Vendredi 13 septembre

Politique

La BNR prive d’antenne la journaliste Silvia Velikova, connue pour ses positions critiques

Une des premières décisions du nouveau directeur intérimaire du Programme Horizont de la radio publique BNR, nommé hier à la suite du départ à la retraite de son prédécesseur, a été de priver d’antenne une des journalistes animant depuis des années le bloc matinal, Sylvia Velikova, et de lui retirer le dossier justice. Motif ? Selon sa fiche de poste, Mme Velikova était rédactrice et non animatrice. Entrée à la radio nationale il y a 26 ans, la journaliste est largement connue pour son professionnalisme, ses interviews incisives et son courage à poser des questions parfois contrariantes. Traitant le domaine de la justice, elle estime que la raison de cette mesure se trouve sans doute dans ses reportages sur la candidature d’Ivan Guechev au poste de procureur général.

Les collègues de Mme Velikova ayant fait bloc derrière elle, ce matin la BNR avait perdu sa voix. Prétextant un entretien préventif, la direction a annulé les émissions durant cinq heures, de 6h à 11h. Sylvia Velikova a finalement été informée qu’elle peut retourner à l’antenne, mais qu’elle couvrirait désormais en binôme le domaine de la justice, afin que soit respectée la pluralité des opinions.

Plus tard dans la journée, le directeur intérimaire du Programme Horizont, Nikolaï Krastev, a donné une conférence de presse lors de laquelle il a annoncé sa démission. La raison est la vague d’incompréhension provoquée par une décision qu’il avait prise tout seul, en l’absence de toute pression extérieure. Avant cela, des journalistes de différents media se sont réunis devant la BNR pour protester, en défense de la liberté des media.

L’Union des juges a envoyé une déclaration au vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans et à la commissaire chargée de la justice Věra Jourová les informant de la nouvelle choquante que « la radio publique, financée par les contribuables, a voulu bâillonner, de manière scandaleuse, la bouche d’une journaliste qui est en charge du domaine de la justice et qui n’a pas peur de poser des questions ».

Depuis la tribune parlementaire, la présidente du PSB Kornelia Ninova, a évoqué la liberté des media et a appelé tous les Bulgares, qui ont des questions, à les poser au premier ministre Borissov, sans avoir peur de le contrarier, sur les réseaux sociaux ou dans des messages adressés au Conseil des ministres. S’adressant aux journalistes, Mme Ninova les a incités à boycotter ceux des politiciens qui piétinent la liberté de la parole. Par ailleurs, une déclaration du PSB engage tous les citoyens à se lever pour montrer qu’ils n’ont pas peur et que la liberté n’a pas de couleur.

A Roussé, le premier ministre Borissov s’est vu contraint de commenter à son tour la question de la journaliste privée d’antenne. « Des abrutis. C’est le mot exact. Ce sont des abrutis. Parfois, j’ai l’impression qu’ils le font exprès ». C’est qui « ils » ? « Moi aussi, je n’arrive pas à comprendre », a répondu le premier ministre avant d’expliquer qu’il avait téléphoné à Sylvia Velikova dès qu’il avait su et que c’était quelqu’un qu’il connaissait de longue date et avec qui il entretenait des « relations humaines normales » depuis des années. Dans le même temps, il avait demandé au groupe parlementaire du GERB de dire au directeur du Programme Horizont « de remédier illico au scandale » s’il ne voulait pas démissionner. (tous media)

Un nouveau chef d’inculpation retenu contre le propriétaire de TAD Group

Ivan Todorov, le propriétaire de la société de cybersécurité TAD Group, mis en examen pour cyberterrorisme à la suite du grand piratage des bases de données de l’Agence nationale des recettes, hérite d’une nouvelle inculpation. Depuis hier, le Parquet lui reproche d’avoir incité ses salariés à effectuer des tests de vulnérabilité de sites, à l’insu de leurs utilisateurs. Selon le nouveau chef d’inculpation M. Todorov a agi en chef d’une association de malfaiteurs dans le but d’obtenir des avantages pour ses membres. (tous media)

L’affaire d’espionnage : le Parquet publie des pièces à charge contre l’inculpé Nikolaï Malinov

24 Heures publie des facsimilés de pièces saisies au domicile de Nikolaï Malinov, président du Mouvement des russophiles, et communiquées à la presse par le Parquet comme preuves de l’activité d’espionnage de l’inculpé. Parmi elles, la « note », rédigée en russe, où le chef de file des Russophiles parle du besoin de changement de l’orientation géopolitique de la Bulgarie.

Par ailleurs, la porte-parole du Kremlin, Maria Zaharova, a commenté pour la première fois cette « enquête d’espionnage ». Rappelant que le Mouvement des Russophiles est une organisation œuvrant uniquement pour le développement des relations bilatérales, elle a exprimé l’inquiétude de Moscou devant tout ce qui passe : « Nous espérons que le gouvernement bulgare va s’abstenir d’actes susceptibles de mettre en cause la dynamique positive actuelle dans les relations bilatérales, et que nous allons continuer à travailler sur la réalisations des accords atteints récemment, y compris dans le domaine social et culturel, afin de préserver le patrimoine historique qui nous unit », a-t-elle souligné.

Rapport 2018 sur la sécurité nationale

Avec 97 voix pour, 47 contre et 10 abstentions, l’Assemblée nationale a adopté le rapport gouvernemental sur la sécurité nationale en 2018. En 200 pages, le rapport examine les risques auxquels la Bulgarie est exposée, les défis et les avancées en termes de sécurité. Le document fait état d’une recrudescence de la fréquence, de la diversité et de l’envergure des crimes cybernétiques. Le rapport identifie également neuf risques pour la sécurité énergétique, dont la dépendance d’un seul fournisseur de ressources naturelles (la Russie) et l’insuffisance en termes d’interconnexions gazières avec les pays voisins. Selon le PSB, qui a voté contre le rapport, celui-ci n’a pas identifié suffisamment de mesures pour faire face à certains problèmes, notamment la corruption, la crise démographique, la pauvreté et les inégalités. De son côté, la majorité estime que le rapport fait état de progrès dans plusieurs domaines, tels que la lutte contre la contrebande et l’augmentation du taux de détection des crimes. (Dnevnik, Douma, 24 Heures)

Dernière modification : 13/09/2019

Haut de page