Vendredi 14 septembre

Politique

M. Alexandre Manolev renonce à sa candidature au poste de ministre des transports

Après une publication de l’hebdomadaire Capital, associant le nom d’Alexandre Manolev, candidat au poste de ministre des transports, à des milieux mafieux et à deux accidents routiers [dans l’un des cas, le juge l’avait acquitté au détriment de la victime défunte], celui-ci a donné une conférence de presse pour annoncer qu’il renonçait à sa candidature. Voyant dans cette publication une « attaque coordonnée de la part d’un certain groupe qui essaie, par des allégations cousues de fil blanc, de saboter [son] travail de ministre », M. Manolev pose la question suivante : pourquoi faire ce type d’allégations maintenant, alors qu’il fait partie, depuis plusieurs années déjà, de la haute fonction publique (vice-ministre, chef d’agence publique…) ? « Il est évident que quelqu’un s’inquiète de changements dans le secteur et qu’on veut attaquer à travers moi le gouvernement. J’anticipe les dommages qu’on veut provoquer et je ne peux pas le permettre », a conclu le candidat sans préciser s’il va garder ou non son poste actuel de vice-ministre de l’économie et sans répondre aux questions des journalistes. (tous media)

« L’automne de Borissov »

Empruntant son titre à Gabriel Garcia Marquez (L’automne du patriarche), l’hebdomadaire Capital publie un dossier de la semaine consacré aux remaniements ministériels. « La méfiance croît quant à la possibilité de résoudre les problèmes de corruption, l’absence de contrôle, l’incurie et l’impunité par des démissions ministérielles. Mais le premier ministre n’a rien d’autre à proposer. Les situations de crise, de plus en plus fréquentes, indiquent que les outils avec lesquels le leader du GERB arrivait depuis dix ans à maintenir sa domination politique, viennent à manquer », écrit le journal. (Capital)

Le Premier ministre à la tête de la délégation bulgare à l’AGNU

A la suite d’une question posée par le journal Sega, le Conseil des ministres précise que « la décision de proposer au Premier ministre Boïko Borissov de prendre la tête de la délégation bulgare à la 73e session de l’Assemblée générale de l’ONU, a été prise au regard de la réussite de la première Présidence bulgare du Conseil de l’UE ». La presse rappelle que le premier ministre Borissov avait pour la dernière fois présidé la délégation bulgare à l’AGNU en 2010. Son prédécesseur, Sergueï Stanichev, avait également été à la tête de la délégation bulgare à la 63e session de l’AGNU en 2008. (Sega)

Saisie de la Cour constitutionnelle par le PSB

A la suite du rejet du veto mis par le président de la République, Roumen Radev, à 16 dispositions de la loi d’amendement au Code de procédure administrative, la présidente du PSB, Kornelia Ninova, a déclaré son intention de saisir la Cour constitutionnelle le jour de la promulgation de cette loi. (24 Heures)

Questions au gouvernement

Le vice-président du PSB, Dragomir Stoïnev, a demandé depuis la tribune de l’Assemblée nationale, à ce que le ministre de l’intérieur, Valentin Radev, réponde à la question de savoir s’ « il y a eu des écoutes d’hommes et de femmes politiques européens pendant la Présidence bulgare du Conseil l’UE ». Ce parti a également reproché au ministre Radev « un énième passage de passagers non contrôlés à l’aéroport de Sofia ». (24 Heures)

Acquisition d’une centrale thermique par le président d’honneur du MDL

Ahmed Dogan, président d’honneur du MDL, a acheté 70% de la centrale thermique de Varna (1260 MW) pour le très modeste prix de 3 500 leva, selon le site mediapool.bg. Il est ainsi devenu propriétaire majoritaire de la centrale, et associé des enfants de l’ancien ministre des transports (Danaïl Papazov), qui détiennent les 30% restant. Cette centrale a remporté un appel d’offres, en août dernier, pour assurer la disponibilité de sa capacité de production d’électricité « en cas de besoin » seulement, et pendant un an. La valeur de cette prestation s’élève à 27,4 millions de leva. (tous media)

Europe

Le PM Borissov doit s’exprimer contre la décision du Parlement européen visant la Hongrie, estiment Ataka et Volonté

Les groupes parlementaires d’Ataka et Volonté ont introduit à l’Assemblée nationale un projet de résolution visant à engager le chef du gouvernement Borissov à défendre la position de la Hongrie lors du Conseil européen. Il y a deux jours, le Parlement européen s’était prononcé en faveur de l’activation de l’art. 7 du Traité sur l’UE contre la Hongrie. « Viktor Orban a eu le courage de s’opposer au libéralisme mal compris et de défendre son pays. […] Nous sommes en train de ne pas apercevoir les mouvements importants qui ont lieu dans l’espace européen. La Hongrie est un exemple pour les pays d’Europe orientale, s’agissant de la protection des citoyens et des valeurs chrétiennes », indique le projet pour appeler, à la fin, à encourager ce pays, au lieu de le sanctionner. (dnevnik.bg)

« Deux camps en Europe, ceux des progressistes et des nationalistes, s’apprêtent à s’affronter et notre premier ministre a peur de se montrer », commente Svetoslav Terziev, journaliste de Sega. Actuellement, M. Borissov n’a pas de solution gagnante, d’où son silence. Mais très probablement, « il se positionnerait du côté de Manfred Weber, afin de faire semblant de rester près de Mme Merkel, mais sans avoir besoin de chanter en chœur avec elle. Et on pourrait dire la même chose à propos de son amitié avec le président français Macron », prédit M. Terziev. (Sega)

Dernière modification : 14/09/2018

Haut de page