Vendredi 31 janvier

Politique

Interview d’Ivan Krastev

Dans une interview à Sega, le politologue Ivan Krastev évoque les causes de la « contre-révolution antilibérale » dans les pays d’Europe centrale et orientale. Selon lui, ce phénomène peut s’expliquer par la crise démographique et par « l’anxiété démographique » qu’elle suscite, ainsi que par la « révolte [des sociétés] contre leur rôle d’imitateurs de modèles étrangers ». Krastev fait aussi un lien entre le dépeuplement de ces régions et l’éducation : « Il y a un paradoxe : plus on investit dans l’éducation, plus les personnes éduquées s’en vont ». Enfin, il cite deux tendances « dangereuses » de la politique bulgare : la réduction de problèmes sociétaux majeurs à des « affaires policières », et la crise des médias. (Sega)

Media

Faillite de la KTB : l’investigation du Fonds Anti-corruption continue

Le Fonds Anti-corruption a publié le troisième volet de son enquête sur l’affaire de la faillite de la banque KTB, jugée par le Tribunal pénal spécialisé. Selon le Fonds anti-corruption, entre 350 et 500 millions de leva des actifs de la banque auraient été utilisés pour financer des media, susceptibles d’assurer le « confort médiatique » du Parquet. Les auteurs de ce reportage ont recensé 50 journaux, plus de 20 sites en ligne populaires, et au moins 3 chaînes de télévision privées, dont les propriétaires finaux sont des sociétés offshore. Celles-ci auraient reçu des montants importants de la KTB, à en juger par les documents recueillis dans le cadre de l’enquête pénale. Aucune explication n’a pourtant été demandée aux dirigeants de ces media, qui continuent de soutenir fidèlement le Parquet. (https://acf.bg/en/deloto-ktb-lipsvashtite-imena-chast-3-me /)

Économie

Une étude met en exergue l’augmentation des écarts entre les régions

Selon une étude socio-économique des régions bulgares, présentée hier par l’Institut pour l’économie de marché, la transition qui s’opère actuellement en Bulgarie vers une industrie plus complexe, qui exige des cadres mieux formés et mieux payés, a contribué à accroître les disparités entre les régions : l’écart en termes de PIB et de production par habitant est double entre les régions économiquement les plus faibles et les grands centres économiques, et quadruple par rapport à Sofia. Le contraste est illustré avec la comparaison entre la capitale et Montana : ainsi, 51.4% des Sofiotes sont titulaires d’un diplôme d’études universitaires, le taux de chômage y est de 2.1% et les investissements directs étrangers (IDE) cumulés par personne y sont de 9 294 euros. A Montana, on constate 12.6% de diplômés universitaires, 15.3% de taux de chômage et 286 euros d’IDE cumulés par personne. (24 Heures, OffNews)

Europe

Le parlement bulgare bétonne le taux de change fixe du lev vis-à-vis de l’euro

Le projet du GERB qui devait porter un amendement à la Loi sur la Banque nationale de Bulgarie par une voie détournée (via les dispositions transitoires et finales d’une autre loi, la Loi monétaire : une « tactique classique » pour les parlementaires bulgares, note Ikonomist), a créé une telle polémique que le parlement a dû le retirer. L’amendement tenu en échec concernait l’art. 21 de la Loi sur la BNB, qui fixe depuis vingt-et-un ans le taux de change du lev par rapport à l’euro (1,95583 leva pour un euro), et prévoyait de permette à la Bulgarie de négocier le cours de change de sa monnaie, dans le cadre d’un dialogue avec la Banque centrale européenne, les pays de la zone euro et le Danemark. Selon la présidente de la commission parlementaire du budget et des finances Menda Stoyanova (GERB), auteur du projet, il s’agissait d’un texte tout à fait « standard ». Toutefois, la réaction du PSB et de plusieurs financiers ont contraint M. Borissov et, dans sa foulée, le parlement, à déclarer que la Bulgarie défendra, à tout moment des négociations, le taux fixe actuel du lev par rapport à l’euro. Ainsi, dans sa résolution adoptée hier avec 140 voix « pour », 2 « voix « contre » et 66 abstentions, le parlement donne mandat au gouvernement de conserver le taux de change 1,95583 BGN/euro jusqu’à l’adhésion finale de la Bulgarie à la zone euro. (24 Heures, Ikonomist, Capital)

International

Le parlement a ratifié en première lecture l’accord CETA

Les députés ont approuvé en première lecture, jeudi 30 janvier, la ratification du traité de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Canada (CETA) par 110 voix contre 98 (et sept députés se sont abstenus). Le GERB et le MDL ont défendu l’accord, tandis que les Patriotes unis se sont montrés plus réticents, attirant l’attention sur les conséquences défavorables qui suivront son adoption.

La rencontre entre le premier ministre bulgare et son homologue italien

Hier, la visite officielle du premier ministre italien, Giuseppe Conte en Bulgarie a coïncidé avec la découverte, dans le port de Varna, de 102 conteneurs de déchets importés d’Italie. Lors de l’entretien, le premier ministre bulgare, Boiko Borissov, s’est montré intransigeant vis-à-vis de ceux qui n’obéissent pas à la loi relative à l’importation de déchets, et a promis de mobiliser les autorités concernées afin qu’elles prennent les mesures nécessaires pour identifier les coupables et lutter contre l’importation illégale. Le même jour, le Parquet régional de Varna a découvert de nouveaux stockages de déchets dont le contenu ne correspondait pas à celui décrit dans les documents officiels. (BNR)

La visite du ministre des affaires étrangères turc en Bulgarie

Le premier ministre bulgare, Boiko Borissov a rencontré aujourd’hui le ministre des affaires étrangères turc, Mevlüt Çavuşoğlu. Cette visite est l’occasion de réexaminer tout le spectre des relations bilatérales, et notamment la coopération dans le domaine de l’énergie, du transport et de la sécurité, ainsi que les intérêts communs d’ordre politique, économique ou culturel. La protection de la frontière bulgaro-turques devrait être davantage discutée, car cette semaine encore, la Turquie a attiré l’attention sur la menace d’une nouvelle vague de réfugiés, provoquée par les attaques de l’armée syrienne dans la province de Idlib en Syrie. Dans une interview pour le journal 24 heures, le ministre turc a exprimé sa confiance dans le soutien de la Bulgarie, pour identifier une solution à la question liée au programme d’admission humanitaire volontaire. Celui-ci prévoit des mesures d’accompagnement et des engagements mutuels, afin de créer un système de solidarité et de partage des responsabilités pour protéger les personnes contraintes au déplacement en raison des conflits militaires. (24 heures, BNR)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 31/01/2020

Haut de page