Mardi 21 juillet

Coronavirus

Bilan

• Nombre de personnes contaminées : 8 929 (+ 196 en 24h)
• Nombre de guérisons : 4 205 (+ 99 en 24h)
• Nombre de décès : 308 (+ 8 en 24h)

Politique

Protestations et arrestations

Le 12eme jour des manifestations antigouvernementales s’est déroulé sous les mêmes slogans contre la corruption, appelant à la démission du gouvernement et du procureur général. Les citoyens sont sortis dans les rues de plusieurs grandes villes dont Sofia, Bourgas, Varna, Stara Zagora, Blagoevgrad… Depuis hier, les manifestants occupent les rues de Sofia dès le matin. Répondant à l’appel de désobéissance civile, lancée par les organisateurs informels Arman Babikian, Vladislav Minekov et Nikolaï Hadjiguenov, ils ont provisoirement bloqué des carrefours dans le centre de la capitale.

Le coprésident de la « Bulgarie démocratique », Hristo Ivanov, a rejoint les protestataires devant la télévision nationale BNT, revendiquant la démission du directeur général Emil Kochloukov. Devant les manifestants, M. Ivanov a souligné que celui-ci incarne « la face la plus dangereuse de la corruption en Bulgarie » car il empêche qu’on entende la diversité des points de vue sur la télé publique. « Sur BNT, on n’entend qu’un seul point de vue, celui de Delian Peevski et de l’agence PIK. La TV publique doit être libérée ! Il faut mettre fin à ce modèle de télévision mafieux, qui permet à la mafia de faire sa propre propagande et de laver les cerveaux avec de l’argent public ! », a clamé le leader de Bulgarie démocratique. Parmi les manifestants, on remarquait la présence journalistes et d’agents (anciens et actuels) de la télévision nationale. Le leader de l’association Boets, Gueorgui Gueorguiev, a dressé une tante devant l’entrée principale, annonçant ainsi un blocus citoyen jusqu’à 22h00 de la BNT.

Hier après-midi, la police a arrêté et mis en garde à vue l’ancien député Mintcho Spassov (parti Siméon II). Avocat de son état, il est aujourd’hui membre du parti « Mouvement 21 ». Accusés d’avoir actionné les boutons d’arrêt d’urgence du métro, à la station desservant l’université de Sofia, M. Spassov et une autre personne (29 ans) ont été mis en examen pour hooliganisme. Ils ont été relâchés contre une caution de 1 500 leva chacun. « Les stations du métro sont des sites sensibles pour la sécurité nationale. Le débranchement de l’alimentation électrique est un acte susceptible de mettre en péril la vie et la santé des citoyens », a expliqué la police qui est à la recherche d’un troisième suspect, identifié sur les caméras de sécurité.

400 policiers de Sofia et d’autres villes ont assuré hier le maintien de l’ordre public dans le centre de Sofia. Les points de plus haute vigilance étaient concentrés autour de la présidence de la République, du Conseil des ministres et de l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, le siège du gouvernement restera fermé pour cause de désinfection, a annoncé le centre de presse gouvernemental. Et demain, mercredi, la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres aura lieu par visioconférence. L’administration travaillera à distance.

Le Parlement rejette la motion de censure

L’Assemblée nationale a rejeté la cinquième motion de censure contre le gouvernement actuel de Borissov. Elle avait été déposée par le PSB et justifiée par l’échec dans la lutte contre la corruption. La motion a été soutenue par 102 députés (dont le PSB, le MDL et un indépendant), alors que 124 ont voté contre (le GERB, les Patriotes unis, huit députés indépendants et un député de Volonté). 11 députés de Volonté se sont abstenus. Le premier ministre n’était pas présent car il n’est pas encore revenu du sommet à Bruxelles. (tous médias)

Le Parquet demande la radiation du parti politique Renaissance

Le Parquet de Sofia a demandé la radiation et la dissolution du parti politique Renaissance, en raison d’irrégularités qui serait liées à l’obtention de son immatriculation. Selon le ministère public, plus de 400 des signatures des personnes ayant participé à l’assemblée constituante du parti seraient fausses ou falsifiées : ainsi, 86 personnes auraient été à l’étranger lors de l’assemblée, 120 affirment ne pas y avoir participé, 108 disent que les signatures ne leur appartiennent pas, et que 87 n’auraient pas signé de déclaration pour devenir membres. D’après le président de Renaissance, Kostadin Kostadinov, l’enquête (qui a commencé le 4 juin dernier à la suite d’un signalement) serait de la « répression politique » contre le parti. Il estime que des procureurs et des agents de l’Agence d’État pour la sécurité nationale (DANS) auraient fait pression sur les fondateurs pour que ceux-ci désistent de leurs signatures. Pour mémoire, le parti est associé à des idées nationalistes et prorusses, et il est le seul, parmi ceux qui ne siègent pas au parlement, à recevoir une subvention publique, car il a obtenu plus de 1% des votes aux dernières élections législatives. (Dnevnik, 24 Heures)

Europe

29 milliards d’euros pour la Bulgarie dans le cadre du nouveau budget commun de l’UE et du plan de relance

A l’issue du Conseil européen, les leaders européens sont parvenus après quatre jours de négociations ardues à un accord sur le budget pluriannuel de l’UE et le plan de relance après la pandémie. Le premier ministre bulgare, Boiko Borisov a présenté les résultats dans une vidéo publiée sur Facebook. Selon lui : « « Tandis que le budget commun de l’UE pour les sept années à venir a été revu à la baisse, la Bulgarie a négocié une augmentation de 1 milliard d’euros supplémentaires par rapport au cadre financier pluriannuel actuel. Le montant de la somme totale que la Bulgarie va recevoir est de 29 milliards d’euros, c’est ce que j’ai pu négocier avec mes collègues pendant le Conseil européen à Bruxelles. 7,7 milliards d’euros seront attribués sous forme d’une aide financière non remboursable. Pour la première fois, 200 millions d’euros seront alloués à la Bulgarie pour la stimulation de la compétitivité, la croissance, et la création d’emplois dans les régions les moins développées. Neuf milliards d’euros seront investis dans le cadre de la politique de cohésion, soit une augmentation de 800 millions par rapport au cadre financier pluriannuel actuel » (Dnevnik, defakto.bg)

Justice

La Commission anti-corruption renonce partiellement à son action en confiscation contre le banquier Tsvetan Vassiliev

La Commission de lutte contre la corruption renonce à sa prétention de 356 millions de leva, dirigée contre trois sociétés (InterV Investment, Viva Telecom Bulgarie et BTK), dans l’action en confiscation ouverte contre l’ancien propriétaire de la banque KTB, Tsvetan Vassilev, sa famille et 24 sociétés liées, a annoncé Svobodna Evropa. Le montant total de la prétention est de 2,2 milliards de leva. La Commission a refusé tout commentaire au sujet de cet abandon partiel de sa part. Contacté par Svobodna Evropa, l’ex-banquier, actuellement établi en Serbie, a souligné que cette demande de réduction de la prétention est une « gifle pour la Commission anti-corruption ». Selon lui, cette demande s’explique par la finalisation de l’opération d’acquisition de la BTK par le fonds américain United Group. (svobodnaevropa.bg)

Environnement

La centrale thermique « Brikel » est dorénavant autorisée de brûler des déchets sans avoir procédé au préalable à une évaluation d’impact environnemental

La Cour administrative suprême (CAS) a annulé la décision du tribunal administratif de Stara Zagora qui obligeait l’Inspection régionale de l’environnement à revoir l’autorisation de la centrale thermique Brikel de brûler des déchets sans avoir effectué d’avance une évaluation d’impact sur l’environnement. D’après les organisations écologiques « Greenpeace-Bulgaria » et « Pour la terre », la décision de la CAS permet à la direction de la centrale de contourner le cadre réglementaire actuel, selon lequel l’évaluation faite au regard des conséquences sur l’environnement et la santé publique, est obligatoire quelque soit la quantité des déchets valorisés. Les deux organisations ont déposé un recours.

Pour rappel, en janvier le Parquet avait déclaré que la centrale stockait des déchets d’origine incertaine qui représentaient un danger pour la santé publique et pour l’environnement. Après six mois d’enquête, le Parquet n’a pas encore annoncé des résultats. (Mediapool)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 24/07/2020

Haut de page