Vendredi 30 octobre

Coronavirus

Bilan

• Contaminées : 48 150 (+ 2 689 en 24h)
• Guérisons : 19 695 (+ 536 en 24h)
• Décès : 1 225 (+ 28 en 24h)

Politique

Le parlement amende le CPC en vue de la nomination de procureurs européens délégués pour la Bulgarie

Avec 96 voix « pour », 7 voix « contre » et 61 abstentions (PSB), le parlement a adopté en première lecture des amendements au Code de procédure pénal concernant la coopération avec le Parquet européen et la procédure de nomination de procureurs délégués bulgares. Le projet, a été boycotté, d’abord en commission, puis en séance plénière, par le PSB, qui juge la procédure de nomination non transparente et susceptible de maintenir un lien institutionnel entre les procureurs nommés et le Parquet bulgare. En effet, le projet, prévoit que les procureurs européens délégués soient sélectionnés par le collège des Procureurs (du CSM) et restent rattachés au Parquet bulgare, même si dans l’exercice de leurs fonctions « européennes », ils n’appliqueraient les instructions du seul Parquet européen. Si le projet d’amendement ne précise pas le nombre des procureurs délégués bulgares, on pense qu’ils seraient au moins deux.

Énergie

Eurohold autorisée à reprendre les actifs de ČEZ

La Commission pour la protection de la concurrence a autorisé la reprise par l’assureur Eurohold Bulgarie des actifs bulgares de l’opérateur d’électricité tchèque ČEZ. La décision d’acquisition des filiales de ČEZ a été délivrée à Eastern European Electric Company B.V. (EEEС), détenue à 100% par Eurohold. Par cette opération, Eurohold, spécialisé dans les assurances et les crédits à bail et présent dans plusieurs pays en Europe orientale (dont la Russie et l’Ukraine) pénètre le marché de l’énergie et devient fournisseur des quelques 2 millions de clients bulgares de ČEZ .

Eurohold avait manifesté son intérêt pour les actifs de ČEZ pour la première fois en 2019, après l’échec de l’acquisition de ČEZ Bulgarie par l’entreprise bulgare Inercom, bloquée par la Commission pour la protection de la concurrence. Bloqué à son tour par la Commission, l’assureur avait fait appel et la Cour administrative suprême avait renvoyé le dossier au régulateur au motif d’arguments faibles. D’où le revirement dans la position de celui-ci. (Capital.bg)

Balkans

La Bulgarie, la langue et l’identité macédonienne (suite)

Selon une publication du site bruxellois Politico, la Bulgarie est prête à reconnaître la langue et l’identité macédoniennes sous réserve que la Macédoine du Nord reconnaisse leurs fondements historiques bulgares. La proposition a été faite par la Bulgarie, affirme Politico, lors d’une réunion des ambassadeurs de l’UE (Coreper), dans un effort de recherche de compromis à la veille du sommet du processus de Berlin à Sofia (10 novembre) au cours duquel le feu vert, l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE, pourrait être annoncée. La ministre bulgare des Affaires étrangères, Ekaterina Zaharieva, aurait il y a deux jours, insinué que « comme Sofia reconnaît la réalité, Skopje devrait reconnaître le passé ». Un troc « présent contre passé » indigne et inacceptable pour Troud qui voit dans l’information de Politico une provocation anti-bulgare. (tous media)

France-Bulgarie

Solidarité après l’attentat de Nice

Les autorités bulgares ont fait part de leur solidarité avec la France à la suite de l’attentat meurtrier de Nice et ont condamné cette attaque. Sut Twitter, le premier ministre, Boïko Borissov, a exprimé sa « profonde indignation » de cet « acte répugnant de violence et de haine », tout en faisant part de ses condoléances. Pour sa part, la ministre des Affaires étrangères, Ekatérina Zahariéva, a adressé un message à son homologue français, Jean-Yves Le Drian, dans lequel elle qualifie cet acte de « atteinte à nos valeurs partagées et à nos libertés civiques. ». « Ensemble, la Bulgarie et la France, nous continuerons à travailler sans répit contre la propagation de toute forme d’extrémisme et de haine. Il est de notre devoir commun de protéger les valeurs humaines suprêmes : liberté, dignité, justice », poursuit le message.

Dans une troisième déclaration relative à la France en trois jours, le Grand-muftiat « condamne fermement l’attaque terroriste brutale à Nice » et « toute forme de violence, la persécution des personnes pour leur religion ou leur appartenance ethnique, ainsi que les attaques contre la religion, quelle qu’elle soit, et ses hauts lieux et faits. » Le Grand-muftiat exprime aussi sa préoccupation « par le fait que de telles actions visent à utiliser la religion à des fins égoïstes et politiques », et lance un appel « à ne pas céder aux provocations, à rester calmes, à être tolérants et à respecter toute personne, quelle que soit son appartenance religieuse, ethnique ou raciale. » (24 Heures, Dnevnik, Mediapool, Twitter)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 30/10/2020

Haut de page