Vendredi 17 janvier

Politique

Confirmation de la détention provisoire de l’ancien ministre de l’Environnement et des Eaux

Le Tribunal spécialisé d’appel a confirmé la décision du tribunal de première instance de placer l’ancien ministre de l’Environnement et des Eaux, Néno Dimov, en détention provisoire. Le tribunal considère que M. Dimov n’avait pas délégué ses pouvoirs autorisant l’extraction de l’eau du barrage de Stoudéna à d’autres responsables du ministère, et qu’il était informé de la baisse des niveaux de l’eau depuis le printemps de 2019. A l’appui de sa décision, le tribunal invoque également les témoignages d’une dizaine de personnes, dont l’ancienne maire de Pernik, Vyara Tsérovska, le ministre adjoint de l’Environnement, Krassimir Jivkov, la cheffe du département en charge de la gestion du risque au ministère, Maya Dryanovska, et l’ancien directeur de l’entreprise publique qui gère le système de distribution de l’eau à Pernik, Ivan Vitanov. Pour rappel, M. Dimov avait d’abord été placé en garde à vue le 9 janvier, puis accusé de délit intentionnel dans le cadre de la crise de l’eau à Pernik. (tous médias)

Une mégastructure contrôlera les entreprises publiques d’eau et d’assainissement

Le Conseil des ministres a décidé de la création d’une holding qui englobera en son sein l’ensemble des entreprises publiques régionales gestionnaires des systèmes d’alimentation en eau et d’assainissement. La nouvelle mégastructure aura pour propriétaire unique l’État, et sera doté d’un capital de 1 milliard de leva. Celui-ci sera formé par des apports de fonds issus du budget central 2020 (compte du ministère du Développement régional et des Travaux publics). La ViK Holding Sofia EAD aura pour objectif l’acquisition et la gestion de participations dans des entreprises relevant des secteurs de l’eau, de l’assainissement et de la construction et la rénovation des infrastructures afférentes. Dans un délai de six mois, à compter de la constitution de la holding, son capital sera augmenté par l’apport des actions et des parts détenues par l’État dans ces entreprises publiques. Les droits de l’État seront exercés par le ministre du Développement régional et des Travaux publics. La holding sera dirigée par un Conseil de surveillance (5 membres, nommés par le ministre) et un Conseil d’administration (3 membres désignés par le Conseil de surveillance). La nouvelle entité aura pour mission d’améliorer la gestion du secteur de l’eau afin d’éviter des situations de crise comme celle à Pernik. (tous media)

Un moratoire d’un an sur l’importation de déchets

Le parlement prépare des amendements législatifs qui visent à suspendre l’importation en Bulgarie de déchets durant un an, a indiqué dans une interview sur bTV la présidente de la commission parlementaire de l’environnement, Ivelina Vassileva (GERB). Hier, le premier ministre Borissov a donné une semaine aux ministres de l’Environnement et de l’Économie, pour vérifier comment le pays peut déclarer un moratoire sur ces importations, afin de permettre à l’État de procéder à un état des lieux. Cette suspension des importations se fonde sur la récente enquête internationale sur les importations non réglementées de déchets italiens.

Dans une publication détaillée, Mediapool souligne que d’après les dernières statistiques (2017), la Bulgarie a importé 150 000 tonnes de déchets, en provenance principalement d’Italie et de Grande-Bretagne, destinés à l’incinération dans des cimenteries et les installations des centrales thermiques. (tous media)

Le MDL soutient la motion de censure lancée par le PSB

Le MDL a décidé de soutenir la motion de censure contre le gouvernement au sujet des problèmes environnementaux dont la mauvaise qualité de l’air, l’importation illicite de déchets en Bulgarie et la crise de l’eau à Pernik. La motion de censure sera introduite au Parlement le 20 janvier par le PSB, qui critique le gouvernement « qui veut changer les pneus d’une voiture dont le moteur ne marche plus ». Pour faire tomber le gouvernement, le PSB doit recueillir 121 voix, mais en réalité l’ensemble des voix des deux partis (PSB+MDL) ne dépasse pas 104. Le succès de la motion de censure dépendra donc du vote des députés dits indépendants et du parti « Volonté ». Les députés du parti « Ataka », de leur côté, ont refusé les négociations avec le PSB et ont annoncé que leur décision définitive se basera sur une analyse objective de la situation politique dans le pays. (Dnevnik)

Un nouveau groupe de travail au parlement discutera des questions relatives au Code électoral

Les partis politiques représentés au parlement sont convenus de former un groupe de travail, qui discutera sur les amendements à apporter dans le Code électoral afin d’assurer plus de transparence et d’efficacité dans l’ensemble du processus électoral. Le groupe a été formé sur proposition de la présidente du groupe parlementaire du GERB, Daniela Daritkova. Celle-ci estime que les modifications doivent répondre aux attentes des citoyens qui souhaitent plus d’honnêteté. Parmi les modifications proposées figurent : l’introduction du vote électronique, l’autorisation de faire une campagne électorale en une langue qui soit différente de la langue officielle du pays (MDL) et l’interdiction de vote pour les personnes qui ont un bas niveau d’éducation ou qui sont considérés comme de mauvais contribuables (Volonté). Le Président de la République, qui a dénoncé à plusieurs reprises les défauts du processus électoral, s’est entretenu avec des représentants du PSB et du MDL. « J’espère que la réunion organisée en urgence hier au Parlement n’avait pas pour but de devancer les consultations du Président. Mon seul souhait étant le perfectionnement de la législation relative aux élections en Bulgarie, je n’essaie pas d’entrer en compétition avec quiconque. Le gouvernement prétend vouloir approfondir le dialogue avec les institutions mais en réalité cherche à l’éviter » a déclaré le président, Roumen Radev. En réponse, le GERB a affirmé que la question des élections doit être examinée au sein du parlement. (segabg.com, dnevnik)

Économie

La position de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) sur l’état de l’économie en Bulgarie

La BERD a publié un rapport assez négatif sur l’état de l’économie en Bulgarie. La banque estime que la productivité de l’économie bulgare reste faible, dans le contexte d’une multiplication des obstacles au marché du travail. Le développement et la convergence économiques sont entravés par l’état des infrastructures du pays, ainsi que par les problèmes environnementaux. Mais le plus grand défi auquel l’activité économique en Bulgarie doit faire face est la corruption et le non-respect des lois. La nouvelle stratégie de la BERD à l’égard de la Bulgarie vise à soutenir le développement des infrastructures et du secteur financier, ainsi que le renforcement de la compétitivité de l’économie bulgare. Selon la Banque, la transition du pays vers une économie au bilan carbone zéro doit se faire par le biais du développement de l’énergie durable et de l’amélioration de la qualité de l’air. (Svobodna Evropa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 20/01/2020

Haut de page