décision.

En ce qui concerne la deuxième question, le ministre intérimaire de la justice, Yanaki Stoilov avait demandé la Cour constitutionnelle de se prononcer sur « la possibilité qu’un ministre de la justice demande la révocation du président de la Cour suprême de cassation, du président de la Cour suprême d’administration et du procureur général » car plus tôt le Conseil supérieur de la magistrature avait refusé de traiter sa demande en la déclarant « irrecevable ». (lex.bg)

Culture

De nombreux événements dédiés aux artistes Christo et Jeanne-Claude

L’hebdomadaire Capital consacre un article aux nombreuses expositions et autres événements dédiés à l’œuvre de l’artiste d’origine bulgare Christo (1935-2020) et à son épouse Jeanne-Claude (1935-2009), mondialement connus, notamment pour l’empaquetage de monuments (Pont-Neuf, Reichstag, etc.). Dans le cadre de l’inauguration à Paris, le 18 septembre prochain, de l’Arc de Triomphe empaqueté (projet conçu par Christo qu’il n’a pas pu réaliser avant son décès), des expositions photos et des conférences à Sofia, ainsi qu’une exposition à l’Institut culturel bulgare à Paris%7D] mettront en lumière l’héritage et le parcours du célèbre artiste. (Capital)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 10/09/2021

Haut de page