lundi 24 février

Politique

Les autorités espagnoles enquêtent sur une affaire de blanchiment d’argent qui serait liée au PM Borissov

La presse bulgare reprend largement un article, paru vendredi dernier dans le journal espagnol El Periódico (basé à Barcelone), et portant sur une enquête des autorités espagnoles sur les liens éventuels du premier ministre, Boïko Borissov, avec un réseau international de blanchiment d’argent. Selon le journal, les Mossos d’Esquadra (la police de Catalogne) et le Parquet anticorruption mènent l’enquête sur deux entreprises et sept personnes, dont l’ex-modèle bulgare Borislava Yovtchéva et son père. L’enquête aurait été déclenchée suite à l’envoi, en mars 2019, d’une alerte par l’association bulgare BOETS, affirmant que Mme Yovtchéva et sa famille résidaient dans une maison de luxe et insinuant l’existence d’une relation entre elle et M. Borissov.

La maison aurait été achetée en 2013, pour 3 millions d’euros au nom de la société Numin Invest S.L. Mme Yovtchéva et son père seraient actionnaires (avec un apport total de 6 006 euros) dans une autre société, EMA BGS SL, qui détient un magasin de vêtements de luxe à Barcelone. EMA BGS SL, dont le siège se trouve dans la maison où résidaient Mme Yovtchéva et sa famille, aurait reçu des apports d’au moins 2,3 millions d’euros en provenance d’une entreprise basée à Chypre. L’ex-modèle aurait également utilisé une voiture de luxe, évaluée à 70 000 euros, pour ses déplacements en ville. La police n’aurait pas trouvé de données pour établir que Mme Yovtchéva et son père disposent de revenus légaux permettant de « mener ce train de vie », d’autant que leur magasin aurait enregistré des pertes et serait presque en situation de faillite.

Pour ces raisons, la police catalane a demandé au Parquet anticorruption d’enquêter sur les revenus, les déclarations de revenus, les coffres-forts, les moyens de paiement et autres données bancaires de Mme Yovtchéva, son père et cinq autres personnes, dont les identités ne sont pas mentionnées.

El Periódico rappelle également l’affaire des écoutes « Yanevagate » de 2015, lorsque l’existence possible d’une maison à Barcelone, supposément liée au premier ministre Borissov, a été mentionnée pour la première fois.

Le premier ministre Borissov a nié disposer d’une maison ou d’autres propriétés immobilières à Barcelone, et a affirmé que la dernière fois qu’il s’est rendu sur place, c’était il y a 15 ans. Il a également pointé du doigt le président Radev et la Russie comme sources de ces accusations.

La « marche Loukov » n’a finalement pas eu lieu

Pour la première fois depuis 17 ans, la « marche Loukov », en l’honneur du général controversé Hristo Loukov, n’a pas eu lieu. Pour rappel, une marche aux flambeaux était censée se dérouler dans le centre-ville de Sofia, samedi dernier. Comme c’était le cas depuis plusieurs années de suite, la maire l’a interdite, mais le Tribunal administratif de Sofia n’a pas retenu ses arguments. Pourtant, la veille de la marche, la Cour administrative suprême a définitivement tranché en faveur du droit de la maire de changer les modalités de la commémoration. Ainsi, au lieu d’une marche, les organisateurs n’étaient autorisés qu’à déposer des fleurs devant la plaque commémorative installée sur le mur de l’ancienne maison du général Loukov.

Plus tôt dans la journée, une manifestation contre la « marche Loukov » et le fascisme a été organisée dans la capitale. De son côté, Gueorg Gueorguiev, ministre adjoint des Affaires étrangères et coordinateur national pour la lutte contre l’antisémitisme, s’est félicité de l’interdiction de la marche, en la qualifiant d’« événement historique ».

Vendredi matin, la police allemande a empêché neuf extrémistes d’extrême-droite, supposés se rendre à Sofia pour participer à la « marche Loukov ». À l’aéroport de Dortmund, les forces de l’ordre ont vérifié l’identité de 22 ressortissants allemands, et ont interdit à huit hommes et à une femme de quitter le pays, en leur confisquant temporairement les passeports. (tous médias)

Trois ressortissants russes poursuivis par le Parquet bulgare pour la tentative d’empoisonnement d’Emilian Guebrev

L’enquête ouverte par le Parquet bulgare pour tentative d’empoisonnement du commerçant d’armes Emilian Guebrev, de son fils et du directeur de sa société Emko a abouti à la mise en examen de trois ressortissants russes, qui ont séjourné en Bulgarie à différentes époques. Il s’agit de Gueorgui Grochkov, Sergueï Pavlov et Sergueï Fedotov. Ils seraient tous officiers du service de renseignement militaire russe (GRU), chargés de l’exécution de missions spéciales en Europe et le nom de S. Fedotov a été impliqué dans l’affaire Skripal en Grande-Bretagne. Dans le cadre de l’enquête bulgare, il a été établi qu’Emilian Guebrev a été victime de quatre tentatives d’assassinat au total, dont deux perpétrées à l’étranger. Selon 24 Heures, un des motifs de son empoisonnement serait lié à l’exportation d’armes de sa compagnie Emko vers l’Ukraine. (tous media)

La société « Lafka » a annoncé la fermeture de ses kiosques à journaux

La société « Lafka » dont le député MDL, Delyan Peevski détient la majorité du capital et qui entretenait un réseau de kiosques à journaux, a annoncé la fermeture des points de ventes. Cette décision fait suite aux amendements législatifs adoptés par le Parlement dans le domaine des jeux de hasard. La direction de « Lafka » explique que « les restrictions législatives, entrées en vigueur le 22 février, qui imposent un monopole d’Etat sur les jeux de hasard dans le pays, ont conduit à une baisse significative des ventes et à l’impossibilité de maintenir un fonctionnement normal de la société ». Selon le journal « Kapital » plus de 50 % des revenus des kiosques étaient générés par la vente des billets à gratter. La direction de la société a assuré qu’elle dispose d’une bonne capacité financière suffisante pour s’acquitter de ses obligations « dans les délais les plus brefs ». Le journal « Dnevnik » attire l’attention sur le fait qu’à présent, aucune demande de mise en faillite de la société n’a été introduite dans les registres de commerce, « un manque d’action qui laisse supposer qu’il s’agit d’un transfert de propriété ».

Justice

Le conseil général des avocats veut garantir la sécurité judiciaire de la société bulgare

Le conseil général des avocats a adopté à l’unanimité une déclaration conjointe, qui fait appel aux représentants des trois pouvoirs dans le pays à assumer leur responsabilité et à se conformer à la loi au cours de l’exercice de leurs fonctions professionnelles. « Nous souhaitons exprimer notre profonde préoccupation quant à tout ce qui se produit au sien des pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire car les derniers événements compromettent les principes de la légalité et mettent en danger l’État de droit », ajoute-t-ils.
Dans leur déclaration, les avocats insistent sur « un processus législatif qui se veut clair, transparent et prévisible, et qui résulte d’une politique d’État à long terme et non pas d’une nécessité momentanée, car la protection de l’État de droit s’avère impossible en l’absence d’un processus législatif prévisible. La pratique éprouvée du Parlement, qui consiste à apporter des amendements législatifs à travers les dispositions transitoires et finales d’une loi, qui n’est point liée aux nouvelles modifications, sans concertation public des textes législatifs, crée une condition préalable à l’usage arbitraire de la loi et évoque un sentiment d’injustice dans la société ». Finalement les avocats n’ont pas manqué de rappeler que « là où le droit s’achève, commence le pouvoir arbitraire » (site officiel du conseil suprême des avocats, Mediapool).

Finances

Malgré les efforts du gouvernement d’apaiser la situation, les Bulgares continuent à convertir leur épargne en euros

La tension autour de l’entrée de la Bulgarie à la zone euro, provoquée par un projet d’amendement rapidement ficelé, prévoyant la possibilité de modification du cours de change du lev vis-à-vis de l’euro, ne s’apaise pas, malgré les efforts du gouvernement, constate Monitor. Selon ce media, les statistiques pour la période du 3 au 20 février montrent que les banques ont vendu de 2 à 2,6 milliards d’euros par jour, soit près de 600 millions d’euros de plus par jour par rapport à la même période de l’année précédente. La peur d’une dévaluation du lev explique aussi la hausse des ventes de dollars US, souligne Monitor. (Monitor)

International

La Bulgarie est devenue l’épicentre de la campagne contre la Russie, affirme le Service russe des renseignements extérieurs

Les services secrets américains déploient en Europe orientale une campagne massive dirigée contre les relations de bon voisinage avec la Russie et la Bulgarie est devenue l’épicentre de cette campagne, a déclaré Sergueï Ivanov, porte-parole du Service russe des renseignements extérieurs (SVR), cité par l’Agence TASS. L’objectif de cette campagne est de compromettre des politiciens locaux ou autres personnalités œuvrant pour le développement des relations avec la Russie, a affirmé M. Ivanov en citant la Bulgarie où des scandales d’espionnages artificiellement provoqués mènent à l’extradition de diplomates russes. (24 Heures)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 24/02/2020

Haut de page