Mercredi 5 février

Politique

Le président de la République déclare retirer sa confiance dans le gouvernement ; réponse du PM Borissov

Lors d’une brève intervention, retransmise en direct par les media publics, le président de la République Roumen Radev s’est adressé à la nation pour déclarer qu’il retirait sa confiance du gouvernement. Accusant celui-ci de mener une « offensive organisée contre les libertés civiles », il a parlé d’une crise grave de la gouvernance à tous les niveaux, de l’absence de volonté politique qu’il s’agisse de mettre en œuvre des réformes, de s’opposer à la corruption et au pillage des deniers publics, du dédain sans cesse manifesté pour la loi et la morale, de la paralysie qui bloque les institutions et des secteurs publics entiers. Pour illustrer ses propos, le président a cité : la crise de l’eau à Pernik, le scandale de l’importation illégale de déchets italiens, les tentatives de réformer « en cachette » le système de conseil monétaire (cours fixe du lev vis-à-vis de l’euro). « Ce gouvernement, et cette gouvernance, mènent vers l’anéantissement de la puissance publique et privent la nation d’avenir. Il faut mettre fin à tout cela », a souligné le chef de l’Etat, en appelant les Bulgares à s’unir. Dans ce discours, prononcé une semaine après la présentation publique de son bilan de trois ans à la tête de la présidence de la République (présentation qui était déjà émaillée de critiques contre le gouvernement), M. Radev n’a pas voulu s’arrêter sur le thème des attaques du Parquet contre lui, ni sur celui du débat de réforme de la Constitution qu’il a pourtant lancé récemment. (tous media)

« Le président n’a pas constitué le gouvernement, il n’a donc pas le droit de lui retirer sa confiance » a déclaré le Premier ministre, Boïko Borisov suite aux propos du Président de la République. Le premier ministre a interprété cette déclaration récente du Président comme une tentative de détourner l’attention de la communication, faite par le Parquet, d’enregistrements audio. Selon B.Borissov, le Président a décidé de s’attaquer au gouvernement « car il serait trop dangereux de s’en prendre au Parquet ». Il a réfuté toutes les accusations, et a qualifié les actions du M. Radev d’« ingérence portant atteinte à l’indépendance des autres pouvoirs ». M Borisov ne redoute pas d’éventuelles perturbations dans le travail avec la présidence, car selon lui « les seuls points en commun entre les deux autorités, jusqu’à présent, sont les conseils consultatifs, inutiles, qui n’ont jamais apporté la moindre solution ». En réponse aux journalistes, il a indiqué qu’il n’envisage pas de porter sa candidature au poste de président. « Nous ne sommes pas en guerre et je conseille à ceux qui pensent être en guerre de continuer à mener leur bataille sur le champ de leur propre conscience » a-t-il ajouté aujourd’hui avant d’entrer en réunion. (BNR, Svobodna Evropa)

Une deuxième enquête ouverte contre Vassil Bojkov pour meurtres et viols

Le Parquet a ouvert une deuxième enquête contre Vassil Bojkov, pour participation à une association de malfaiteurs qui a commis, depuis 2012 et jusqu’à présent, des actes de meurtres, viols et extorsions. Pour compléter cette enquête, le Parquet fait appel : (i) à tous les procureurs du pays (afin qu’ils réexaminent les procédures ayant porté sur des cas de meurtres ou viols, liés au secteur des jeux de hasard), et (ii) à tous les citoyens (ceux qui détiendraient des informations sont invités à les communiquer dans le cadre de l’enquête, en échange du respect de leur anonymat). Deux numéros de téléphone ont été diffusés à cette fin. La semaine dernière, l’homme d’affaires Bojkov a été arrêté aux Emirats arabes unis. Hier, le procureur général Ivan Guechev s’est dit confiant pour qu’une extradition intervienne dans les meilleurs délais. (tous media)

Les réactions parlementaires après la déclaration du président de la République

Le député Georgi Markov, membre du GERB, a souligné le fait que la Constitution bulgare n’accorde pas au Président de la République le droit de retirer sa confiance au gouvernement. Il a annoncé que le GERB décidera de l’ouverture d’une procédure de destitution, dès que la Cour constitutionnelle se sera prononcée définitivement sur la question de l’immunité d’un président en exercice. Le vice-président du groupe parlementaire du PSB a défendu la position du président, en affirmant que les députés « sont gênés car le chef d’Etat dit la vérité ». Le député Jordan Tsonev du parti MDL a contesté la position de M. Radev en proposant de privilégier le dialogue et la recherche de solutions. Le partenaire de coalition du GERB, « les patriotes unis » s’est aussi prononcé en faveur de la poursuite du dialogue entre les institutions, comme moyen de protéger l’intérêt national. Le parti « Ataka » a reproché au président de « diviser la nation » tandis que le parti « Volya » a de nouveau souligné que sa déclaration n’a aucun poids législatif. (BNR, Dnevnik)

International

Les comptes bancaires et les biens immobiliers de la station balnéaire russe de Kamtchiya sont gelés

Tous les comptes bancaires et biens immobiliers de la société « SOK Kamtchiya », appartenant à la ville de Moscou, ont été gelés en raison d’arriérés dûs à la municipalité d’Avren ainsi qu’à trois entreprises privées. La société doit verser 585 000 leva de taxes communales et de frais pour de l’eau minérale. Selon le maire d’Avren, les arriérés augmenteront de 1,285 millions de leva d’ici la fin du premier trimestre 2020. Les problèmes de paiement ont débuté dès l’été dernier, après quoi un échelonnement de la dette a été convenu.

Dnevnik rappelle que « SOK Kamtchiya » dispose d’une station balnéaire, comprenant des terrains, des hôtels, des salles multifonctions, des piscines, etc. La société a commencé à racheter des terrains privés dès 2003-2004. En 2008 l’État bulgare lui a vendu 8 hectares au prix « scandaleusement bas » de 9,72 leva le mètre carré, aux côtés de « l’une des plus grandes et belles plages sur le littoral nord de la mer Noire ». En décembre dernier, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé que le Conseil de sécurité nationale de la Russie discutera, en la présence du président Poutine, le transfert de la station balnéaire à l’État russe, en raison de problèmes liés à sa propriété. Cette déclaration est intervenue à la suite d’une question de la part de sénateurs russes qui ont proposé la transformation de la station en « une plateforme culturelle et humanitaire de promotion des intérêts russes en Europe ». (Dnevnik)

Cette revue de presse, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, se limite à présenter des éléments publiés dans les médias bulgares. Elle ne reflète en aucun cas la position de l’ambassade ou du gouvernement français.
© Tous droits de diffusion et de reproduction de cette revue de presse sont réservés à l’Ambassade de France en Bulgarie.

Dernière modification : 06/02/2020

Haut de page