Vendredi 29 janvier

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 217 574 (+ 560 en 24h)
• Nombre de guérisons : 182 925 (+ 1 303 en 24h)
• Nombre de décès : 8 973 (+ 29 en 24h)
• Nombre d’hospitalisations : 2 877 (dont 257 en réanimation / soins intensifs)
• Nombre de personnes vaccinées : 37 636 (+ 4 719 en 24h)

Politique

Jessica Kim, conseillère juridique à l’ambassade des Etats-Unis : « La corruption en Bulgarie a un caractère endémique »

Plus de soixante participants ont assisté en ligne à un entretien sur l’Etat de droit avec Jessica Kim, organisé par le Club atlantique. Conseillère juridique permanente en poste à l’ambassade des Etats-Unis à Sofia, Mme Kim a une riche expérience comme procureure fédérale dans des centaines d’affaires en matière de droits civils, corruption, fraude, cybercriminalité, pratiques de corruption étrangères. Lors de son intervention, elle a indiqué que la Bulgarie est l’un des alliés les plus importants pour les Etats-Unis. Les efforts des Etats-Unis en Bulgarie sont dirigés tout particulièrement vers le renforcement de l’Etat de droit et la lutte contre la corruption. De nombreuses formations ont été organisées dans le domaine de la justice. Selon Mme Kim, la corruption en Bulgarie, avec son caractère endémique, demeure un grand défi. Ses niveaux élevés s’expliquent par les atteintes portées à l’indépendance de la justice, par l’influence oligarchique, les cas de conflits d’intérêts, l’abus de ressources publiques et l’absence de liberté des media. Les dirigeants politiques doivent être les premiers à respecter l’Etat de droit, sans égard à leur rang ou appartenance politique. La responsabilité vis-à-vis de la loi commence avec les dirigeants. Les politiciens au pouvoir doivent garantir des réformes en faveur de l’indépendance de la justice de la lutte contre la corruption, a-t-elle relevé. (tous media)

Justice

La Bulgarie parmi les pays les plus condamnés par la Cour européenne des droits de l’homme

La Bulgarie est le sixième pays le plus condamné en 2020 par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), selon les statistiques de ce tribunal rendues publiques hier. Avec 35 arrêts constatant des violations des droits de l’homme, la Bulgarie se place derrière la Russie, la Turquie, l’Ukraine, la Roumanie et l’Azerbaïdjan. Ce chiffre représente presque le triple de celui de l’année précédente (la Bulgarie avait été condamnée 13 fois), et plus qu’en 2018 (27 condamnations). Le plus grand nombre de violations a été constaté dans les domaines de la protection de la propriété (9 arrêts), du droit à la vie privée et familiale (7) et du droit à la liberté et à la sûreté (6). Le panorama de tous les arrêts rendus contre la Bulgarie depuis son adhésion au Conseil de l’Europe en 1992, et sa reconnaissance de la juridiction de la CEDH, fait apparaître que plus d’un tiers des 663 condamnations concernent des violations du droit à la liberté et à la sûreté. Pourtant, l’année dernière a vu une baisse sensible du nombre de nouvelles requêtes déposées contre le pays, qui sont ainsi passées de 750 en 2019 à 608 en 2020. (Mediapool)

International

Où se positionne la Bulgarie selon le nouvel indice de corruption de Transparency International ?

La Bulgarie continue d’être en tête du classement des pays niveau européen où la perception de corruption est la plus forte. Mais, alors qu’elle occupait seule la dernière place les années passées, elle partage en 2020 la dernière position avec la Roumanie et la Hongrie. Ces estimations sont faites sur la base de l’indice de corruption de l’organisation anti-corruption « Transparency International » qui a inclut 180 pays dans son étude, publiée jeudi. Les auteurs de l’étude soulignent que la pandémie a « exercé des pressions supplémentaires et imprévues » sur les systèmes d’un certain nombre d’Etats « en provoquant ainsi une crise politique menaçant la démocratie libérale ». Les experts de l’organisation déclarent que « même si l’ambitieux paquet de fonds européens peut avoir un rôle décisif pour faire face aux conséquences de la pandémie, cette initiative comprend une série de procédures de marchés publics qui sont exposées à un risque supplémentaire de corruption » (Svobodna Evropa)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie

Dernière modification : 29/01/2021

Haut de page