Vendredi 2 juillet

Coronavirus

Un nouveau rapport constate de nombreuses carences dans la gestion de la crise sanitaire

Un nouveau rapport, élaboré par le Centre national de santé et d’analyses sociales, à la demande du ministre de la Santé, Stoïtcho Katsarov, fait état de nombreuses carences dans la gestion de la crise sanitaire. Ce rapport, qui couvre la période mars 2020 (début de l’épidémie) jusqu’à la fin mai 2021, constate l’absence de vision globale de gestion de la crise, l’adoption de mesures antiépidémiques incomplètes ou incohérentes, ou encore la prise de décisions motivées par des raisons politiques plutôt que par une logique médicale.

Selon ce rapport, la Bulgarie est en 20e position parmi les pays de l’Union européenne en termes du taux de contamination de Covid-19, mais en 3e place en termes du taux de mortalité. Ce taux élevé pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs : l’état de santé général de la population (dont la prévalence élevée de maladies chroniques), l’état du système de prise en charge des soins, et la manière dont la crise a été gérée. Il est estimé que de nombreuses personnes sont décédées au domicile, sans être officiellement enregistrées comme des cas de Covid-19.

Le ministre de la Santé a annoncé la présentation à venir d’un plan global de gestion de la prochaine vague de Covid-19 qui est attendue. Ce plan devrait prévoir des investissements dans le système de santé, ainsi que des critères concrets qui serviront afin de décider de l’adoption de mesures antiépidémiques. (tous médias)

Politique

Le ministre intérimaire de l’intérieur évoque l’implication d’anciens et actuels politiciens dans un trafic de voix

Lors d’un briefing donné hier, le ministre de l’intérieur, Boïko Rashkov, a annoncé qu’une opération visant à garantir l’honnêteté du vote lors des prochaines élections a été lancée dans l’ensemble du pays et restera en place jusqu’au jour du scrutin. Environ 100 signaux d’achat de voix ont été déposés auprès les services de l’ordre public et 9 enquêtes ont été ouvertes. Sans révéler des noms, le ministre a formulé des suppositions quant à l’implication présumée d’un ancien ministre de l’intérieur dans la tentative d’attirer environ 15 000 nord-macédoniens ayant la nationalité bulgare pour venir voter en Bulgarie. Un politicien connu dans le passé et appartenant « à un parti politique ethnique » aurait participé dans une affaire d’achat de voix. Selon le ministre, des tentatives de manipulation de vote ont de même été faites en Allemagne, où un citoyen de nationalité bulgare aurait essayé d’ouvrir un bureau de vote fictif. « De larges groupes de personnes, y compris des représentants des partis politiques vont essayer de gagner les élections selon des principes contraires à loi, qui interdit l’achat et la vente de voix » a déclaré M. Rashkov. Néanmoins, il a expliqué que 20 000 agents du Ministère de l’intérieur seront déployés dans l’ensemble du pays. La livraison des machines jusqu’aux différents bureaux de vote sera de même placée sous surveillance. (Dnevnik)

« Il y a un tel peuple » a décidé de percevoir uniquement 1 leva par voix.

Dans une publication sur Facebook, le leader du parti « Il y a un tel peuple », Slavi Trifonov a partagé une information du Ministère de la justice, relative au montant des fonds publics que les partis politiques (ayant recueilli plus de 4 % des voix), ont perçus à l’issue des élections précédentes. A la demande explicite d’« Il y a un tel peuple », le parti n’a obtenu que 1 leva par voix à la différence de tous les autres partis politiques qui ont bénéficié de 8 leva. En effet la subvention maximale de 8 leva est inscrite dans la Loi sur les partis politiques. Néanmoins selon Slavi Trifonov « il est correct et il est moral » de percevoir une plus petite subvention. (Facebook, Svobodna Evropa)

Énergie

La Cour administrative suprême rejette une plainte contre la construction d’une nouvelle centrale nucléaire

La Cour administrative suprême (CAS) a rejeté la plainte déposée par les co-présidents de la coalition « Bulgarie démocratique », Hristo Ivanov et Atanas Atanassov, contre la décision du gouvernement, datant de 2018, relative à la reprise de la construction de la centrale nucléaire de Béléné. La CAS estime que les parties requérantes n’ont pas d’intérêt légitime à déposer une telle plainte, et que la décision du gouvernement n’affecte pas leurs droits. Selon la CAS, la décision en question ne crée des droits et des obligations que pour les institutions qui sont subordonnées au gouvernement. « On n’a pas besoin d’être juriste pour se rendre compte que la construction d’une centrale nucléaire affecte la vie, la santé et les droits, non pas d’une seule personne, mais de millions de gens, et une telle installation n’est pas limitée par des frontières étatiques », a commenté à cette occasion l’avocat des parties requérantes, Alexandre Kashamov.

Le site web Mediapool rappelle que la décision de mise en œuvre de ce projet énergétique a été d’abord annulée en 2012 par le premier gouvernement de Boïko Borissov, puis confirmée en 2018. (Mediapool)


Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 02/07/2021

Haut de page