Vendredi 19 octobre

Politique

Débat sur la motion de censure : le PSB contre des réformes inefficaces dans le secteur de la santé

Le parlement débat aujourd’hui sur la motion de censure, introduite par le PSB contre le gouvernement en raison de l’échec des politiques de santé. De la tribune, la présidente du parti a qualifié de catastrophique la situation dans le secteur des soins. Les socialistes s’opposent aux réformes proposées par le gouvernement qui priveraient encore plus les utilisateurs de soins, sans résoudre les problèmes. Le MDL va soutenir la motion, mais en présentant ses propres motifs, a déclaré le président du parti Moustafa Karadaya. Le vote aura lieu la semaine prochaine. (bnr.bg)

La polémique sur l’augmentation proposée du plafond du revenu de référence pris en compte par la sécurité sociale s’approfondit

24 Heures fait place à une interview avec le député MDL Hassan Ademov, président de la commission parlementaire du travail et de la politique sociale, qui critique l’imprévisibilité des décisions politiques du gouvernement dans un système fondé sur la confiance, comme celui de la sécurité sociale. Selon M. Ademov, la proposition du ministre des finances de porter de 2 600 à 3 000 leva le plafond du revenu de référence pris en compte pour le calcul des futures pensions de retraite, contredit les engagements électoraux du GERB à ne pas augmenter les impôts et la charge sociale. L’augmentation proposée toucherait des personnes aux revenus élevés, donc des électeurs appartenant potentiellement à la droite. Un autogoal pour le GERB, juge le député, et une injustice flagrante pour 148 000 assujettis à la sécurité sociale qui auraient à payer, à partir de 2019, des cotisations sur 3 000 leva et non sur 2 600, alors que leurs futures pensions resteraient encore longtemps plafonnées. (24 Heures)

Ce matin, sur bTV, la présidente de la commission parlementaire du budget et des finances, Menda Stoyanova (GERB), a rappelé que la proposition du ministre des finances, visant le plafond de référence, viole le cadre prévisionnel du budget national. Ce cadre prévoit, entre autres, que le plafond de 2 600 leva reste inchangé jusqu’au 2021. Se disant personnellement surprise par cette proposition, annoncée à l’issue d’entretiens entre les syndicats et le ministre des finances, Mme Stoyanova a toutefois conclu : « Il n’y a pas de drame, cette mesure ne toucherait que quelque 140 000 (!) personnes. Mais ce qui n’est pas bien, ce sont les signaux divergeants que nous donnons. Il y aura des débats sur la question. » (btnovinite.bg, dnevnik.bg)

Assassinat de Victoria Marinova

Hier, de retour à Roussé, Severin Krassimirov, assassin présumé de Victoria Marinova, a été entendu pendant trois heures et accusé d’avoir tuée et violée particulièrement violemment la journaliste. Aujourd’hui, avant l’audience relative à la prise d’une mesure de contrôle judicaire à son encontre, il a déclaré « ne pas pouvoir croire avoir commis une telle infraction, le regretter et être prêt à accepter toute peine ».

Énergie

La CPC ne se prononcera pas sur la nouvelle demande d’Inercom d’autoriser l’opération de reprise des actifs de l’opérateur CEZ

La Commission pour la protection de la concurrence, notifiée une deuxième fois en septembre dernier par la société Inercom Bulgarie, de son opération de reprise des actifs du groupe CEZ en Bulgarie, a refusé d’ouvrir une procédure aux motifs qu’elle s’est déjà prononcée sur un marché dont les parties, l’objet et l’objectif restent les mêmes. En outre, ajoute la commission, sa première décision a été attaquée en justice par Inercom et le juge n’a pas encore statué. (tous media)

Science

« Bientôt, les immeubles ne seront isolés qu’avec de l’air »

Sous ce titre, Standard publie une interview avec le prof. Nikolaï Denkov, physicochimiste et ancien ministre de l’éducation et de la recherche, qui présente un projet développé par la Chaire de physicochimie de l’Université de Sofia et portant sur la création de panneaux isolants ignifuges en particules minérales, contenant 90% d’air. Il s’agit d’un projet commandé et financé par une grande société française (60 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel) qui a déjà breveté au niveau international les résultats de la recherche, explique le Prof. Denkov. (Standart)

Europe

Conseil européen

A l’issue de la réunion ordinaire du Conseil européen à Bruxelles, le premier ministre, Boïko Borissov, a souligné que résoudre le problème migratoire implique (i) que chaque Etat fasse preuve de volonté politique pour investir dans sa sécurité, (ii) que l’UE conclut des accords avec les pays tiers qui sont le point de départ des processus migratoires et (iii) que de l’argent soit octroyé le cas échéant à tout Etat européen qui en aurait besoin pour renforcer son dispositif de sécurité, comme cela a été fait pour la Bulgarie. Ce sont les préalables qui permettent de parler de solidarité et de répartition secondaire [de migrants]. Selon le premier ministre, à l’heure actuelle, les conditions ne sont pas réunies pour réaliser des progrès en vue de modifier les règles du Règlement de Dublin, en dépit du souhait de la Présidence autrichienne du Conseil de l’UE. M. Borissov a considéré qu’il y a trois groupes d’Etats : « ceux qui refusent fermement d’accueillir des migrants ; ceux qui de manière symbolique accepteraient de les accueillir, mais souhaitent que la question de la frontière extérieure soit résolue ; et ceux qui sont inondés de migrants comme l’Allemagne, la Suède et l’Autriche et demandent la répartition secondaire ».

Entretien du Président de la République avec la Reine Élisabeth II

Le président de la République, Roumen Radev, s’est entretenu avec la reine Elisabeth II. A l’issue de cette audience, il a déclaré que la Bulgarie et la Grande Bretagne sont liés par un partenariat stratégique et par un dialogue politique et que l’invitation de la Reine symbolise le respect mutuel que les deux pays souhaitent développer.

Conférence du Président de la République à Oxford Union Society

Lors de sa conférence sur les défis de la sécurité en Europe à Oxford Union Society, le président Radev a souligné qu’ « aujourd’hui, l’Europe limite seule sa politique de sécurité à la seule réponse à des menaces, ce qui peut paraître sur le court terme la façon la moins chère pour assurer un niveau satisfaisant de sécurité. Cependant, sur le long terme, cela impliquera d’importantes ressources dans un contexte d’impossibilité de garantir de manière adéquate la sécurité ». Le président a également souligné la nécessité de modifier « l’architecture et les fonctions des institutions européennes qui ont été créées à une époque où il n’y avait pas de réseaux sociaux, mais un modèle hiérarchique de prise des décisions et de diffusion de l’information, alors qu’aujourd’hui ce modèle centralisé et vertical est devenu horizontal et dispersé. Une publication sur Facebook peut faire sortir des milliers de personnes dans la rue. C’est l’une des raisons pour lesquelles les gens ne se sentent pas suffisamment représentés dans nos institutions et perdent confiance en elles ».

Dernière modification : 19/10/2018

Haut de page