Vendredi 21 juin

Politique

Subventions réduites pour les partis politiques et dons non plafonnés de la part d’entreprises et de particuliers

La commission parlementaire du budget et des finances a approuvé hier, en seconde lecture, la proposition du Conseil des ministres de réduire les subventions pour les partis politiques de 11 à 1 lev par voix réelle obtenue aux élections. Avec les voix du GERB et du MDL, la commission a également retenu la proposition de ce dernier de lever l’interdiction empêchant actuellement les partis de recevoir des dons d’entreprises et d’annuler le plafond de 10 000 leva limitant les dons des personnes physiques. Le second examen en plénière de cet amendement à la loi de finances 2019, prévu pour aujourd’hui, a été reporté. Selon la presse, la raison en est la critique exprimée par un des partenaires de coalition du GERB (le Front national pour le salut de la Bulgarie de Valeri Simeonov) contre cette réduction des subventions qui « n’aurait pour résultat que l’élimination des petits partis ». Le PSB estime à son tour que priver les partis de financement public signifierait les exposer à toutes sortes d’intérêts économiques. La médiatrice de la République Maya Manolova s’est engagée, dans une lettre envoyée aux députés, à saisir la Cour constitutionnelle si « cette proposition arrogante visant à légaliser les intérêts de l’oligarchie est adoptée au grand dam des citoyens et de leurs droits ». (tous media)

Manifestation contre les amendements à la loi sur le littoral

Des manifestants issus d’une vingtaine d’organisations environnementales ont érigé un camp de protestation devant la Présidence de la République pour demander au chef d’État, Roumen Radev, d’opposer son veto aux amendements à la Loi-cadre régissant l’usage de la côte de la mer Noire qui ont été adoptés la semaine dernière. M. Radev a déclaré qu’il envisageait d’opposer son veto aux nouvelles dispositions qui, selon lui, « portent préjudice aux citoyens », tout en profitant au « bétonnage barbare du littoral ». Pour mémoire, les amendements limitent le camping sauvage à des zones spécialement désignées à cet effet et prévoient des sanctions pour les infractions. Les manifestants dénoncent ces dispositions comme trop restrictives et craignent qu’elles n’empêcheraient pas la construction massive et la dégradation du littoral.

Entretemps, des reportages font état de l’endommagement d’une grande partie de la plage de Kamtchiya, dans le Nord de la Bulgarie, par un véhicule. (Dnevnik, Mediapool)

Défense

L’acquisition de nouveaux avions F-16 coûtera 2,2 milliards de leva, a déclaré le premier ministre

L’acquisition de huit nouveaux avions de combat F-16 coûtera 2,2 milliards de leva, a annoncé à la presse le premier ministre Borissov, en déplacement à Bruxelles. Ce montant n’est pas budgété pour l’année en cours et, en outre, le fabricant américain exige qu’il soit réglé en une seule fois. D’où le besoin d’actualiser la loi de finances 2019 si les négociations menées par le ministère de la défense aboutissent. Les négociateurs bulgares disposent encore de près de deux mois pour finaliser le marché. Mais selon Sega, il serait déjà prévu que le parlement bulgare le ratifie d’ici fin juillet. Les députés avaient initialement plafonné à 1,8 milliards de leva les dépenses d’acquisition d’un nouveau type d’avions de combat. Puis, cette condition a été annulée. Capital rappelle que le ministre de la défense Krassimir Karakatchanov avait indiqué à maintes reprises que le prix maximal que le pays peut se permettre pour ce projet serait de 2 milliards de leva. Selon la vice-ministre des finances Rossitsa Velkova, citée par Sega, l’emprunt obligataire émis par le ministère des finances en début de semaine (300,6 millions de leva), a été décidé en vue de financer l’acquisition des avions. (tous media)

Justice

Conseil de l’Europe : la Bulgarie doit garantir l’indépendance des enquêtes pénales contre le procureur général

Une table ronde, consacrée aux problèmes de l’enquête pénale, a été organisée à Sofia par le Service de l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme, près le Conseil de l’Europe, en coopération avec le ministère bulgare de la Justice et l’Institut national de la justice. La question de la nécessité de garantir l’indépendance des enquêtes contre un procureur général a été de nouveau posée. Le ministre de la justice Danaïl Kirilov a défendu sa thèse, matérialisée dans un récent projet de loi, selon laquelle il faut mettre en place une procédure d’enquête spéciale visant les « trois grands », à savoir le procureur général et les chefs de la Cour administrative suprême et de la Cour suprême de cassation. Toutefois, un communiqué, diffusé à la veille de l’ouverture de la table ronde par le Comité des ministres près le Conseil de l’Europe, indiquait que cette organisation n’avait jamais demandé à la Bulgarie de modifier, de quelque manière que ce soit, la procédure de départ, y compris en cas d’enquête pénale, déjà existante vis-à-vis des chefs des deux juridictions suprêmes. Et Mme Clare Ovey, directrice adjointe du service d’exécution des arrêts de la CEDH, a souligné pour sa part, lors de la table ronde, qu’il existe un risque réputationnel pour la Bulgarie si les autorités bulgares ne proposent, d’ici le 1er octobre prochain, des mesures concrètes susceptibles de combler l’absence en droit bulgare de garanties d’indépendance des enquêtes pénales contre le procureur général. (Sega, mediapool.bg)

Climat

« Le virage climatique bulgare »

Sous ce titre, l’hebdomadaire Capital publie une analyse sur le changement de direction amorcé par le gouvernement bulgare qui aurait décidé de se rallier, peu ou prou, au consensus prévalant au sein de l’UE sur les politiques contre les changements climatiques. Décidée à renoncer à son « scepticisme climatique », Sofia serait prête à soutenir les aspirations européennes d’une économie à zéro carbone, écrit ce magazine. (Capital)

Énergie

Achat de CEZ par Eurohold

La société bulgare Eurohold, spécialisée dans le domaine de l’assurance, achètera la compagnie de distribution d’électricité CEZ Bulgarie. Le coût de la transaction, qui doit être approuvée par les institutions bulgares compétentes, est de 335 millions d’euros, financés par des ressources propres et des emprunts. Pour rappel, la procédure de vente des actifs de CEZ en Bulgarie se poursuit depuis plus de deux ans, la Commission pour la protection de la concurrence n’ayant pas permis à une autre société, Inercom, de les acheter pour un prix estimé, jamais rendu public, de 320 millions d’euros. (tous media)

Culture

Scandale des peintures falsifiées

Capital consacre un article au scandale des peintures falsifiées, qui a secoué le monde bulgare de l’art ces dernières semaines. Quelques jours après le vernissage, le 30 mai dernier à Sofia, d’une exposition mettant en valeur une collection de peintures, dont certaines étaient censées être l’œuvre de célèbres peintres bulgares, il s’est avéré que 14 tableaux étaient plagiées ou falsifiées : ainsi, une peinture attribuée à Sirak Skitnik (1883-1943) était en réalité une illustration de la couverture d’une édition contemporaine du Kamasutra en anglais. Le propriétaire de la collection affirme avoir été victime de fraude, alors que selon la fondatrice de la galerie, ils auraient été « induits en erreur ». Les œuvres ont été transmises à la police. (Capital)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 21/06/2019

Haut de page