Vendredi 22 juin

Politique

Le débat sur le projet de loi relatif à l’assistant social s’est transformé en scandale entre les mères d’enfants handicapés, défendant le projet, et les représentants des organisations de personnes handicapées qui avaient contribué à son rejet par le Conseil national des personnes handicapées. Selon les mères, il s’agit d’associations vivant aux soldes de l’Etat et méprisant les problèmes des handicapés. Selon les associations, les protestations des mères ont été inspirées et financées par des organisations étrangères. Sega accuse le premier ministre Borissov d’alimenter par son silence ces querelles indignes. Le ministre du travail Bisser Petkov se tient également en retrait, bien que des groupes de travail continuent à rédiger des amendements aux prestations sociales pour les personnes handicapées dont le contenu n’est pas divulgué. (tous media)

Interview sur ce thème de Hassan Ademov, président de la commission parlementaire du travail et de la politique sociale et ancien ministre du travail : « On ne peut pas diviser le problème entre les mères d’enfants handicapés et le reste des personnes handicapées. Il est obligatoire que la réforme soit générale et qu’elle repose sur une approche complexe. Il faut refondre non seulement la politique à l’égard des personnes handicapées, mais également tout le dispositif d’assistance sociale et définir clairement la finalité, savoir ce qu’on veut : une assistance à caractère universel ou une approche individuelle basée sur l’évaluation des besoins ». (24 Tchassa)

Accusée de populisme et d’intérêts politiques étroits, la médiatrice de la République Maya Manolova s’est dite prête à démissionner à condition que le parlement adopte les projets de loi qu’elle a initiés, dont celui sur l’assistant personnel. Ne disposant pas d’initiative législative, la médiatrice avait obtenu le soutien du ministre du travail et de la politique sociale en vue de son introduction au parlement. Mais après son rejet par le Conseil national des personnes handicapées, autorité tripartite auprès du Conseil des ministres, Mme Manolova ne semble pas avoir de solution utile. Selon certains media, elle préparerait pour l’année prochaine sa candidature à la mairie de Sofia. (tous media)

Certains partis politiques ont voulu tirer des dividendes des conflits opposant les personnes handicapées au gouvernement. Récemment, le dirigeant d’Ataka Volen Siderov a visité les mères d’enfants handicapés campant devant le parlement pour les assurer de son soutien. Allant encore plus loin, le PSB a déposé hier au secrétariat du parlement une proposition d’annuler les vacances d’août des députés afin que ceux-ci puissent « travailler et résoudre les problèmes des handicapés ». Le PSB rappelle que la promesse électorale du GERB d’adopter dès 2016 une nouvelle loi sur les prestations sociales n’a jamais été tenue. (tous media)

Le premier ministre Borissov a inauguré le forum économique de Plovdiv qui a réuni plus de 80 personnalités éminentes d’Europe et de Bulgarie. M. Borissov a assuré que l’économie bulgare a positivement évolué de sorte que le chômage a atteint les 6% et peut encore diminuer, alors que la croissance est depuis quelques années de 4% par an. Le premier ministre a considéré que l’amélioration de l’infrastructure des Balkans est un facteur important pour le développement de l’économie et a salué la volonté dont les pays des Balkans ont fait preuve pour aller de l’avant. (tous média)

En marge de ce forum, M. Borissov a commenté la réunion sur la migration organisée par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dimanche qui sera selon lui « très difficile ». Il a regretté que ses homologues européens n’aient pas accepté les propositions qu’il avait faites il y a 3-4 ans. M. Borissov a exprimé son assurance que l’Europe est capable de mettre fin à 100% des flux migratoires qui comprennent des migrants économiques. « C’est ainsi que nous pouvons garantir la protection des frontières extérieures et assurer le calme de la population », a-t-il précisé. En outre, il a appelé « ceux qui déposent des motions de censure » à se rappeler les révoltes des migrants dans les centres d’accueil à Harmanli et à Ovtcha koupel auxquelles il a mis fin ainsi qu’à lire les rapports internationaux qui soulignent « la perspective stable de la Bulgarie ». (tous media)

Lors du forum économique de Plovdiv, la vice-première ministre et ministre des affaires étrangères Ekaterina Zaharieva a pour sa part appelé que les Etats fondateurs, y compris la France et l’Allemagne, se posent la question « jusqu’où vont les frontières de la sécurité en Europe » et a espéré obtenir prochainement une réponse à cette question. Elle a préconisé de travailler sur la prévention de la migration en provenance d’Afrique, dont la population va doubler pendant la décennie à venir, et du Proche Orient. Elle a également exprimé sa surprise que le soutien pour l’intégration de l’ARYM à l’UE ait diminué après l’accord sur le nom de l’ARYM auquel cet Etat et la Grèce sont parvenus. « Comme si l’Europe ne croyait pas que les pays des Balkans allaient s’entendre », a souligné Mme Zaharieva en précisant que « le seul point conflictuel qui reste dans la Balkans concerne les relations entre la Serbie et le Kossovo ». (tous media)

« Fermer à 100% les frontières de l’UE est la position que la Bulgarie défendra lors du prochain Conseil européen », a déclaré Boïko Borissov de la tribune du parlement bulgare où il s’est rendu aujourd’hui à la demande de la présidente du PSB Kornelia Ninova. (media en ligne)

Selon le directeur général de l’Institut syndical européen auprès de la Confédération européenne des syndicats Philippe Pouché, qui a présenté hier un rapport sur l’emploi en Europe, « les rémunérations minimales en Europe de l’Est augmentent ces dernières années mais auront besoin d’une décennie pour atteindre les montants des rémunérations dans les anciens membres de l’UE ». Pour sa part, Plamen Dimitrov, président de la Confédération nationale des syndicats en Bulgarie, a estimé que si la croissance actuelle des rémunérations en Bulgarie se poursuivait, leur montant atteindrait 60% de la moyenne européenne d’ici 4 ans. (tous media)

Sécurité

Boris Ivanov, accusé pour viol et vol à 13 ans de privation de liberté dont il avait déjà purgé 7 ans, s’est enfui de l’entreprise laitière où il travaillait. Un avis de recherche a été lancé. (tous media)

Défense

Le 36e contingent bulgare part aujourd’hui pour l’Afghanistan pour rejoindre la mission internationale de l’OTAN. Composé de 160 militaires, il sera salué par le ministre de la défense Krassimir Karakatchanov lors d’une cérémonie officielle à Pleven. (24 Tchassa)

Justice

L’Agence nationale pour la sécurité nationale (DANS) a été condamnée pour la deuxième fois, à deux instances, pour son refus de communiquer des informations sur le nombre des demandes de mise sur écoute adressées à la justice et approuvées par celle-ci. La première action en justice, introduite en 2014 par le Comité bulgare d’Helsinki, avait abouti à un jugement défavorable pour la DANS qui, toutefois, a refusé de l’exécuter. Sur la deuxième action, engagée en 2017, la cour administrative suprême a donné de nouveau raison à cette même ONG, spécialisée dans la défense les droits de l’homme. (Sega, dnevnik.bg)

Troud informe de l’accord politique atteint entre le Parlement européen et le Conseil au sujet de l’introduction d’une réglementation plus rigoureuse en matière de gel et de confiscation de biens liés à un crime déterminé avant la condamnation définitive de la personne visée. Ce journal lie les nouvelles propositions européennes aux procédures déjà engagées contre l’ancien propriétaire majoritaire de la KTB, Tsvetan Vassilev, en fuite en Serbie. En mars dernier, une demande d’interprétation préjudicielle, adressée par le Tribunal de grande instance de Sofia à la Cour de l’UE à Luxembourg, avait suspendu les procédures de confiscation de biens estimés à 2,2 milliards de leva contre le banquier et 27 autres accusés. (Troud)

Iglika Goranova analyse dans Ikonomist une série d’acquittements de hauts fonctionnaires intervenus ces derniers mois qui repose la question relative à la qualité de la justice en Bulgarie et plus précisément de celle du travail du ministère public dont les actes d’accusations qualifiés de « vagues » par le siège n’aboutissent pas à des condamnations. (Ikonomist)

Media

Dix-sept journaux bulgares ont disparu en 2017 du paysage médiatique bulgare par rapport à l’année précédente, accentuant encore plus la tendance de rétrécissement du marché de la presse écrite, note Douma. D’après les statistiques officielles, en 2017, dans le pays paraissaient 245 journaux avec un tirage total de 196 288 exemplaires. 47% de la presse écrite est publiée à Sofia (116 titres). Les quotidiens sont au nombre de 37, tirant à 125 000 exemplaires au total. Trois journaux sont publiés en langue turque et un en allemand. Au niveau des magazines, sur les 510 titres paraissant, seuls 78 sont en langue étrangère, le plus souvent en anglais. (Douma)

Europe

« La machine franco-allemande a embrayé » : commentaire dans Capital sur le rapprochement esquissé entre le président de la République Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel sur le thème des réformes indispensables au sein de l’Union européenne. (Capital)

Le diesel : les restrictions en Europe déclencheront-t-elles l’exode des véhicules à moteur diesel vers la Bulgarie ? L’hebdomadaire Capital recense les forces et les faiblesses de cette nouvelle situation pour les Bulgares. (Capital)

Balkans

« La réconciliation historique sur base de laquelle s’est construite l’Europe unie doit trouver sa place dans les Balkans. Tous les Etats de notre fragile région doivent réaliser que c’est ainsi que nous apporterons la preuve des leçons tirées du passé et de notre engagement d’aller de l’avant. Le développement et l’intégration des pays des Balkans est dans l’intérêt de toute la région », a déclaré le président Roumen Radev lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue serbe à Belgrade où il est en visite d’Etat depuis hier. « Surmonter les conflits du passé, honorer la mémoire des morts lors de ces conflits et se concentrer sur les relations d’amitié à l’avenir », a pour sa part déclaré Alexandar Vučić. Les deux homologues ont décidé de proposer à leurs premiers ministres la mise en place d’un nouveau poste-frontière entre les deux pays afin de faciliter leur coopération et la communication de leurs peuples. (tous media)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les media bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 22/06/2018

Haut de page