Vendredi 29 mai

Coronavirus

Bilan

  • Nombre de personnes contaminées : 2485 (+8 en 24h)
  • Nombre de personnes guéries : 1016 (+51 en 24h)
  • Nombre de décès : 136 (+2 en 24h)

Le centre national opérationnel proposera la levée de la quatorzaine obligatoire pour les ressortissants bulgares et étrangers en provenance des autres pays de l’Union européenne, de la Serbie et de la Macédoine du Nord. La quatorzaine serait néanmoins maintenue pour les personnes venant des huit pays européens ayant enregistré le taux de morbidité le plus élevé au cours des deux dernières semaines : la Belgique, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, Malte, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède. C’est ce qu’a annoncé ce matin l’inspecteur général de santé, le Pr Anguel Kountchev.

Politique

Le dernier rapport annuel de la KPKONPI a été accepté par le Parlement

Le Parlement a approuvé le rapport annuel de l’activité de la Commission de lutte contre la corruption (KPKONPI), dirigée par l’ancien procureur général, Sotir Tsatsarov. Ce rapport fait l’objet des critiques de l’opposition (PSB). Les contestations se basent sur le fait qu’il ne contient que de l’information générale, et ne porte pas sur les détails des scandales qui se sont déroulés l’année dernière. Le chef de la Commission a répondu aux attaques en affirmant que « le rapport annuel n’est pas un journal, ni un site d’information pour que des scandales relatifs à la construction illégale de la terrasse de l’ancien président de la commission, y soient inscrits ». Il dit regretter d’être obligé de « rappeler aux représentants de l’opposition que le scandale impliquant des hautes personnalités dont certaines sont membres du PSB dans une affaire de biens immobiliers ne correspondant pas aux prix du marché, n’y figure pas non plus ».

M. Tstatsarov a souligné que la lutte contre la corruption exige un effort coordonné de toutes les institutions. La commission a annoncé que son président a envoyé une lettre au président de la Cour suprême de cassation (CSC), Lozan Panov, au sujet d’une demande d’interprétation en suspens. M. Tsatsarov a rappelé que le manque d’avis interprétatif empêche l’achèvement de plusieurs procès de saisie de biens. (Mediapool, 24 heures)

Justice

Le Parquet enquête sur l’importation de déchets dangereux

Le vice-ministre de l’environnement et de l’eau Krassimir Jivkov et cinq autres personnes ont été arrêtés hier dans le cadre d’une opération de grande envergure du Parquet, de la DANS et de la police, organisée contre l’importation illégale de déchets italiens. Des perquisitions ont eu lieu dans plusieurs villes, y compris à Montana (Nord-Ouest), sur un site d’incinération et de recyclage de déchets, rattaché à l’usine de batteries automobiles Monbat. Celle-ci appartient aux frères Bobokov, propriétaires de Prista Oil Group et grands fabricants d’huiles automobiles et industrielles, également mis en garde à vue. Un ancien directeur de l’inspection régionale de l’environnement à Pleven a aussi été interpellé. Selon le communiqué du Parquet, il s’agit d’une « association de malfaiteurs, créée dans le but de s’enrichir ». Les actions du Parquet, dirigées contre l’importation de déchets italiens non triés, ont lieu un peu partout dans le pays depuis le début de l’année. En janvier, les enquêteurs ont constaté que le 6 décembre 2019, le vice-ministre Jivkov avait autorisé le transport transfrontalier de 25 tonnes de déchets en provenance d’Italie.

Krassimir Jivkov est vice-ministre de l’environnement dans les deux derniers gouvernements de Boïko Borissov. Son portefeuille comporte notamment les autorisations d’importation de déchets. Dans le passé, il a été maire de Pravets (Sofia-région) et gouverneur de Sofia-région.

La Cour suprême de cassation déclare irrecevable la demande de réouverture de la procédure de libération anticipée de l’Australien Palfreeman

Près de neuf mois après avoir été saisie par l’ancien procureur général Sotir Tsatsarov, la Cour suprême de cassation a rejeté sa demande de réouverture du dossier de la libération conditionnelle anticipée de l’Australien Jock Palfreeman, purgeant une peine de vingt ans pour meurtre. Les juges Jeanina Natcheva, Bisser Troyanov et Nadejda Trifonova ont admis que le motif invoqué par M. Tsatsarov, selon lequel le juge s’était prononcé sur la libération de Palfreeman par une ordonnance et non par un jugement, est infondé. « Il est tout à fait infondé d’admettre que la volonté du législateur aurait été de permettre, dans le cas d’un jugement d’appel, une réouverture de la procédure. Par conséquent, la juridiction d’appel a été censée se prononcer par une ordonnance. La demande de réouverture est irrecevable du point de vue des règles de procédure et il y a lieu de la rejeter et de classer sans suite l’affaire », ont indiqué les trois juges.

Balkans

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Bulgarie

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la Bulgarie pour son refus d’immatriculer deux organisations non-gouvernementales, qui affirment promouvoir la culture macédonienne et défendre les droits des Macédoniens ethniques en Bulgarie. Il s’agit de l’« Association des Macédoniens réprimés en Bulgarie, victimes du régime communiste » et du « Club macédonien pour la tolérance ethnique ». La CEDH a estimé que ce refus constitue une atteinte à la liberté d’association, et que les arguments mis en avant par la Bulgarie ne suffisent pas, à savoir l’idée qu’il y aurait une minorité macédonienne réprimée (ce qui serait considéré comme une action contre l’intégrité territoriale de la Bulgarie) et la définition des objectifs des ONG comme politiques. La CEDH a condamné le pays aux dépens et à des dommages-intérêts à hauteur de 7 500 euros, à payer à chaque ONG, que la Bulgarie n’est pourtant pas obligée d’immatriculer. L’arrêt ne traite pas la question de savoir s’il y a une minorité macédonienne en Bulgarie.

La position du président de la commission des forces armées

A l’occasion de la décision de la Turquie de déclarer une « zone militaire interdite d’accès » située à 5 kilomètre de la frontière avec la Bulgarie, le général Konstantin Popov a expliqué, lors d’une coute interview à la bTV, que des stations de radiolocalisation seront déposées dans cette zone. Les nouvelles structures vont permettre aux forces armées turques de surveiller en profondeur la mer noire. Il a précisé que la zone ne sera pas utilisée au détriment de la Bulgarie. (Dnevnik)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 29/05/2020

Haut de page